Statue du roi Ghézo : De la puissance incarnée

Isac A. YAÏ 15 mars 2022

Surprenante statue ! Après son pillage, le colonisateur français la soumet à une radiographie. Découvertes étonnantes et impressionnantes. Elle possède des cavités internes "rechargeables". Des charges spirituelles qui lui confèrent une puissance protectrice.

Haute de ses 1m60 et lourde de 220 kg, cette statue est la plus lourde des 26 œuvres des « trésors royaux » restitués par la France au Bénin. Un homme debout sur un support. L’avant-bras droit plié et le bras levé vers le ciel, le poing fermé. L’avant-bras gauche plié et le bras dressé vers l’avant le poing également fermé. Ceinture métallique autour de la hanche et portant un cache-sexe. Des lames de fer sur les épaules et à la taille. Le corps teinté de rouge délavé par les intempéries… Cette statue, c’est le portrait du roi Ghézo, conservée dans une baie vitrée et présentée à l’exposition « Art du Bénin d’hier et d’aujourd’hui : de la restitution à la révélation ».
La posture de cette statue anthropomorphe ne laisse personne indifférent. Elle s’impose et impose l’admiration. Sa teinture végétale rouge et les lames renvoient au plumage de l’oiseau cardinal "Ghé" qui a donné au souverain son nom de règne, Ghézo. Ce nom fort est une forme contractée de "Ghézohê-mansigbé". En langue Fongbé, "Ghézohê-mansigbé" signifie "malgré sa couleur rouge, l’oiseau Ghé ne peut incendier la forêt ».
Le roi Ghézo est donc inattaquable. De même que son armée et ses sujets. Et cette puissance voulue s’exprime également par la statue dédiée. C’est un « Bocio » doté d’un pouvoir et d’une puissance protecteurs. La statue est taillée dans du « Kakètin », un bois ferreux et résistant. Cette matière fait qu’elle pèse lourd (220 kg) et symbolise l’invincibilité du royaume et la résistance au temps. Le roi ne doit craindre aucun pouvoir ni aucune puissance, car il est lui-même le pouvoir et la puissance. Sa force n’est pas visible. Elle est incarnée. Mais qui s’y frotte, s’y pique. Elle maintient le royaume en sécurité contre toute attaque extérieure. Le roi Ghézo a eu un long règne, soit 40 ans, de 1818 à 1858. Le royaume de Danxomè n’a pu être pris que sous un autre roi, redoutable, mais prenable, Béhanzin.
Isac A. YAI
(École du patrimoine africain / Formation des journalistes culturels sur la restitution des biens culturels au Bénin par la France)





Dans la même rubrique