Père Justin Agossoupkevi au sujet du triduum pascal : « Il faut méditer, contempler le Christ souffrant pour nous… »

2 avril 2021

La semaine sainte touche à sa fin et nous allons déboucher sur les festivités de la Pâque. Le père Justin Agossoukpevi, curé de la paroisse Jésus Eucharistie de Vèdoko nous donne plus d’explications sur le triduum pascal.

Comment se déroule la semaine sainte ?
La semaine sainte a commencé depuis les premières vêpres du samedi soir. Cette semaine sainte est la plus grande de toutes les semaines pour nous. C’est au cours de cette semaine que le Christ va accomplir l’œuvre rédemptrice à lui confiée par le Père donc c’est très important pour nous. Le symbolisme de cette semaine, c’est que nous allons revivre par la pensée, par la prière, par la méditation et par la contemplation les différents mystères qui ont marqué les derniers jours du christ sur la terre. Nous allons communier profondément et intimement à la passion du Christ afin d’avoir part à la gloire de sa résurrection. Cette semaine sainte comprend les trois derniers jours qu’on appelle triduum pascal.

Que symbolise le triduum pascal ?
Le triduum pascal, c’est trois jours importants : le jeudi, le vendredi et le samedi. Trois jours qui résument vraiment et parfaitement l’œuvre rédemptrice accomplie par le Christ. Le jeudi, nous célébrons la sainte cène au cours de laquelle le Christ a institué le plus grand sacrement. C’est-à-dire le sacrement de son corps et de son sang. Au cours du dernier repas, il a partagé avec ses disciples son corps et son sang. Il nous a donc donné le sacrement. Le jeudi saint, c’est le jour où nous commémorons l’institution de l’eucharistie, du sacrement de l’ordre et ensuite du sacrement de fraternité. C’est ce jeudi là que le sacerdoce a été institué. C’est la fête des prêtres. Le vendredi saint est ce jour où nous communions la passion et la mort de notre Seigneur Jésus Christ. C’est ce jour où le Christ a atteint le sommet de son œuvre rédemptrice. Il a donné sa vie. Nous commémorons la mort de Dieu pour nous. Jésus Christ est mort pour nous. C’est un grand jour qui se termine un peu dans la tristesse parce que Dieu a totalement accompli son œuvre. Il a accepté librement de donner sa vie pour nous. Il a vaincu la mort. Le sommet sera le samedi saint qui est le troisième jour du triduum pascal. Le samedi saint nous allons commémorer la résurrection du Christ. S’il n’était pas ressuscité, vaine serait notre foi, a dit St Paul. Et le dimanche c’est la fête pascale qui est la plus grande des fêtes chrétiennes

Quelle est l’importance du chemin croix des vendredis ?
C’est un jour particulier parce que tous les vendredis de l’année nous faisons vraiment mémoire pour le Christ. C’est le jour où il a donné sa vie pour nous. Nous faisons le chemin de croix les vendredis, le vendredi de carême surtout, parce que le vendredi du temps de carême est aussi un temps de pénitence et un temps de conversion. En faisant le chemin de croix les vendredis nous nous unissons à la souffrance du christ. Nous méditons la souffrance et la passion du christ qui est mort pour nous. Nous nous imposons nous aussi des mortifications, des pénitences, des sacrifices afin de permettre à notre corps de se débarrasser de tout ce qui est mondain, de tout ce qui est péché. Le chemin de croix nous permet de méditer encore les différentes étapes de la souffrance et de la mort de Jésus Christ. Il nous permet également de communier vraiment à sa passion et de mourir nous aussi à tout ce qui est vieil homme afin d’avoir part à sa résurrection.

Quelle attitude adopter durant le triduum pascal ?
La semaine sainte est vraiment une semaine importante qui doit être marquée par des temps de méditation, de silence, de contemplation, de réflexion et de prière. Voilà ce qu’il nous est demandé de faire. Il faut réfléchir sur le sens de la mort de Jésus christ, sur le sens de notre existence, sur le sens de la souffrance dans la vie chrétienne. Il faut méditer, contempler le christ souffrant pour nous et faire un peu silence. Faire silence de tout ce qui nous éloigne de Dieu, nous éloigne de nos frères et sœurs. Silence de tout ce qui est mensonge, hypocrisie, vanité, mondanité afin que la passion du Christ puisse porter ses fruits en nous. Concrètement l’attitude requise est de faire de cette semaine un temps de prières, de méditation, de contemplation et de silence intérieur.
Propos recueillis par Ozaldine AGBO et Anne-Marie B. AMENYITO (Stags)





Dans la même rubrique