Entretien avec Ousmane Alédji, acteur culturel : Hangbé est notre orgueil commun c’est pourquoi nous la célébrons

Angelo DOSSOUMOU, Isac A. YAÏ 20 octobre 2021

Ousmane Alédji, dramaturge, metteur en scène… parle de Tassi Hangbé. Cette pièce écrite par Florent Couao-Zotti et mise ne scène par lui-même Ousmane Alédji, narre l’histoire de la reine amazone. A travers cet entretien, le metteur en scène parle de la leçon que cette histoire enseigne à l’humanité et évoque d’autres sujets touchant le secteur de la culture et du tourisme.

M ALEDJI, Vous venez de créer le spectacle Tassi Hangbé, la reine Amazone ; une adaptation de la pièce de Florent Couao-Zotti. Quel est le moteur de ce projet ; est-ce pour rendre justice à la reine interdite comme le laisse entendre l’auteur ? L’histoire raconte qu’elle est la seule femme à avoir régné à Danxomé. Bref … Pourquoi la création de cette pièce ?
Je ne sais pas. Je n’arrête pas de me poser la même question que vous. Surtout, vu ce qu’elle me coûte du point de vue principes. Mais bon… On va dire que c’est une aventure humaine d’abord. Vous rencontrez une personne, des amis, vous vous asseyez pour partager un verre en agitant vos petites colères et en remuant de petites idées et puis, subitement, il y en a une qui refuse de descendre de la table. Elle murit dans votre esprit et finit par prendre forme.

Une aventure humaine donc notre TASSI HANGBE C’est un personnage historique réputé ; ça a dû peser. Non ?
Absolument ! Mais pas que l’histoire ! vous savez, l’histoire c’est aussi une fabrique humaine, il faut la revisiter prudemment. Elle peut être impudique et même frivole ; comme une chambre de passe, quand les gens décident de vous foutre à la porte, ils vous foutent à la porte. La supposée vérité historique, elle-même a bien souvent, plusieurs visages.

Si vous ne croyez pas à l’histoire de Tassi pourquoi la créer ?
Je n’ai jamais dit que je n’y crois pas. Mais, en revanche, que Dieu me garde de faire de mes spectacles des arènes de vérité. Je ne crée pas pour dire la vérité, non ; je suis un chasseur. Je crée pour chasser. Pour chasser l’ombre, l’abime, l’ennuie, les ignorances, les limites. Chasser. C’est justement ce qui fait la force de la pièce de mon ami Florent. Sa HANGBE est une guerrière, une Amazone, ensuite une Reine de Danxomè, la première et la seule connue à ce jour, ensuite c’est une femme sexuellement émancipée. Vous en connaissez combien aujourd’hui qui présentent ces caractéristiques ? Nous parlons là du 16e siècle. Dites à nos civilisateurs de venir prendre des notes.

Il ne s’agit pas donc de restaurer le nom et l’honneur d’un personnage historique.
Restaurer ??? Je parle pour moi. Je ne connais pas les intentions de Florent. En ce qui me concerne, je ne rentre pas dans des querelles de cours, Couao-Zotti, non plus. Enfin… Je pense. Il est question de partager avec le plus grand nombre de Béninois et pourquoi pas, avec la communauté humaine, un modèle de femme béninoise historique, oui historique pour insister sur le symbole. Parce que, ce que l’histoire commune véhicule, c’est que les sociétés africaines sont des sociétés féodales, des machistes qui ne font aucune place à la femme…

Aujourd’hui encore, dans certaines communautés, la femme n’hérite pas de son père, elle n’a pas le droit de faire ceci ou cela.
Justement, voici 500 ans que HANGBE a franchi ces limites-là. Si son exemple n’a pas été suivi, c’est peut-être parce qu’il n’a pas été promu, propagé. C’est pour cela que je pense que l’histoire de Tassi Hangbé mérite d’être connue au-delà des frontières béninoises. C’est une dame universelle. Elle a non seulement montré qu’une femme peut faire preuve de férocité, aller sur un champ de bataille et triompher. Elle a montré aussi qu’une femme peut gouverner. Si elle l’a fait il y a 500 ans, une autre peut le faire aujourd’hui.

Son nom ne figure nulle part sur la liste des 12 rois officiellement reconnus comme ayant régné à Danxomè. Pouvez-vous nous dire pourquoi ?
C’est un oubli historique

Comment cela se peut ?
Croyez-moi, il vaut mieux ne pas chercher à savoir. L’histoire est une putain de garce. Chacun s’en sert à son profit.

N’est-il pas possible de la restituer à l’histoire, ne serait-ce que pour ce qu’elle représente ?
Politiquement, le débat mérite d’être mené. Mais cela n’est pas mon rôle ni le mien ni celui de l’auteur. Ce qui a semblé important à l’auteur, c’est de construire un récit autour d’un personnage emblématique. Un personnage qui est l’incarnation de l’ouverture d’esprit propre à nos arrières grands-parents et dont les sociétés modernes se sont inspirées. Vous savez, la France nous a vendu Jeanne d’Arc, mais Jeanne d’Arc n’a jamais été reine ; elle n’a pas gouverné la France que je sache. Tout au plus, elle a été une guerrière. Ils l’ont même mise au feu et ont regardé sa chaire crépiter avec les braises qui l’ont consumée. Pourtant, elle est partout, dans les livres, dans les rues, dans les mémoires etc… Nous, notre Tassi Hangbé, nous l’avons virée de partout. Je n’en dirai pas plus.

Quand les gens accèdent au pouvoir, il y a toujours des conspirations Elle a pu résister pendant un temps, comment savoir la vérité ?
Mes chers amis, pour ma part, la seule vérité qui m’intéresse, c’est celle qui nourrit l’imaginaire et la fierté de la femme africaine, de l’amazone béninoise. C’est ce que je mets en exergue dans mon spectacle.

Dans le dossier de présentation de cette pièce, vous avez dit avoir fait des rajouts au contenu de l’ouvrage initial. Vous avez donc ajouté certaines choses qui ont semblé échapper à l’auteur ou qu’il n’a pas voulu évoquer. Etes-vous sûr que ces améliorations n’ont pas dénaturé l’histoire originelle de cette reine ?
Qui fait une adaptation prend le risque de trahir, de s’éloigner ou de trop en ajouter. Mais, pour ce qui me concerne, toutes mes mises en scène sont des réécritures. Moi, je parle d’adaptation car le texte de Florent Couao-Zotti est déjà en français. Or, le spectacle que je propose est présenté dans 3 langues béninoises. Donc, on s’isole un peu du périmètre franco-français pour rentrer dans des cultures plus identitaires. L’autre chose, c’est que l’écriture de Florent est théâtrale, elle se lit avec des espaces d’aération, de liberté aussi bien pour les comédiens que pour un metteur en scène.

Ne craignez-vous pas que cette pièce crée des polémiques au niveau de l’ancien royaume de Danxomé, vu que cette reine n’a pas été officiellement reconnue ?
Les polémiques sont les bienvenues. Je ne les craints pas. Je traverse les polémiques depuis plus de 32 ans. Les polémiques ne me font pas grand-chose. J’ai souvent été insulté, agressé et même trahi par des gens de tout acabit. Donc, allons-y. Je suis…, nous sommes prêts, mon équipe et moi.

Cette pièce sera jouée dans un contexte ou le régime actuel fait de la promotion et de la protection des femmes son cheval de bataille. Y-a-t-il un lien entre la représentation de cette pièce et le contexte social actuel ?
Le dépositaire de l’esprit de ce spectacle c’est l’auteur. C’est lui qui m’a invité après à jeter un regard sur son texte. C’est vrai que je suis féministe par principe et l’épanouissement de la femme béninoise mérite qu’on s’implique mais je ne crée pas que pour le Bénin. Donc, oui, le contexte est propice mais je pense que c’est le texte qui est surtout d’actualité. A titre personnel, je pense que M COUAO-ZOTTI est très adroit sur ce coup-ci.

Est-ce une manière pour vous d’inviter les femmes à ressembler à cette reine de par son courage et sa bravoure ?
Vous, vous voulez me créer des problèmes. Inviter les femmes à lui ressembler, c’est comme si elles ne lui ressemblaient pas déjà. Je pense que chaque femme africaine a Hangbé en elle. C’est l’audace qui fait parfois défaut. C’est la capacité à nous métamorphoser ou à affronter les dangers qui manque parfois ; le culot de surpasser nos propres limites qui parfois pose problème. Je ne pense pas que la femme moderne attend la générosité ou de bénéfice de la complaisance de l’homme pour s’affirmer, non. Une femme est ce qu’elle est. Si elle a du caractère, elle l’assume. Si elle n’en a pas, elle n’en a pas. La logique de modèle déposé est une forme de formatage et personnellement, je n’aime pas le formatage. Il faut que chacun vive comme il en a envie. Et quand vous avez du caractère, étalez-le et assumez-le. Qu’on s’en inspire ou pas, ce n’est pas ce qui compte. On est ce qu’on est. Le plus important est de rester fidèle à soi-même. Hangbé est notre orgueil commun c’est pourquoi nous la célébrons. Rien d’autre.

Malheureusement, le grand public ne pourra pas suivre cette pièce dans les prochains jours à cause de la Covid-19. Ne pensez-vous pas que les restrictions imposées par le gouvernement pénalisent plus singulièrement les acteurs culturels ?
Là, vous me mettez dans l’embarras. Je crois que cette pandémie pénalise tous les peuples, toutes les sociétés et tous les secteurs d’activités professionnelles. Le secteur du tourisme, de la culture et des arts, plus que les autres secteurs, oui. Certainement ! Parce que c’est un faiseur de liens, un secteur créateur des ponts et des carrefours. C’est aussi le secteur qui se consacre à l’accueil de l’autre, l’étranger, l’invité, le curieux etc… Aujourd’hui nous vivons un peu enfermés, chacun chez soi, reclus et effrayés. Bref le gouvernement a raison de nous recommander de la prudence face à un danger mortel, mieux, il fait bien de prendre ses responsabilités. L’état répond devant le peuple des services de la santé publique. Ça coûte cher de protéger un peuple d’une calamité comme le COVID 19. Oui, nous le payons au prix fort mais nous n’avons parce que nous n’avons pas le choix.

Plus de concerts, plus de théâtres et autres, alors que les artistes vivent de ça. Que peuvent-ils alors faire pour s’en sortir ?
Votre question est grave. J’aurais aimé avoir le temps de la traiter dans toutes sa complexité, car il se pose d’abord une question d’économie de la création, donc, de survie des gens au plan matériel. Comment manger trois fois par jour quand on ne travaille pas ? Je n’ai pas de recettes magiques à proposer. Je pense cependant que les Etats africains, en fonction de leurs moyens déploient diverses mesures d’accompagnement en faveur des couches les plus vulnérables. Notre pays aussi le fait.

Pensez-vous qu’une reconversion s’impose à ces acteurs là pour pouvoir survivre ?
Vous ne demanderez pas à un comédien, ou à un musicien qui ne fait que ce métier depuis 30 ans de devenir chauffeur parce que ça ne va pas dans son secteur. Je pense que les mesures d’accompagnement pourraient aider à supporter la crise et à y faire face. Bientôt, les restrictions seront levées pour que chacun retrouve la plénitude de ses pratiques professionnelles. Elles sont imposées à titre conservatoire et par nécessité de protection du plus grand nombre. Il faut être en forme pour aller travailler. Non ?

Depuis quelques mois, le gouvernement a annoncé le retour de la France de certains objets d’art emportés par les colons. Depuis cette annonce, des démarches ont été faites pour que ce projet devienne une réalité. Tout semble être donc prêt pour le retour de ces objets. Mais aux dernières nouvelles, ces objets ont été encore prêtés à la France pour 4 mois. Les Béninois se demandent si finalement ces objets reviendront au bercail. Que répondez-vous à leur inquiétude ?
C’est un sujet délicat. Je voudrais inviter les médias béninois à faire attentions de ce que les médias français ou européens colportent. Il ne faut pas perdre de vue que les gens ont intérêt à discréditer ceux qui se mettent en face d’eux pour réclamer leurs biens. Tout ce que je sais, c’est que l’Etat béninois, à travers ses ministères de la culture et des affaires étrangères et le cabinet présidentiel, bien entendu, tout cela sous le regard attentif du Président de la République, travaillent pour le retour effectif de nos biens dans les prochaines semaines.

Même si ces objets reviennent au pays, les musées pour les accueillir sont-ils déjà prêts ?
Il ne faut pas sectionner les mauvaises langues si vous ne ressemblez pas aux barbares qui les portent. Je ne veux plus répondre aux mépris. Je n’ai pas le temps pour ça.

Quelle place occupe donc la culture dans le régime de la Rupture ?
De là où je suis, j’observe que le chef de l’Etat travaille avec un curseur. Le curseur a été sur l’électricité et l’eau. Aujourd’hui on a plus 5 groupes électrogènes dans chaque maison, les populations de Bohicon de Dassa etc… ont de l’eau potable. Le curseur s’est déplacé sur la santé, on y a fait les réformes appropriées et les investissements lourds continuent dans ce secteur, ensuite, il déplace le curseur sur les infrastructures routières, après, sur l’éducation… Bref, le curseur est en train d’arriver sur la culture le tourisme et l’artisanat. Nous sommes hélas dans des pays où tout est prioritaire et où nos chefs sont amenés à faire des choix difficiles.

On constate que ce curseur tarde vraiment à se positionner sur la culture. Même avant l’arrivée de cette pandémie, c’était un calme plat qui régnait. Est-ce que le tour de la culture viendra vraiment avec ce régime ultra libéral ? Vous y croyez encore ?
Le chef de l’Etat quand vous le regardez, ce qui saute aux yeux c’est qu’il est un homme de culture et de goût. Ces adversaires politiques mêmes le reconnaissent. On ne peut pas avoir un Chef d’Etat comme lui et douter de ses ambitions pour la culture. Mais, avec votre permission, essayons de poser la question autrement : nous sommes combien de béninois à comprendre que la culture n’est pas que divertissement ? 1, 3 pour 100 quand vous êtes généreux. Je suis désolé, les statistiques ne plaident pas en notre faveur. Or, les enjeux électoraux ont fait de nos politiciens, des statisticiens froids. Combien sommes-nous à être informés que le secteur de la culture, du tourisme et de l’artisanat est le plus gros pourvoyeur d’emplois dans tous les pays du monde ? Combien sommes-nous à être au courant que les économies les plus dynamiques sont celles générées par les industries créatives, les industries de l’innovation des savoir et des savoir-faire ? Avez-vous une idée du nombre de guerres que se livrent des puissances financières seulement autour de la propriété intellectuelle ? Un peuple qui a toujours réduit la culture aux divertissements ne comprendra pas et moi avec lui, un Président qui va investir des milliards dans les divertissements, oui, dans les divertissements alors qu’une pandémie nous persécute. Et ça, tout responsable politique en tient compte. Honnêtement, pendant que je vous parle, je réalise le chemin qu’il nous reste à faire.

A suivre votre logique, les acteurs culturels vont donc devoir beaucoup se patienter car, la fin de la pandémie n’est pas pour demain ?
Pourquoi vont-ils beaucoup attendre ? Je ne me souviens pas avoir dit que tant que la pandémie nous menacera, il n’y aura rien pour la culture. Cependant, soyons réalistes, les priorités de l’état dépendent pour une grande partie des gains politiques qu’il capitalise en retour. Je veux dire très clairement que le développement culturel en Afrique ne sera pas une priorité pour nos états tant que nos peuples continueront de réduire la culture aux divertissements, tant que dans la mentalité collective, la culture se limite aux divertissements. C’est ce que je pense. Je peux me tromper mais, c’est ce que je pense.

Votre mot de fin M ALEDJI
Je vous remercie

Propos recueillis par Isac A. YAI et Angelo DOSSOUMOU S.





Dans la même rubrique