Maquillage cinéma : Nicole Dadjo, la magicienne du visage et du corps

Isac A. YAÏ 30 janvier 2020

Nicole Annick Dadjo, béninoise de nationalité, évolue dans une activité très peu connue par le public dans le cinéma : maquilleuse. Avec ses imaginations et son savoir-faire, elle transforme la peau des comédiens selon le désir du réalisateur. Elle peut vous rendre laid de façon à faire fuir tout le monde ou beau très attrayant. Travailler sur la peau des acteurs lors des tournages des films est l’une de ses passions.

Elle évolue dans l’ombre des réalisateurs de films. Très peu connue du public, Nicole Annick Dadjo maquilleuse cinéma, est une magicienne des peaux. Des blessures aux plaies les plus béantes en passant par le maquillage esthétique, Nicole Annick Dadjo est passionnée de son métier de maquilleuse cinéma. « C’est au Burkina-Faso que j’ai vu la maquilleuse burkinabè travailler et j’ai été séduite. Je lui ai demandé son parcours et elle me l’a expliqué. Elle voulait me former, mais je n’ai pas voulu le faire sur le tas. Je pensais qu’on faisait ce type de maquillage au Bénin. C’est ainsi que je me suis rendue à Pas-Bénin esthétique pour me faire former, mais malheureusement, je n’y ai pas trouvé ce que je voulais. Néanmoins, cela m’a donné une base. Car, désormais, je connais le type de peau sur laquelle je dois travailler. J’ai eu alors mon diplôme d’esthéticienne cosméticienne. Mais comme ce n’est pas ce que je voulais, j’ai dû aller à Lilles en France pour faire trois mois de formation. A mon retour au Bénin, j’ai commencé à travailler », confie-t-elle avec assurance, les yeux cachés derrière ses verres médicaux. Après cette formation en France qui comble ses attentes, Nicole Annick Dadjo met en veilleuse sa première passion de comédienne pour se lancer dans le tournage des films en tant que maquilleuse. Son premier baptême est le film "Pourquoi moi ?" du réalisateur nigérian Tunde Kilani tourné en 2008 à Cotonou et au Nigeria. Ce tournage a permis à la jeune maquilleuse de travailler avec des comédiens béninois, ivoiriens et nigérians. « Petit à petit, j’ai commencé par faire mon chemin avec d’autres cinéastes. Grâce à Sévérin Akando, j’ai eu à travailler sur les films des étudiants de la première promotion d’Isma. J’ai aussi côtoyé des grandes figures du cinéma béninois telles que Sévérin Akando, Joseph Kpobly. J’ai aussi travaillé avec des réalisateurs ivoiriens, burkinabés, français, anglais, espagnoles… J’étais pratiquement la seule sur le terrain au Bénin. J’ai donc travaillé avec beaucoup de personnes. C’est ainsi que progressivement, je me suis fait un nom », déclare-t-elle toute souriante.

La peau n’a pas de secret pour elle

Elle est au début et à la fin des films. Pour elle, la peau n’a pas de secret. Elle crée selon son inspiration, ses imaginations et le contexte. « Au cinéma, la maquilleuse est au début et à la fin du tournage. Elle est présente depuis le casting car, il faut qu’elle connaisse les comédiens sur qui elle veut travailler. Il lui faut connaître la texture des peaux des comédiens, est-ce que certains ont des problèmes de peau qu’il faut camoufler ou soigner avant de venir sur le plateau. La maquilleuse se doit d’être présente pour l’esthétique du film », confie-t-elle. Une fois en possession de sac à outils, le reste se passe comme des coups de baguettes magiques. Des réalisations à faire frissonner Ainsi, des blessures, coupures spectaculaires, de brûlures ou encore d’infections sur la peau, ouverture de veines... se font avec les moyens de bord. Avec talent et passion, elle transforme les visages et les corps, âmes sensibles s’abstenir. « Cela peut se faire avec du latex, de la pâte à modeler, de la pâte dentifrice, pâte simple, du faux sang … les circonstances et les moyens de la production font que nous nous adaptons aux contextes. Il y a des effets spéciaux qui font que notre valise est un peu différente de celle de la maquilleuse ordinaire », précise-t-elle avec une voix enjouée. Pour elle, les gens comprennent progressivement l’importance de la maquilleuse sur les plateaux du cinéma. Mais la rémunération n’est pas encore à la hauteur du travail abattu. Ainsi, la vie d’une maquilleuse cinéma n’est pas rose. Il y a des hauts et des bas en maquillage comme tout autre métier. Les films ne s’enchaînent pas souvent. Il faut donc savoir faire des réserves pour vivre toute l’année après quelques tournages. Le dernier film sur lequel Nicole Annick Dajo a travaillé est « Les aventures de Folashadé » de Christiane Chabi Kaho tourné en décembre 2019 à Cotonou et environs.

Un esprit de partage
Pour partager son savoir-faire afin de ne pas être seule sur le terrain, Nicole Annick Dajo forme certains jeunes en maquillage cinéma. « J’ai formé des filles afin que je ne sois plus seule sur le terrain. Je donne aussi des cours à l’Isma et à l’Inmaac de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac) parce que j’ai estimé qu’il était nécessaire que les réalisateurs connaissent l’importance du maquillage sur un plateau puisque notre métier n’est pas trop connu. Il faut qu’ils sachent à quel moment intervient une maquilleuse et son rôle... », indique-t-elle. Pour elle, le maquillage fait partie des corps du métier du cinéma. Il faut alors le valoriser.

Des ambitions pour le métier et le cinéma
Nicole Annick Dadjo nourrit beaucoup d’ambition pour faire connaître le maquillage cinéma au public. Car, pour elle, ce métier est aussi important que tous les autres qui gravitent autour du cinéma. « Mes ambitions, c’est de faire connaître le maquillage cinéma partout dans le monde. Il faut montrer aux gens que c’est un métier qui nourrit son homme. Je voudrais que le maquillage soit un corps de métier respecté. Il faut que la maquilleuse ait son mot à dire dans une production comme tous les autres corps du métier. Il faut donc qu’on se batte pour nous affirmer dans les hauts lieux du cinéma », martèle-elle. Et pour mieux se faire entendre, elle ambitionne d’être comptée parmi les prochains membres du Centre National du Cinéma et de l’image Animée (Cncia). Son cheval de bataille, faire voter le code de la cinématographie. « Il est important que le code de la cinématographie sorte afin qu’on puisse donner à chaque corps de métier sa valeur. Il faut aussi un cadre légal pour des discussions entre tous les corps de métiers pour l’évolution du cinéma au Bénin », a-t-elle conclu tout en croisant les doigts pour que son rêve devienne réalité.

Zoom sur le parcours de Nicole Yannick Dadjo
OBJECTIFS

Je veux contribuer à l’émergence de mon continent et particulièrement à celle de mon pays, le Bénin. Pour ce faire, j’ai choisi m’exprimer à travers l’art à cause du taux d’analphabétisme. Le théâtre, la danse, le chant, le conte, et le cinéma sont des vecteurs de sensibilisation et d’éveil de conscience vu que les africains sont très sensibles aux arts et à la culture. De ce fait, je me rends toujours disponible lorsqu’on m’invite à donner une contribution conforme à mes compétences ou lorsque je dois saisir une opportunité de renforcement de mes capacités.

EXPERIENCES PROFESSIONNELLES ET ARTISTIQUES
PROFESSEUR DE MAQUILLAGE

2014 à ce jour : L’ISMA
2018  : L’INMAAC-UAC
2017-2018  : L’ESTHETICIENNE
2008-2012 : PARIS-BENIN ESTHETIQUE

MAQUILLEUSE CINEMA

2019 : LE DIABLE DANS LE DETAIL de FLORENT COUAO ZOTTI réalisation Tola Koukoui Produit par Le Théâtre Kahidara
UN ENFANT A TOUT PRIX réalisation Béola Touggourt Produit par OLAOLU
LA REINE DETRONE réalisation Prince OGOUDJOBI produit par OKIKI
UN MUNDO PROHIBIDO réalisation Salvador CALVOI produit par IKIRU
LA LEGENDE DE FALASHADE réalisation Christiane Chabi Kao
2018 : FIDJROS’ANGELES réalisation Lucresse d’Almeida Zulkiff Produit par Pascal Foli Folikoue
LUNA réalisation Philippe HOUNGBEDJI produit par l’ONG *VALEUR ALBINOS*
MR LE PRESIDENT réalisation Serge YEOU, Barnabé AFFOUGNON produit par de MATRIX
2017  : 2EME CHANCE SERIE saison II réalisation Prince OGOUDJOBI produit par A+
The warrios Documentaire FICTION de Sébastien PEITER réalisation John BRIEST
2016  : PSYCHOSE DANS UN LYCEE réalisation Ibrahim BAH
BIYONDO (L’ENFANT SORCIER) de Pierre-Claver TOSSOU réalisation Prince OGOUDJOBI
2015 : LE DIABLE DANS LE DETAIL de FLORENT COUAO ZOTTI réalisation Tola Koukoui Produit par
Le Théâtre Kahidara
NELSON ET MADISON saison II réalisation Prince OGOUDJOBI
2014 : CŒUR ERRANT de FLORENT COUAO ZOTTI réalisation Sorel A. Produit par D. ciné
NELSON ET MADISON du COLLECTIF DE JEUNES SCENARISTE réalisation Prince OGOUDJOBI
LE RETOUR DU ROI réalisation Roger Nahum produit par D. Ciné
2013  : 2EME CHANCE SERIE de ROYAL - LINKS BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
MON MARI SERIE de ROYAL - LINKS BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
LA FOLIE de Mme PADONOU COFFI GENEVIEVE réalisation Prince OGOUDJOBI
GAZAPA SERIE de SANY OROU ROCK réalisation Prince OGOUDJOBI
UNE NOUVELLE VIE réalisation Samuel FAGBEDJI produit par l’ISMA
2012 : BOOMERANG ! réalisation Jovania d’ALMEIDA et Imelda BOKO produit par l’ISMA
RESTAURATION de ROYAL - LINKS BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
2EME CHANCE SERIE de ROYAL- LINKS BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
MON MARI SERIE de ROYAL - LINKS BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
2011 : AKOBA ADABA de OLA PRODUCTION réalisation Emile HOUENAGNON
ADIGBAN LE MENSONGE de ROYAL - LINKS BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
MES DOULEURS de Sènan Evelyne HESSOU produit par l’ISMA
LA VENGEANCE de Lorianie HOUESSINON produit par l’ISMA
2010 : LE BEAU BLANC de TAXIKANNEN réalisation Prince OGOUDJOBI
LE CHOC 1 ET 2 !!! de ROYAL - LINKS BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
VRAI OU FAUX d’Eric DEDEWANOU réalisation Prince OGOUDJOBI
2009 : WAHALA LE DRAME de ROYAL - LINK BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
MA PHOTO de ROYAL - LINKS BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
LA VRAIE FACE de Rosalie Bai DAAHGUE réalisation GANGAN PROD
RUMEMBER THE TIME de Zulkif LAWANI produit par l’ISMA
SODABI de PRINCE YADJO réalisation Prince OGOUDJOBI
PAPA JONCQUET réalisation Prince OGOUDJOBI produit par SEBARTS
HIN NU DE DIE réalisation Prince OGOUDJOBI produit par VINAIM distribution
MES RACINES de ROYAL - LINKS BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
VIHOTOGBE de MARCELINE ABOH réalisation Prince OGOUDJOBI
VIDOKPO-NON de ROYAL - LINKS BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
HERITAGE, réalisation Francis Zossou
2008  : NADIA réalisation Modeste HOUNGBEDJI, produit par CRIC
A QUI LE TOUR de Samson ADJAHO produit par l’ISMA
SIN ZOZO de ROYAL-LINKS BENIN réalisation Prince OGOUDJOBI
MEDICAMENT ILLICITE de Modeste HOUNGBEDJI, produit par CIRTEF
UNE JOURNEE D’ENFER d’Ingride AGBO produit par l’ISMA
DJIBITI II d’Oncle BAZAR, réalisation Prince OGOUDJOBI
DESTIN FAUCHE de H2O, réalisation Prince OGOUDJOBI
FAUX MEDICAMENTS, réalisation Modeste HOUNBEDJI pour l’OMS et M Santé
FACE CACHEE (pilote) du CPIS réalisation Serge YOMZAK B.
DJIBITI I d’Oncle BAZAR réalisation Prince OGOUDJOBI
POURQUOI MOI, réalisation Tundé KELANI produit par LAHA





Dans la même rubrique