Sortie discographique : « Aliklán » de Pépé Oléka, la magie des cultures

Isac A. YAÏ 7 novembre 2022

« Aliklán » ! Ainsi est baptisé le nouvel album de Pépé Oléka. Cet album de 20 titres sorti 10 ans après « Tchité » sera lancé le 11 novembre prochain pour le bonheur des mélomanes. Par ce nouvel opus, l’artiste manifeste son amour pour les cultures qui l’ont vu naître et grandir. En un mot, ces cultures qui l’ont bercée de par leurs diversités pluralistes convergeant vers la richesse culturelle et la solidarité. C’est par cette richesse culturelle que Pépé Oléka souhaite exprimer, donner, recevoir et célébrer la vie. Car, pour elle, c’est de la contradiction que jaillissent la vérité et l’acceptation de l’autre. Pour elle, aucune culture n’est supérieure ou inférieure à une autre. Chaque culture est égale à elle-même. Ainsi, l’humilité et la bienveillance imprègnent les 20 titres qui composent Aliklán. Le geste musical allie maturité et simplicité que l’on connaît de Pépé Oléka. Aliklan, à travers ses 20 titres fera ainsi voyager les mélomanes dans les tréfonds des cultures africaines. C’est donc, un opus empli de grâces pour une thérapie musicale.

Pépé Oléka, une voix au pouvoir magnétique
Fille d’un métissage bénino-nigérian, adepte de simplicité et d’une sobriété impressionnante, PéPé Oléka est une musicienne qui s’est très tôt frayé un chemin dans l’univers artistique. Sa voix ne laisse personne insensible. Son Afro Soul, puisé dans les méandres de la culture africaine, guérit et fait planer dans le ciel de la connaissance. Ses lyriques et sa voix, mystérieuse et parfois mélancolique transmettent des émotions qui jaillissent parfois de son histoire personnelle.
La majesté, l’assurance, la confiance, la finesse, la grâce, l’élégance, et l’éloquence font de l’artiste une bête de la scène. Que l’on comprenne ou non les proverbes et incantations, bref, les paroles ou messages véhiculés par les morceaux, l’on a du plaisir à suivre Pépé Oléka. Elle a le secret de la force ou de la puissance de la voix que les muscles n’auront jamais…





Dans la même rubrique