Fabroni Bill Yoclounon : Un mordu du « Fongbé »

La rédaction 21 septembre 2020

Aujourd’hui, presque tous les internautes essayent tant bien que mal d’écrire en langues locales. C’est dans l’optique de rendre plus intéressante et facile cette expérience que Fabroni Bill Yoclounon a créé un clavier des langues béninoises.

Fabroni Bill Yoclounon, une référence pour n’importe quel jeune ambitieux. Ce jeune homme de 25 ans, de belle prestance, est connu du grand public pour avoir offert le 1er Clavier made in Bénin le clavier des langues béninoises. Né le 14 Août 1995, il a plusieurs cordes à son arc. Il est journaliste-communicant, étudiant en Master 1 Droit-Privé et écrivain. Passionné des TIC, le jeune béninois s’est lancé depuis 2018 dans la promotion des langues locales béninoises à travers sa plateforme IamYourClounon.

Le numérique pour la valorisation de nos langues
Au tout début, on le connaissait pour ses publications de citations en fongbé sur sa page Facebook éponyme. Des panégyriques claniques en passant par la réalisation de calendrier en fongbé, il a lancé en Janvier 2019 sa première application mobile dénommée ‘’Stickers en fongbé’’. En août dernier, a vu le jour son le "Clavier des langues béninoises" qu’il a publié pour le bonheur de tous. En effet, cette application permet à tous les Béninois d’écrire avec les caractères spéciaux et diacritiques présents dans l’alphabet de chacune de leurs langues. Ce clavier permet aussi d’écrire dans plusieurs langues africaines et celles étrangères utilisant l’alphabet latin. Bref, c’est un Clavier complet, très simple d’utilisation. « Le Clavier des langues béninoises est un outil au service des langues béninoises », déclare-t-il.

Promouvoir nos langues, la clé de ses conceptions
Fabroni Bill Yoclounon, est un jeune homme fier d’être béninois, fier de sa culture. Aujourd’hui, avec le numérique qui révolutionne le monde, les langues locales semblent être en train de tomber dans la perdition. Alors, ce jeune homme a créé tous ces outils numériques en langues locales pour apporter du contenu en fongbé aux Béninois. « J’ai choisi de promouvoir nos langues parce qu’on utilise le français comme langue officielle. Malgré la richesse de toutes nos langues, nous n’avons pas une langue qui accompagne le français », explique le jeune concepteur.
La cible de ses créations est la jeunesse, à qui ses réalisations vont permettre de faire le lien avec sa culture. Lui, plus que quiconque a conscience de la richesse de nos langues locales et de la beauté de notre culture. « Nos langues locales, c’est tout à fait notre richesse parce que nos langues ne peuvent pas mourir. C’est notre richesse, c’est notre culture et la culture est tout ce qui reste quand on a tout oublié », affirme Bill Fabroni.

« IamYourClounon est devenu un canal d’alphabétisation »
Aujourd’hui, on peut dire que "IamYourClounon" participe à l’alphabétisation car, nombreux sont ceux qui se sont imprégnés de l’alphabet des langues locales à travers le Clavier des langues béninoises. A travers ses œuvres originales, beaucoup éprouvent du plaisir à s’exprimer en langues locales sur les réseaux sociaux et des éloges lui tombent dessus d’un peu partout. « Les attentes sont plus vastes parce que "IamYourClounon" est devenu un canal d’alphabétisation. Cela a été voulu par le public. Je vais essayer de réussir ce challenge », dixit Bill Yoclounon. Pour lui, réussir le pari de l’alphabétisation serait de convaincre les gouvernants à adopter le fongbé comme une seconde langue officielle. « Je suis dans la dynamique avec mon équipe à amener les dirigeants à se pencher sur la question en prenant le Fɔngbé comme deuxième langue officielle », déclare-t-il. Il explique que « le Fɔngbé est parlé par plus de 3 millions de Béninois, du nord au sud, il y a beaucoup de langues qui gravitent autour de Fɔngbé comme l’Aïzɔ, le Goungbé, le Mina, le Adja et autres. Donc, quand vous comprenez le Fɔngbé, c’est plus facile pour de comprendre une autre langue. C’est pourquoi, je privilégie le Fɔngbé ».

Fabroni Bill Yoclounon, l’écriture, une passion
Pour ce jeune concepteur qui a côtoyé près d’une dizaine d’année le séminaire Saint Joseph du Lac Adjatokpa (Kpomassè), de la culture à la littérature, il n’y a qu’un pas. Il est « passionné des belles lettres », comme il aime le dire. En effet, il est l’auteur des pièces théâtrales « Il n’est pas facile d’être prêtre » et « Les Héritiers du mal », pièce théâtrale lauréate, publiée dans le recueil "Au nom de tous ces cons", à l’issue du Concours Plumes Dorées 10ème édition. La littérature est ancrée en lui dès le bas-âge. « Mes premiers poèmes sont toujours là dans le même cahier de la 5ème en 3éme. Je les dépoussière par moment. Je lis et je me surprends à rire de ce que je racontais », dit-il.
« Comme tout auteur je suis inspiré par l’entourage, les faits sociaux, les réalités quotidiennes », explique-t-il à la question de savoir ce qui l’inspire. Sa mission en tant qu’écrivain est de marcher sur les traces des plus grands auteurs africains tout en étant au service du peuple. « Je m’inscris dans les lignes des auteurs de la Négritude qui ont veillé à être l’époux du peuple », dixit Bill Fabroni.
Aimé et respecté par tous ceux qui le côtoient, Bill Fabroni Yoclounon place le Saint-Esprit au cœur de ses œuvres. Etant jeune, il dit créer pour la jeunesse qu’il appelle à travailler sans relâche. « Dagbé ji djin é na fo ɖo ! Vankan ! Ça ne finira qu’en bien ! Bats-toi ! », a-t-il laissé entendre.
Son prochain projet est de mettre en place un dictionnaire Français-fon et Fon-français qui sera disponible en application.
Jerry GANDAHO (Stag)





Dans la même rubrique