La Tunisie « chasse » le Maroc du Maghreb

28 février 2021

Après l’Algérie, la Tunisie s’en prend également au Maroc. Le président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Rached Ghannouchi et leader du parti islamiste Ennahdha, a appelé à une Union du Maghreb à trois qui devrait être composée de la Libye, l’Algérie et de la Tunisie.

Le Maroc se fait-il un autre « adversaire » autour de lui, après l’Algérie ? C’est du moins la question que l’on se pose, après la sortie du président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Rached Ghannouchi et leader du parti islamiste tunisien Ennahdha. Ce dernier a appelé à une Union du Maghreb à trois qui devrait être composée de la Libye, de l’Algérie et de la Tunisie. Cette proposition qui exclut d’office le Maroc sonne comme une bourde diplomatique, ont déploré les journaux marocains.

«  Cela devrait être le point de départ pour relancer le rêve de l’Union du Maghreb arabe, qui aidera à résoudre les problèmes de la Tunisie  », a-t-il déclaré dans une interview accordée à Radio Diwan FM. Selon les explications de Rached Ghannouchi, le projet devrait inclure l’ouverture des frontières entre les trois pays afin de préserver un avenir commun pour les pays du Maghreb. Mais, il a aussi appelé à l’unification des monnaies des pays.

« Comme les trois nations partagent des intérêts et des défis communs, elles sont appelées à avoir un avenir commun », a-t-il fait savoir. Le président de l’ARP se dit par ailleurs satisfait des relations entre Tunis et Alger. Les relations entre les deux pays sont «  excellentes  », selon lui.

Ce n’est pas la première fois que Ghannouchi s’attaque au royaume chérifien. En décembre dernier, le leader du parti islamiste Ennahdha avait affirmé que le rétablissement des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël constitue une violation du consensus arabe. Il avait déclaré à Spoutnik que son pays était «  choqué par cette mesure, qui va à l’encontre du consensus arabe tel qu’il est exprimé par l’Initiative arabe de paix  ».

Cependant, si le Maroc œuvre pour un « Maghreb uni », force est de constater que certains pays jouent la carte de la division, de l’exclusion, pointe la presse marocaine. «  Malgré les provocations continues de l’Algérie, le Maroc appelle depuis longtemps à mettre fin à la crise de confiance et de solidarité qui frappe le Maghreb. (…) Nous sommes optimistes et espérons que nous pourrons travailler à la réalisation des aspirations des peuples du Maghreb à l’unité, la complémentarité et l’intégration  », a toujours soutenu le roi Mohammed VI.
Source : afrik.com





Dans la même rubrique