L'Afrique de l'Ouest en attente de sa monnaie unique

29 octobre 2020

Annoncé à la fin de l’année dernière, l’Eco, qui devrait remplacer le franc CFA à partir de 2020, devra finalement attendre. Mis à part la réclamation de la disparition du franc CFA de la part de certaines organisations de la société civile et de certains économistes, les usagers actuels de cette monnaie au quotidien s’expriment rarement.

« Est-ce que notre avis compte ? Parce que les gouvernements ont l’habitude de prendre la décision entre eux ! », déclare Viviane Amani, qui veut que son pays et ses partenaires de l’UEMOA aient la maîtrise totale de leur monnaie commune. Mais elle doute que son opinion soit prise en compte par les dirigeants ouest-africains. Elle et Mme Guei, sa collègue, attendent la clientèle dans leur boutique à l’intérieur d’un centre commercial d’Abidjan.

« Le franc CFA ne profite pas à la population aux conditions modestes. Si l’Eco vient pour mettre notre intérêt en avant, ce serait une bonne chose. Mais s’il n’y a pas de différence entre l’Eco et le franc CFA, il vaut mieux rester au franc CFA. Pourquoi changer si c’est la même chose ? »

Mais Mme Guei souhaite tout de même la disparition du franc CFA. « Nos intérêts doivent être mis en avant. Parce que le franc CFA, il profite plus aux Occidentaux qu’à nous les Africains. Si nos intérêts sont mis en avant, je pense que s’est une bonne chose que le franc change. »

Stéphane Dogbo, lui, est commercial. Son opinion est bien précise. « Il est temps de changer. Au lieu de passer à une monnaie qui est le franc CFA bis, on pourrait passer à une nouvelle monnaie, qui serait produite par les États africains. »

Pour ce commercial, les pays de la zone franc d’Afrique de l’Ouest sont aujourd’hui capables de lancer leur propre monnaie. « On peut le faire, parce que si on se base sur l’expérience des pays voisins qui ont déjà leur propre monnaie, ils arrivent à gérer leur économie. »

Stéphane Dogbo balaie le spectre de la fluctuation d’une future monnaie commune en Afrique de l’Ouest. « Les monnaies sont appelées à fluctuer et c’est grâce à leur fluctuation qu’on arrive à faire des exportations profitables pour les nations. »

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest se prépare en fait depuis plus de 20 ans à la création d’une monnaie unique. Même si elle n’est pas prête, le 21 décembre 2019 à Abidjan, les présidents ivoirien et français ont torpillé le travail de la CEDEAO, en annonçant la réforme du franc CFA, selon Séraphin Yao Prao, professeur à l’Université Alassane Ouattara de Bouaké. « Les citoyens sont prêts à aller à l’Eco, mais l’Eco originel ! C’est-à-dire l’Eco dont les pères fondateurs ont jeté les jalons. Aujourd’hui, nous universitaires et puis même les citoyens lambda, voyons dans l’Eco version Macron-Ouattara un sabotage du premier projet adoubé par tous les chefs d’État. »

Selon cet économiste, l’Afrique de l’Ouest devrait se doter d’une monnaie unique indépendante d’ici 5 à 10 ans, ce qui devrait dynamiser le commerce intrarégional, qui n’est aujourd’hui que de 11%.
Source :rfi





Dans la même rubrique