Festival international du pagne tissé : La richesse textile du Bénin au grand jour

18 août 2021

L’Association de développement du textile local de concert avec la marque Lolo Andoche lancent le Festival international du pagne tissé (Fipat). La cérémonie symbolique qui consacre le lancement de ce festival a eu lieu le mardi 17 août 2021 à Cotonou. C’était en présence des hommes des médias et de quelques acteurs du domaine textile.

L’association de développement du textile local a pour objectifs de réunir les tisserands, de travailler sur la qualité des tissus fabriqués au Bénin afin de les rendre plus compétitifs sur le marché international. C’est fort de cela que cette association organise le Festival international du pagne tissé (Fipat) pour mettre au grand jour le ‘‘Kanvo béninois’’. Les manifestations entrant dans le cadre de la première édition de ce festival tout neuf auront lieu du 17 au 21 novembre 2021, précise le directeur exécutif du festival. « Le 17 novembre, il y aura l’ouverture du festival avec une exposition-vente à Canal Olympia. Le 19 novembre, il y aura le défilé de jeunes créateurs. Ils seront une vingtaine et ça se vivra également à Canal Olympia. Puis le 20 novembre, ici à Golden Tulip, il y aura un défilé de haute couture avec également une vingtaine de créateurs qui viendront de part et d’autre du continent africain », affirme Bienvenu Badou. Pour rendre l’événement spécial, les deux principaux sites réceptionnés : Canal Olympia et Golden Tulip seront équipés avec plus de 1200 visiteurs attendus. Plusieurs pays seront représentés avec leur variété textile pour un brassage artisanal. Charlemagne Amoussou, délégué général du festival et promoteur de la marque Lolo Andoche évoque l’avantage d’un tel festival pour la révélation du pagne tissé au Bénin. « Ce festival va faire connaitre davantage le pagne tissé béninois. Le pagne tissé béninois est déjà exporté mais pas en grand volume. Donc, nous allons travailler à ce que ça soit fait en quantité et le Fipat permettra de créer l’engouement autour du besoin », déclare-t-il. Mieux, une formation de 3 à 6 mois sera organisée pour les personnes désireuses, afin d’accroître le nombre de tisserands au Bénin, et ce parallèlement à la volonté de produire le ‘‘kanvo béninois’’ en quantité et en qualité. Outre les activités sus-énumérées, des visites culturelles, le Top show et biens d’autres sont au programme pour un festival attractif et promoteur de la destination Bénin.
Gaston AMOUSSOU (Coll.)





Dans la même rubrique