Covid-19 : pourquoi l’OMS sonne l’alerte sans que les États ne suivent ses prescriptions ?

30 décembre 2021

Un nombre de nouveaux cas qui flirte avec les 200 000 par jour. Plus de 2 000 nouvelles hospitalisations par jour, dont 20% en soins critiques. Les indicateurs de la pandémie atteignent de nouveaux records en France. Et la situation est plus ou moins la même en Europe et aux États-Unis. L’OMS parle de « tsunami » de cas de Covid et du risque d’un « effondrement » des systèmes de santé. Ce n’est pas la première fois que l’agence sonne l’alerte et c’est bien le problème.

On peut reprocher certaines choses à l’OMS dans la gestion de la crise. Mais pas de ne pas avoir prévu la flambée actuelle... Car ça fait des semaines, des mois même que l’agence met en garde contre le relâchement ambiant face aux gestes barrières et l’attitude presque désinvolte de certains pays qui pensaient qu’on en avait fini avec le Covid-19.

Juste avant Noël, l’OMS laissait déjà entendre qu’annuler les retrouvailles de familles étaient peut être plus judicieux que de permettre au virus de se propager un peu plus… en pleine 5e vague du variant Delta, et avec la menace d’Omicron. Omicron, dont l’OMS disait déjà mi-décembre qu’il se propageait à une vitesse jamais vue et qu’il pourrait submerger les systèmes de santé.

Juste avant, c’était le directeur régional de l’OMS Europe, Hans Kluge, qui y allait aussi de sa mise en garde. Notamment sur les enfants, qui sont aujourd’hui les principaux non-vaccinés et donc la population chez qui le virus circule le plus. Ce qui se passe aujourd’hui n’a donc rien d’une surprise pour les épidémiologistes. Même avec la part d’inconnu que représente le variant Omicron, cette 5e vague n’est pas seulement l’une des plus importantes en terme de contaminations. C’était aussi l’une des plus prévisibles.

L’OMS ne peut pas pratiquer le « name and shame »
Si l’OMS était autant dans le vrai depuis le début, pourquoi les États ne l’ont pas écoutée ? Peut-être déjà parce que l’OMS est, comme toutes les émanations de l’ONU, contrainte par ses membres. L’agence n’est que la somme des États qui la composent. Elle ne peut pas, de ce point de vue, faire ce qu’on appelle en anglais du « name and shame » comme une ONG, c’est-à-dire prendre la parole pour dénoncer les politiques de tel ou tel État.

L’OMS est autant une organisation scientifique que... politique, condamnée à alerter sur l’inégalité vaccinale et la monopolisation des doses par les pays riches sans jamais pouvoir blâmer tel État ou telle compagnie pharmaceutique.

On se retrouve donc aujourd’hui avec une agence qui, depuis bientôt un an et l’apparition des premiers vaccins, organise plusieurs conférences de presse par semaine pour dire que la pandémie ne prendra fin que si tous les pays ont assez de doses pour éviter l’apparition de nouveaux variants. C’est exactement ce qui est arrivé. Et au rythme où les vaccins parviennent aux pays pauvres, ce n’est pas jouer les Cassandre que de dire qu’Omicron ne sera pas le dernier variant à venir prolonger la pandémie.
Source : rfi





Dans la même rubrique