Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Maris et femmes de nuit : Un mal spirituel dont souffrent nombre de personnes

Nombreuses sont les personnes qui à Cotonou et dans plusieurs autres localités du Bénin sont confrontées au phénomène de ‘’mari ou femme de nuit’’ qui détruit aussi bien au plan sentimental que financier. Néanmoins, certaines personnes arrivent quand même à s’en sortir grâce à la prière et à la phytothérapie.

JPEG - 47.8 ko

Dame Sessi, revendeuse à Abomey-Calavi, est confrontée à une situation peu ordinaire. D’une voix entrecoupée et tremblotante, elle raconte : « Après deux mois de relation, j’ai commencé à haïr mon petit ami de toutes mes forces. Je vivais la solitude. Aucun homme ne s’approchait de moi et j’étais de plus en plus désespérée. Aujourd’hui, c’est grâce à un pasteur que j’ai pu m’en sortir ». Tout comme Dame Sessi, beaucoup d’autres femmes et hommes sont victimes du phénomène de mari ou de femme de nuit. Selon les religieux, ce sont des êtres invisibles qui ont pour mission d’éloigner les hommes du chemin de Dieu. Cela se traduit, selon eux, par des évènements étranges au cours du sommeil où l’on est en plein ébats sexuels avec des esprits. Les victimes de ces liens spirituels sont souvent en colère et ont du mal à connaître une relation solide. « Pendant le sommeil, on entretient des rapports sexuels avec une femme ou un homme, et au réveil, on est de mauvaise humeur. Pour un rien, on s’emporte », explique Janvier Lassissi, prédicateur dans une église de la place, tout en précisant que ces personnes sont dans l’incapacité de trouver un(e) fiancé(é) et de fonder une famille. Plusieurs femmes disent être traumatisées par ce phénomène. « Dans mon rêve, j’entretenais des relations sexuelles avec un homme qui a pris le visage d’un de mes proches. A mon réveil, j’étais totalement mouillée », confie Gwladys, 19 ans, qui a parfois l’impression que cette personne la caresse au point qu’elle ressent des frissons. « Entre-temps, il n’entretenait plus des relations sexuelles avec moi, mais il m’amenait à avoir des envies, à vouloir qu’un homme me fasse l’amour. J’ai résisté à cette tentation, mais pas pour longtemps. Je me masturbais pour assouvir mes envies sexuelles qui devenaient plus fréquentes », ajoute-t-elle. Pour l’Imam Issifou Lawal, il y a des maris de nuit moins jaloux qui peuvent laisser les gens se marier. Mais comme le révèle A. Sodjinou, prédicatrice des Témoins de Jéhovah, « les disputes pouvant provoquer des divorces peuvent provenir de cette relation malsaine ». C’est le cas de Dame Viviane qui s’est séparée de son mari, il y a trois ans environ. Celle-ci vivait avec son époux, mais cette relation s’est vite dégradée. « Je n’avais pas de problème avec mon mari quand nous nous sommes mariés. Mais après deux ans de vie de couple, il a changé complètement. Il ne dormait plus avec moi dans le lit conjugal. Il se couchait au salon dans le divan », dit- elle. Cette situation, poursuit-elle, a duré plusieurs mois. Et quand elle a cherché à comprendre, son mari lui a confié que lui-même ne comprenait rien de la situation. Viviane se souvient avoir tout fait pour ramener son époux dans le lit conjugal jusqu’au jour où elle a entendu du bruit dans la nuit. « Je suis venue au salon pour voir ce qui se passe. J’ai trouvé mon mari couché sur le ventre en train de gémir et de faire des mouvements comme s’il faisait l’amour avec une femme. Je l’ai réveillé pour comprendre son comportement et il m’a répondu d’une manière hébétée », affirme-t-elle. Elle explique qu’avec le temps, son calvaire s’est empiré. « Mon mari sortait et revenait à des heures indues et n’avait plus envie même de me voir. Pourtant, je ne lui ai rien fait. Il a fini par demander le divorce », explique pour sa part Solange. Cette dame a pu sauver son mariage grâce à la prière.
Dame Thérèse, quant à elle, a dû cacher à son époux l’existence d’un mari de nuit dans sa vie, de peur que celui-ci ne la quitte. « J’avais ce problème, mais c’est grâce à la prière que j’ai pu sauver mon foyer. Tout a commencé quand mon époux m’a fait savoir que je lui portais malheur. Chaque fin du mois, après m’avoir donné l’argent de la popote et de nos petits besoins avec les enfants, il dit que son argent disparaissait de façon mystérieuse, sans qu’il l’ait dépensé. Il m’a révélé une fois qu’il a l’impression qu’une force extérieure le repousse quand il tente de s’approcher de moi. C’était tendu entre nous et il voulait même me répudier », se souvient-elle, en larmes.Aussi, poursuit-elle : « Un jour, il m’a confié que quelqu’un est venu le menacer dans son rêve de ne plus me toucher et que s’il persiste, il va en payer de sa vie. C’est là qu’il a compris que j’étais possédée ». Depuis, elle s’est lancée dans la prière qui a fini par la libérer des mains de son « homme de nuit ». La seule manière de se débarrasser de ces êtres nuisibles, selon le prédicateur Janvier Lassissi, c’est la prière. Il a préconisé d’adopter une ligne de bonne conduite en vivant dans la foi et l’honnêteté.

La manifestation de ce phénomène
Le phénomène de « mari et femme de nuit » est un problème qui détruit la vie de nombreuses personnes. Les plus crédules expliquent que ces « hommes et femmes invisibles » profitent souvent du sommeil de leurs victimes pour entretenir des relations intimes avec elles. Une situation qui les empêche de réussir leur vie aussi bien amoureuse que professionnelle. Pour le père spirituel Bernard de la Mission de l’Aigle, ce phénomène a d’abord ses racines dans les relations et les liens familiaux. « C’est dommage de constater que certains parents ont pactisé avec le diable. Ils sont sorciers ou sorcières ». Aussi, « quelquefois, il s’agit d’un parenté ou d’une connaissance, fils ou fille du diable, qui décide de vous fermer le chemin du mariage par jalousie, par simple méchanceté ou par votre refus de vous marier avec lui ou avec elle » a-t-il laissé entendre.

Les types de pactes
En premier lieu, il y a la consécration d’une personne dès le sein de sa mère ou à sa naissance à un esprit ou génie des eaux auquel les parents vouent un culte. Lorsque ceux-ci éprouvent des difficultés à concevoir, ils font un vœu au génie d’une rivière ou d’une montagne en lui promettant de lui donner comme époux ou épouse la fille ou le garçon à naître. A partir de ce moment, l’enfant qui naît de cette prière doit être au service de cet esprit. Il est soumis à des interdits et obligations, surtout d’ordre alimentaire ou rituel. Ne pas respecter ces charges, c’est s’exposer à avoir une vie régulièrement perturbée par des transes, des dépressions, des infortunes, voire des risques graves.
D’autres personnes sont soumises à cette amitié non souhaitée de par leur propre faute suite à la consultation des devins, féticheurs, sorciers et envoûteurs qui leur imposent des sacrifices et des libations dans le but d’avoir la richesse, l’honneur, la gloire et le succès.
La pratique du spiritisme peut également conduire à des liens avec les esprits qui rôdent dans les cimetières. Ces amitiés sont en général des pactes consentis ou tacites avec ces esprits auxquels il faut offrir à jour fixe des repas, des poulets, des œufs, des ignames, du vin, de l’huile, etc. Ces esprits vont jusqu’à exiger que leurs dévots portent une tenue généralement blanche pour le jour de leur rendez-vous.
En troisième lieu, ces liens avec des maris ou épouses de nuit peuvent être le fait d’un membre de la famille de la victime qui veut nuire à sa vie. Dans ce cas, l’esprit est en général très agressif et s’impose entre sa victime et son époux ou épouse. Il peut venir à temps et à contretemps et soumettre son ami à des rapports sexuels forcés qui sont en réalité des viols virtuels. Les personnes consacrées aux vodouns (vodunsi), ou "vendues" par leurs familles à la divinité de la mer, Mamiwata, signalée tout le long des côtes de l’Atlantique en Afrique de l’ouest et centrale, peuvent vivre ce genre de fréquentation par les maris et épouses de nuit.
La dernière catégorie de personnes victimes des maris de nuit sont celles qui reçoivent leur visite, de manière fortuite, sans aucune explication objective. Ces personnes se surprennent à jouir régulièrement de l’amitié de ces visiteurs étranges qui prennent le visage d’un membre de leur famille.

S’en débarrasser par la phytothérapie !
Il existe aujourd’hui des plantes et même des encens pour être délivré des femmes et maris de nuit. « Il faut procéder par des moyens pour les chasser. Au niveau de l’encens, il y a la myrrhe, qui chasse cet esprit, l’aloès aussi. En plus de cela, il y a la prière et certaines plantes », a écrit Jean-Pliya dans l’un de ses livres. Au niveau des traditionnalistes, la plante la mieux indiquée est l’hysope communément appelée "déssréguéman". Dans ce cas, il est conseillé de se laver la tête avec les feuilles de cette plante afin de conjurer le mal, fait savoir Hounnongan Gbênoukpo, prêtre du thron. Par contre, les musulmans recommandent plutôt l’utilisation des essences à base de myrrhe et d’aloès.

Des liens avec la divinité des eaux !
Face aux différentes allégations portées sur la divinité mami dan en ce qui concerne les problèmes liés à un certain mari ou femme de nuit, Hounnon Adodo Tchétoula apporte un démenti formel. « Il est certes interdit de tenir des rapports sexuels à la veille des récoltes ou pendant certaines périodes. Mais c’est pour permettre à l’adepte de rester dans un état pur pour entrer en contact avec son dieu. Ce n’est aucunement pour rester chaste pour un mari ou une femme de nuit comme certains l’interprètent. C’est un interdit, et c’est à travers les interdits qu’un adepte reste en harmonie avec sa divinité. Le Vodoun, pour nous, c’est Dieu », a-t-il conclu. Une manière d’amener à comprendre que la divinité Mamiwata n’y est pour rien dans ce phénomène.

Père André Marie Kengne de Foi d’Afrique sur comment chasser les maris de nuit
La plupart du temps, pour ce type de prière de délivrance, il est préférable d’observer un moment de jeûne. Car comme l’a dit la Bible, certains esprits ne sortent que par le jeûne et la prière.

-Il arrive que l’on doit faire cette prière de combat plusieurs fois avant d’en être totalement délivré.
- Si malgré la prière, l’esprit continu de nous attaquer, nous ne devons pas baisser les bras, au contraire nous devons redoubler d’efforts. Car, il sait que ses heures sont comptées et il joue le tout pour le tout.
Renoncer à tout pacte et alliance que vous avez tissés ou que vos parents ont tissés avec cet esprit :
" Dans le nom du Seigneur Jésus : Je renonce à tout pacte entre toi et moi, esprit de mari de nuit. Quel que soit le pacte que j’ai tissé avec toi de manière consciente et inconsciente, aujourd’hui, je refuse ce pacte et par le sang de Jésus-Christ, je le rends à néant. Je romps toute alliance entre moi et tout esprit à la base de l’esprit de mari de nuit.
Il est écrit dans la parole de Dieu dans le livre de Matthieu 28:26 « Car ceci est mon sang, le sang de la nouvelle alliance... » ainsi, il n’existe aucune autre alliance dans ma vie à part l’alliance que j’ai tissée avec L’Eternel des armées à travers son fils Jésus. Je refuse ton alliance au nom de Jésus-Christ. "
-Détruire tout autel spirituel qui nous lie à cet esprit, surtout si le mari ou la femme de nuit dans notre vie vient de l’idolâtrie ou d’autres pratiques spirituelles condamnées par la parole de notre Dieu :
"Je brise tout autel satanique conçu par ma faute à travers l’idolâtrie. Ces autels par lesquels tu passes mari de nuit pour m’atteindre, je les détruis au nom de Jésus-Christ.
Par la puissance du seigneur Jésus, je détruis tous les autels sataniques que mes parents ont érigés et par lesquels tu passes pour m’attaquer. Je les consume par le feu du Saint Esprit."

-Briser tous liens entre vous et lui :
"Je brise tous liens entre toi et moi, esprit de mari de nuit. Par le sang de Jésus, j’anéantis toute puissance qui nous lie maintenant. Je ne veux pas de tes liens dans ma vie au nom de Jésus-Christ."

-Proclamer le divorce entre vous et l’esprit de mari ou de femme de nuit :
"Il est écrit dans le livre de Genèse 2:24 :« ...l’homme quittera son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et ils deviendront tous deux un seul être ».
Ainsi, c’est à un homme et non à un esprit que je suis appelé à me marier. Je prends autorité et je détruis tout lien de mariage qui nous unit, mari de nuit au nom de Jésus. Je refuse tout rapport sexuel avec toi au nom de Jésus. J’arrache toutes les alliances à mes doigts et je proclame le divorce entre toi et moi par la puissance du Seigneur Jésus."

-Enfin prendre autorité et le chasser de votre vie.
"Je ne veux pas de toi comme mari, tu libères ma vie au nom de Jésus-Christ. Il est écrit dans le livre de Romains 14 :11 : « Je suis vivant, dit le Seigneur, tout genou fléchira devant moi » .Tu fléchis genoux et tu lâches prise au nom de Jésus-Christ. Tout pouvoir m’a été donné par le Seigneur Jésus et en son nom, je te chasse de ma vie, mari de nuit. Tes œuvres contre moi sont détruites dans ma vie et ta domination est anéantie au nom de Jésus. Je proclame ma délivrance ! Amen "
Marina HOUNNOU (Coll.)

30-08-2018, La rédaction


CHRONIQUES

Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
L’axiome est sans équivoque. Qui veut rouler à moto, doit avoir sa plaque d’immatriculation. Défaut longtemps toléré au Bénin, mais défaut bientôt (...) Lire  

En vérité : Transport en commun : le grand (...)
15-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers (...)
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 540

Père Clément Marie Bonou au sujet de la fête de Toussaint : « La (...)
31-10-2018, La rédaction
Les chrétiens catholiques célèbrent demain les saints et le2 prochain les défunts. Deux fêtes qui se suivent sans pour (...)  

Interview avec Bokonon Aké Oundjèglo : « La cérémonie "ahouandida" (...)
19-10-2018, La rédaction
Président du Festival International des jumeaux, Bokonon Aké Oundjèglo nous parle ici des jumeaux à travers un rite (...)  

Léila Adjé-Chabi au sujet du Make up SFX : « Ce qui me passionne (...)
18-10-2018, La rédaction
Étudiante en 3e année de réalisation cinéma et télévision à l’Institut Supérieur des métiers de l’audiovisuel (Isma), (...)  

Coffi Eric Lazare Akakpo, Président de Caco : « L’heure a sonné, il (...)
17-10-2018, Arnaud DOUMANHOUN
Coffi Eric Lazare Akakpo préside depuis quelques années l’association Sonagnon et le Collectif des acteurs culturels (...)