Port du foulard traditionnel au Bénin : Un retour à la mode chez les femmes

17 août 2021

Depuis quelques années, le port du foulard est devenu une mode chez les femmes. Exhibé lors des moments de réjouissances, il symbolise la grâce et la beauté.

« Guélé » chez les Yoruba, « Ogué » en Ifè et Icha, « Tabla » en Fon, le foulard est devenu plus qu’une tendance pour les femmes béninoises. Il est porté au cours de diverses cérémonies dont les baptêmes, les mariages, les sorties d’enfant, les enterrements et même pour les anniversaires. Aujourd’hui à ces occasions, les gens choisissent en lieu et place d’un pagne, un foulard qu’ils accompagnent avec n’importe quel tissu, blanc de préférence. Le nouage de ‘’tabla’’ est tout un art. C’est d’ailleurs pour cette raison que des femmes artisanes se sont spécialisées dans le domaine. Les femmes portent les foulards pour plusieurs raisons. Pour les unes, le port est motivé par les exigences d’une cérémonie donnée et pour les autres, c’est simplement par pur plaisir. « Moi je porte habituellement le foulard lorsque je suis en Bomba. Mon habillement n’est pas au complet lorsque je porte une tenue traditionnelle sans mon Guélé », a confié Pélagie EDON. Quant à Murielle S. , c’est juste parce qu’elle ressent une certaine fierté qu’elle adore porter le foulard. « Quand je m’habille et je mets mon foulard, j’ai une certaine confiance en moi. Je me sens belle », a- t-elle laissé entendre.
Cette pratique qui est devenue une mode pour les femmes aujourd’hui, était également une pratique vestimentaire bien connue par les personnes plus âgées. En leur temps, « les foulards étaient portés pendant les cérémonies de dot et de mariage » selon Tata Rosi, spécialiste dans le nouage des foulards. Avec le temps, la manière de les nouer a évolué. Seulement qu’il faut noter que quelques anciens modèles reviennent encore aujourd’hui avec un peu de modification. Le goût étant relatif, le choix du foulard et des couleurs varie d’une personne à une autre. Selon Maman Chimène « pour une dot par exemple, le choix du foulard dépendra de la tenue que la future mariée pense porter et de sa couleur. Même chose pour les mariages ». Les couleurs des foulards de même que les manières de les nouer véhiculent généralement des messages respectifs. « Habituellement pour les mariages et les dots, les foulards qui brillent sont les plus utilisés. En cas de deuil, on peut également choisir un foulard qui brille lorsque la personne décédée est âgée », a poursuivi maman Chimène.
Par ailleurs, il existe plusieurs types de « Tabla ». A en croire Tata Rosi, on distingue les « tabla Igbo, mille plis ». Le modèle de nouage est souvent choisi ou proposé à la cliente en fonction de la cérémonie. « Pour un enterrement, on ne fait pas de modèle extravagant puisque c’est une cérémonie de deuil. On fait plutôt un tabla discret, c’est-à-dire modeste. Si c’est pour les ‘’gbèta’’ (fêtes populaires) tous les modèles tels les « tabla » papillons extravagants sont permis », a-t-elle conclu.
Nouer un foulard dépend de l’inspiration qu’a eue chaque professionnelle en la matière en voulant faire son travail. Tant il est vrai que le "tabla" relève d’une mode vestimentaire chez les femmes béninoises, il n’en demeure pas moins vrai que le choix des couleurs et des différentes manières de nouer le "tabla" sont fonction des évènements de la vie.
Natacha HOUADJETO (Stag)





Dans la même rubrique