Exposition au palais de la Marina : Voyage au cœur des talents d’hier et d’aujourd’hui

Isac A. YAÏ 14 mars 2022

Des visiteurs prennent d’assaut cet après-midi du samedi 5 mars 2022 l’exposition "Art du Bénin d’hier et d’aujourd’hui : de la restitution à la révélation". En file indienne devant l’entrée du Palais de la République, ils vont à la découverte de l’histoire du Danxomè et du talent des artistes béninois.

Une longue file devant l’entrée sud du palais de la République. Cet après-midi du samedi 5 mars 2022, ces hommes et femmes en rang ne sont pas venus rendre visite au chef de l’Etat. Ils viennent à la rencontre d’une partie de leur histoire. Après quelques formalités (contrôle de pièces d’identité et port de badges), ils accèdent à l’intérieur de la présidence de la République. Ils sont séduits par la verdure du jardin présidentiel. « Wahooo ! Quelle beauté ! On se croirait dans un compte de féé. Gazon bien taillé bordé de jolies fleurs… », s’exclame un jeune visiteur. Cette beauté n’est qu’un avant-goût de ce qui attend les visiteurs. Après être sortis d’un premier rang à l’entrée du palais, voilà un autre rang qui attend les visiteurs à l’entrée de l’exposition. En file indienne, les visiteurs bougent l’un après l’autre.
Après une trentaine de minutes passées dans le rang, accès à l’intérieur de la salle d’exposition. Bienvenus à bord du vol "Art du Bénin". Accueillis par un homme à l’entrée de l’exposition dans un décor sombre percé par des lumières spéciales, refroidi par l’air conditionné, "les passagers à bord de ce vol artistique" sont informés de la conduite à tenir durant tout le voyage dans les méandres et les labyrinthes de l’histoire. « …Pas de photo avec flash dans la partie réservée aux « trésors royaux », pas de bousculade, les adultes doivent porter leur masque durant toute la visite, pour la sécurité aussi bien des visiteurs que des œuvres », prévient un guide. Toutes ces précisions faites, les visiteurs sont appelés à patienter dans un coin en attendant que la salle des fêtes où sont exposés les trésors royaux restitués par la France au Bénin se désengorge.
Dans cette attente, certains passent le temps à lire l’histoire de la résistance du royaume de Danxomè et du pillage de ses palais, écrite blanc sur noir juste à l’entrée de l’exposition. D’autres font des photos pour immortaliser leur passage dans cette salle. Après quelques minutes d’attente, un guide se présente au visiteur. Habillé tout en noir avec un tee-shirt à l’effigie de l’exposition, il retrace aux visiteurs l’histoire de la résistance et du pillage des palais royaux de Danxomè par la troupe du général Alfred Dodds. Les visiteurs ont enfin accès à la salle des fêtes où sont exposés les trésors royaux. Installées dans des baies vitrées éclairées par des lumières spécialement conçues, ces œuvres se laissent contempler par les visiteurs sous la direction des guides. Les trônes de Ghézo et de Glèlè, les portes du palais du roi Glèlè, les statues anthropo-zoomorphes, les statues anthropomorphes, la tunique des guerriers, les calebasses, les recardes…, les visiteurs admirent, stupéfaits, le génie des ancêtres. « Nos artistes ou artisans, je ne saurai comment les appeler, ont du talent. Je suis vraiment séduit. Surtout les trônes de 2 m de haut bien sculptés avec des teintures végétales encore bien vives depuis ce temps jusqu’à nos jours, c’est extraordinaire », confie Alphonse, un visiteur.

Les explications des guides sur chaque œuvre, plongent davantage les visiteurs dans la stupéfaction et l’admiration. Devant les portes du palais du roi Glèlè, les visiteurs veulent en savoir davantage sur les symboles qui y sont gravés. Ils sont autorisés à choisir deux symboles. Le choix du premier visiteur porte sur le serpent qui se mort la queue. « Il symbolise le cycle de la vie : on naît, grandit et on meurt et le cycle recommence », explique-t-il avec assurance. Le chien a été choisi comme second symbole. Selon les explications du guide, cela veut dire que personne ne passe inaperçu dans le royaume. Aussitôt vous entrez dans le royaume, l’alerte est donnée…

Nouvelle corde
Comme pour dire, c’est au bout de l’ancienne corde qu’on tisse la nouvelle, après avoir voyagé au tréfonds de l’histoire du royaume de Danxomè, les visiteurs sont invités à découvrir les œuvres des artistes contemporains. De la salle des fêtes à la salle du peuple, il n’y a que quelques escaliers à descendre. Une transition est donc faite dans la salle du peuple où sont exposées 106 œuvres de 34 artistes béninois de l’intérieur et de la diaspora.

Ici, chaque artiste a démontré son talent avec sa spécialité pour accrocher les visiteurs. Des installations, des tableaux, des sculptures…, bref un univers de couleurs tend la main aux visiteurs. Car, quand on parle des arts plastiques, l’allusion est faite à la beauté. Les visiteurs en ont eu. Les artistes sollicitent leurs sentiment, ressenti, intellect pour percer le message codé dans les œuvres. « Tout est beau ici. Je suis vraiment séduite par toutes les œuvres. C’est une très bonne initiative… », déclare Anicette. Ainsi, sous la direction des guides qui expliquent le message de chaque œuvre, les visiteurs se délectent des talents des artistes. « Dans 5 mn, il est l’heure », avertissent quelques guides. A cette annonce, certains visiteurs abandonnent les guides et se faufilent entre les œuvres. « Si nous devons suivre les explications des guides, nous n’allons pas pouvoir visiter toutes les œuvres en moins de 5 mn. Donc, nous préférons laisser les guides pour admirer le maximum d’œuvres. Ce n’est pas grave si nous ne comprenons pas les messages, l’essentiel est de tout voir avant qu’on ne nous évacue de la salle », déclare Blaise tout en pressant les pas. « Dans 3 mn, il est l’heure », insistent des guides afin que les visiteurs puissent s’apprêter à sortir de la salle. En de petits groupes, certains visiteurs font des poses aux côtés des œuvres. D’autres préfèrent sortir pour éviter la bousculade. « J’ai fini ma balade artistique, je n’ai pas pu tout voir, mais j’ai vu le maximum. Je préfère sortir maintenant pour éviter toute surprise désagréable », lance Claire en prenant la porte de sortie. En douceur, le vol "Art Bénin" amorce son atterrissage. Tous les passagers sont prêts à descendre en étant fiers d’avoir pris contact avec une partie de leur histoire. « Grâce à cette exposition, je connais davantage l’histoire du Danxomè. Je dis bravo à tous ceux qui ont œuvré pour que cette restitution soit une réalité. Nous en sommes des témoins privilégiés », déclare Anne-Marie. « Il est l’heure… ». C’est donc fini pour cette journée. Terminus, tout le monde descend. Le rendez-vous est pris à partir de jeudi prochain pour d’autres balades artistiques.
Isac A. YAÏ
(École du patrimoine africain et Ministère du tourisme, de la culture et des arts / Formation des journalistes culturels sur la restitution des biens culturels au Bénin par la France)





Dans la même rubrique