Leadership féminin : Les trophées Aské célébrés du 28 au 30 mai au Maroc

La rédaction 16 mars 2020

Présidente de la Chambre des libertés de la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (Criet), Edibayo Joanna Dassoundo fait parler d’elle sur le continent. Elle vient d’être nominée pour l’édition 2020 des Trophées Aské du leadership féminin en Afrique, une initiative qui vise à récompenser les femmes qui font des efforts pour s’illustrer positivement dans la société.
Très brillante, Edibayo Joanna Dassoundo a depuis le bas âge eu un parcours scolaire et universitaire hors pair. Mieux, aujourd’hui magistrate, elle s’illustre par son leadership éclairé. « J’ai été impressionnée moi-même quand j’ai découvert qu’elle a été toujours première de sa promotion. Nous sélectionnons et nous nominons les femmes qui ont cette valeur. La femme africaine a beaucoup de valeurs qu’elle ne met pas en exergue et aujourd’hui j’ai compris qu’une femme qui a des valeurs vaut de l’or », a noté Chimène Sossah, Présidente de l’Ong Ekin (Nos racines).
La juge au tribunal de première instance de 1ère classe de Cotonou a très tôt cru en ses talents et en ses rêves. Aujourd’hui lauréate des Trophées Aské, elle appelle ses paires à faire de même. « Je voudrais dire à toutes les jeunes filles de rêver. Ça commence par là. Après, une fois qu’on ne se fixe pas de limite, une fois qu’on se donne les moyens, on travaille autant que possible et la chance accompagne. Nous les femmes, nous les jeunes filles, nous avons le devoir de faire le maximum d’efforts », a-t-elle martelé.

Rendez-vous à Rabat au Maroc
Créée par l’Ong Ekin de Chimène Sossah, l’initiative des Trophées Aské vise à honorer la femme africaine dans sa capacité à entreprendre, gérer, innover et à impacter sa communauté voire l’Afrique. Tout est parti de l’histoire choquante d’une jeune fille violée mais qui s’est battue jusqu’au bout pour le bien de ses deux enfants. Un engagement à croire à un monde meilleur que prône l’Ong Ekin, qui voit en la lauréate Joanna Dassoundo, des valeurs. « Si on a madame Edibayo Dassoundo aujourd’hui, c’est parce qu’elle a compris qu’elle doit s’instruire. Le Jury l’a choisie pas parce qu’elle est béninoise, mais parce qu’elle elle est l’exemple de cette édition, parce qu’une jeune femme doit se battre pour ne pas tomber dans la fatalité. Il faut que toutes les structures, les ong passent des messages pour que, plus jamais, d’ici 2030, nos filles ne fassent l’objet de violences sexuelles », a laissé entendre Chimène Sossah, Présidente de l’Ong Ekin.
L’enjeu de cette 4e édition est de mettre davantage en lumière la lutte des femmes africaines et de la diaspora pour leur engagement dans le processus de développement du continent et de susciter la culture du leadership chez la femme et la jeune fille africaine. Ainsi, tout comme la jeune magistrate Edibayo Joanna Dassoundo, 11 autres africaines seront aussi distinguées lors de la 4e édition des Trophées Aské qui se dérouleront au Maroc autour du thème : « Leadership féminin pour une Afrique plurielle : Rencontre des femmes du Maroc et de l’Afrique Subsaharienne ». Elle se fera avec l’Union nationale des femmes du Maroc. « Les 2 cultures peuvent très bien se mélanger, puisque c’est la même Afrique. On se rend compte que cette Afrique est divisée. Mais aujourd’hui, nous devons nous considérer comme Africains. J’ai voulu mettre l’Afrique mosaïque comme thème. Nous allons rencontrer toutes cultures de cette Afrique dans un évènement qu’on va appeler Afrique mosaïque au lieu de l’appeler trophée Aské », a-t-elle ajouté.
Marina HOUNNOU





Dans la même rubrique