Obsèques de Stan Tohon : Des hommages au Roi du Tchink

La rédaction 8 avril 2019

Stan Tohon, le Roi du Tchink Système repose depuis ce week-end à son domicile à Hêvié. Mais avant, au Palais des Sports, ses fans et ses compères artistes ont eu du mal à lui dire leurs adieux. Retour sur les hommages rendus par le monde culturel à cet artiste qui laisse derrière lui un riche patrimoine de 84 albums.

Alors qu’au dehors le ciel rayonne d’éclats, au cœur du Palais des Sports tout s’assombrit. Au fond de ce hall est dressé un lit mortuaire avec un cercueil blanc, au pied duquel se trouvent deux petits crucifix. Il est là, Stan Tohon, mais en silence. Il ne parle pas. Il ne parlera plus à ses amis et compères artistes, aussi tristes qu’ils soient et que l’artiste a marqués durant toute sa vie.
Entre témoignages poignants et complaintes des ballets, la disparition de ‘’Papy Grande" est patente. Jean-Louis Azé, animateur live du premier concert de Stan Tohon en 1981, parle d’une voix lourde, de celui qu’il appelle le philosophe. « La douleur m’étreint, Stan est un philosophe. Il chantait déjà les douleurs de la mort. Il se collait à l’actualité dans ses morceaux. C’est un coup de poignard que j’ai reçu dans le dos en apprenant la nouvelle ce 26 février 2019. Va Stan et que tes œuvres continuent de parler de toi », témoigne-t-il.

Les témoignages s’enchaînent accentuant les émotions. A la vue de la dépouille, le public déjà abasourdi se lève pour un standing ovation. Le morceau "Zoumètingbo" de Sagbohan Danialou alourdit les clameurs en hommages au baobab Stan. De beaucoup de visages coulent des larmes. Mais aux cris d’encouragement de Steeve Facia, le public reprend courage.

Homeky interprète ‘’Zémidjan’’
S’il y a un morceau qui a révélé Stan Tohon et qui revient souvent sur les lèvres, c’est Zémidjan. Invité à placer son mot, Oswald Homeky, ministre du tourisme, de la culture et des sports s’avance puis interprète d’abord "Zémidjan". Pendant 30 secondes, le ministre replonge le hall dans les beaux souvenirs avant de réitérer les condoléances du gouvernement à la famille éplorée et à celle artistique. Il finit par une petite anecdote, celui d’un rendez-vous qu’il avait avec le Roi du Tchink pour le 6 avril : « Nous avions rendez-vous pour chanter ensemble lui et moi à Hêvié. Il m’a dit " il faut que tu apprennes mon répertoire et que tu viennes à Hêvié. On va tout fermer et on va chanter tous les deux" et je lui ai dit on fera ça le jour qui te conviendra. Il m’a dit le jour de l’an 3 du gouvernement auquel tu appartiens. Le 06 avril. Demain c’est le 6 Avril et c’est ce demain qu’on va l’enterrer. Le plus bel hommage qu’on peut lui rendre est de continuer à le célébrer », confie Oswald Homeky.

La promesse des acteurs culturels

Avant que le Roi ne rejoigne sa demeure éternelle, les siens ont promis pérenniser ses œuvres. Et c’est à Pascal Wanou de prendre la parole au nom des acteurs culturels et artistes : « Stan Tohon a posé des actes qui font en sorte que son nom restera toujours gravé dans les cœurs ». Des anciens amis du Ceg Gbégamey aux représentants des familles éplorées en passant par les artistes, personne n’a tari d’éloges à l’endroit du gouvernement pour son accompagnement dans le cadre des obsèques. Au nom des enfants de Stan, Pétronie Tohon retiendra quelques minutes encore le public pour faire découvrir son père. « Papa est un homme complet. Il a su nous éduquer, nous inculquer les valeurs de la vie. Va papa ! ».
Du palais des sports à la paroisse Bon pasteur de Cotonou, à pieds, à moto ou en voiture, une marée humaine accompagne le Roi Stan. Avec des chansons populaires de l’artiste, la foule lui exprime son profond attachement. « Perdre un artiste de la trempe de Tohon, c’est voir les parures de la culture s’effriter. Il a encore beaucoup de choses à apprendre aux jeunes. C’est triste de devoir lui dire adieux », dit Simplice Tchaou, acteur culturel. A la fin de la messe, la dépouille de Stanislas Tohon se dirige vers Hêvié, où il achève son voyage à l’âge de 64 ans.

Quelques impressions
Carlos Tohon, fils de Stan Tohon
« Je pense bien hériter de sa musique »

Papa, c’est un homme bien. Tout l’inspirait. Je me rappelle encore de cette nuit où on suivait un film et il y a eu coupure de courant. Il m’a regardé et tout en colère, il m’a dit « apporte moi un bic et une feuille » et je vous dis c’est devant moi qu’il a composé la chanson qui parle des coupures d’électricité intempestives. Je ferai l’effort pour que son nom demeure. Je pense bien hériter de sa musique, puisque je m’y lance déjà.

Nel-Oliver, compagnon de scène de Stan
« Stan est un justicier… »

On a fait un concert, une fois ensemble. On savait qu’on n’allait pas nous payer. On a décidé quand même de jouer. Quand on a fini le concert, Stan m’a appelé et il a dit "Awé ! Ils t’ont payé ?" J’ai dit non et il m’a demandé de le suivre. On est venus au niveau de la caisse, et la caissière rangeait les sous dans un sac. Il sourit à la dame et dit " la recette a été bonne aujourd’hui hein !" La dame a répondu ‘’oui’’. Stan prend le sac et l’accroche à son épaule et me demanda de le suivre. La dame s’est mise à crier. Il demande à la dame d’aller informer son patron que c’est lui Stan qui a pris le sac. On est sortis du lieu et il me demande combien il te doit et j’ai répondu juste mon cachet. Il met la main dans le sac et me tend l’argent. Aussitôt il reçoit un coup de fil de l’organisateur et lui dit " comme tu ne veux pas nous payer, on s’est servis et le monsieur s’est tu". C’était très fort. Ça c’est le caractère de Stan. C’est un justicier, c’est quelqu’un de spontané et ses réactions sont parfois mal prises. Stan aime que les choses se passent dans la logique. Je lui souhaite un bon repos.

Steeve Facia, Présentateur Télé
« Stan n’est pas mort, je vous rassure »

Stan, c’est une Legende, Stan c’est un style, Stan c’est une fierté, Stan c’est un mode de vie, Stan c’est un comportement, Stan c’est une beauté énorme, Stan c’est un amour… c’est ainsi que je définis Stan. On était encore très jeunes quand j’ai connu déjà Stan, pas moins de 35 ans. Même avant d’être animateur, je connaissais déjà Stan. Je l’aimais déjà profondément et encore dans la logique de mon travail où je suis devenus animateur, je l’ai côtoyé et on a travaillé ensemble. On est devenu des amis, des potes et dans le monde des chanteurs, Stan est un sacré pote avec qui j’ai partagé beaucoup de chose sur le plan professionnel, sur le plan culturel et sur le plan amical etc… Stan n’est pas mort je vous rassure. La preuve, sa voix n’est pas éteinte et continuera de résonner. Stan est le roi du Tchink et le roi ne meurt pas. Néanmoins, son départ est vraiment douloureux pour moi.

Bobodé, artiste
« Stan Tohon, c’est une icône et un grand homme »

Pour certains je suis le fils de Tohon et pour d’autre je suis son frère. Nous avons passé 38 années d’amitié ensemble. J’ai connu Stan Tohon en 1980. C’est moi qui ai fait la promotion de son album ‘’Ahouamatchizo’’. Il était en Côte d’Ivoire quand moi j’ai démarré ici et quand il est rentré, les gens lui ont dit qu’il avait un jeune homme qui chantait ses chansons à Porto-Novo, à Parakou et un peu partout. C’est comme cela qu’il est venu chez moi et m’a proposé de travailler ensemble. Et depuis ce temps, on ne s’était plus quittés. C’est la mort qui vient de nous séparer. Stan Tohon était une Icône que nous devrions vénérer ici au Bénin. Et même dans le monde entier, il est reconnu. On lui a rendu hommage dans beaucoup de pays surtout en France. Malheureusement, la mort nous a séparés.
Réalisation : Marina HOUNNOU (Coll.) et Emmanuel YABI (Stag)





Dans la même rubrique