Festival des danses endogènes : Le patrimoine culturel immatériel révélé

La rédaction 15 octobre 2018

La place publique de Zogbo, appelée sato Zangbétô vali a accueilli samedi dernier la 6éme édition du festival des danses endogènes. Initié par saapkata Zogbo et soutenue par la Fédération Nationale des Associations culture à la base (Fenecuba), ce festival a mobilisé une foule impressionnante aux côtés de laquelle on retrouve des autorités à divers niveau.

Faire de la culture, un pôle essentiel d’enrichissement et de créativité dans notre pays à travers la révélation et la promotion des danses endogènes. C’est entre autres l’objectif du festival des danses endogènes. En initiant cette rencontre culturelle, l’artiste saapkata Zogbo a voulu projeté une autre dimension des danses du vodoun Sapkata, Tohossou au public. Ce fut une véritable euphorie autour des prestations des groupes artistiques et folkloriques dont les élites du Bénin, les archanges et les étoiles brillants. Le public a vécu avec émotions les danses endogènes, autres fois esquissés par les adeptes du culte vodoun. Ainsi, selon l’artiste saapkata Zogbo, il faut des classes culturelles et faire en sorte qu’elles deviennent un élément fondamental de sauvegarde, de promotion et de transmission de la culture béninoise.
L’édition 2018 a été marquée par la présence du roi pkozé de Zogbo, de Adolphe Koffi Aladé, du directeur du fond de l’art et de la culture Alain Dehou, de Marcel Zounon, Directeur du ballet national et Eusèbe Dossou, manager national des artistes actifs du Bénin. « Nos danses traditionnelles font aujourd’hui partie intégrante de notre patrimoine culturel immatériel et nous en sommes fières. La culture doit être un pan nécessaire à la création d’emploi dans notre pays à travers le tourisme », a déclaré Marcel Zounon.
Sidonie Carole DOSSA (Stag)





Dans la même rubrique