Festival Effet graff au Bénin : Mur Benirail, un musée à ciel ouvert en plein cœur de Cotonou

Isac A. YAÏ 9 mars 2020

La 6ème édition du festival Effet graff, vient d’apporter une savoureuse touche artistique qui embellit davantage la ville métropole à travers une fresque artistique élégamment décorée et apposée sur pratiquement un kilomètre de mur en plein centre-ville de Cotonou. La métamorphose a été rendue possible grâce à la contribution de BENIRAIL qui a mis à la disposition des promoteurs, la clôture Nord de l’enceinte de la gare centrale de Cotonou pour laisser libre cours à l’imagination des artistes venus de partout pour ce festival.

959 mètres de long passionnément graffés par une trentaine d’artistes pour présenter une vision future de l’Afrique. Voilà ce à quoi ressemble le musée à ciel ouvert majestueusement déployé au cœur de la ville de Cotonou après le passage des talentueux artistes d’Effet Graff. Ce géant décor déployé du carrefour Blue zone de Zongo jusqu’à l’extrémité Nord-Est de la gare centrale de Cotonou ne laisse personne indifférent.
C’est une initiative de l’association Sèna Street Art (Assart), promoteur du festival Effet Graff qui a eu lieu du 21 février au 03 mars 2020 à Cotonou et dans certaines localités du Bénin. Ces artistes, auteurs de cette gigantesque oeuvre d’art sont des Béninois, Sénégalais, Togolais, Français, Belges, Suisses… Amoureux et promoteurs de l’art urbain, ils se sont donné rendez-vous pour la sixième édition dudit festival sous le thème : « Afrique horizon 2050 ». Ce pari audacieux, s’est révélé salutaire à plus d’un titre. Les transformations opérées sur le mur de la gare sont l’attraction phare du centre-ville de Cotonou.
Ce long mur gris, triste et insipide a laissé place à des fresques artistiques attrayantes qui drainent une foule d’admirateurs aux regards éberlués. Les éloges fusent face à la transformation qui s’est opérée. Les adeptes de selfies rivalisent d’ingéniosité pour les photos. Le trafic est au ralenti sur ce tronçon et très souvent, les conducteurs, vitres baissées, sortent la tête de leur véhicule pour admirer la splendeur de ce mur. Effet Graff a pour vocation de « participer à l’esthétique de la ville par l’illustration d’images fortes. Son originalité est puisée de l’idée de rendre hommage aux figures emblématiques qui ont marqué l’histoire du Bénin, de l’Afrique et du monde », confie son promoteur avant de préciser que « la méthodologie consiste à initier des ateliers participatifs en allant à la rencontre des peuples pour s’imprégner de leurs réalités et ensuite réaliser avec eux des œuvres dans lesquelles ils s’identifient, faisant ainsi des murs, des musées à ciel ouvert ».

Cotonou décroche la palme et les riverains sont reconnaissants
Sous le chaud soleil, les artistes, pinceaux et instruments en main, s’appliquent à reproduire la porte du non-retour, la femme africaine, la faune, la flore, bref, l’Afrique dans un somptueux tableau imagé évoquant son histoire et son quotidien. « Cotonou décroche à travers ce festival la palme de la ville possédant le mur le plus long de graffitis en Afrique derrière celui de Dubaï qui détient la première place mondiale », s’est empressé de le préciser l’Honorable Délonix Djimèco Kogblévi, député à l’Assemblée Nationale fier de ce chef d’œuvre des jeunes promoteurs. « C’est très joli. Cela change l’aspect de la ville », confie à la hâte Anita, pressée d’y prendre ses selfies. « Personnellement, je ne suis pas une grande fane de graffitis, mais le travail réalisé par ces jeunes artistes sur la clôture de Bénirail est vraiment époustouflant. Ce mur, autrefois terne, fait place à un lieu vraiment magnifique. Ce que j’ai le plus aimé, c’est que la majorité des graffitis rendent hommage à nos héros africains et à nos lieux historiques », précise Corinne, cadre exerçant au centre-ville de Cotonou.

Au niveau des autorités, l’idée fait déjà des émules. L’Honorable Délonix Djimèco Kogblévi confie que « Cet après-midi, comme promis aux graffeurs, je suis retourné au "mur". J’ai pu constater que les travaux ont considérablement évolué. Jugez-en vous-mêmes ! J’ai évoqué avec eux l’idée d’un projet pour peindre le mur du marché Dantokpa (descente du pont Martin Luther King Pharmacie 4 thérapies), si d’aventure aucun projet n’était envisagé sur cet espace. Toute ma gratitude aux autorités de Bénirail pour avoir contribué à faire rayonner un peu plus Cotonou ». La confiance de Bénirail placée en ces jeunes artistes en mettant à leur disposition son mur, s’avère bénéfique et contribue davantage à l’embellissement de la ville de Cotonou.





Dans la même rubrique