Le Sahara « n’appartient ni à Trump ni à Mohammed VI »

18 novembre 2021

Grand reporter de guerre par ailleurs militant des droits de l’Homme, Jacques-Marie Bourget, évoquant les relations entre l’Algérie et la France, sans omettre le cas du Sahara Occidental, a pointé du doigt l’ancien Président des Etats-Unis, Donald Trump, et le roi du Maroc, Mohammed VI.

Jacques-Marie Bourget, fin connaisseur des conflits et militant des droits humains, a abordé avec le journal algérien L’Expression, la question des relations entre l’Algérie et la France, très tendues depuis un moment, mais aussi et surtout la lancinante question du Sahara Occidental. Sans faire dans la langue de bois, le grand reporter a tiré certes sur la France, mais aussi sur l’ex-^Président des Etats-Unis, Donald Trump, et sur le roi du Maroc, Mohammed VI.

A la question de savoir si Israël a une influence sur les prises de position françaises sur l’Algérie, la réponse du grand reporter est sans équivoque. « Bien sûr, l’alliance avec le Maroc est la réalisation d’un rêve et le moyen d’être aux portes de l’Algérie. La France n’a pas dit un mot pour désapprouver cette alliance qui pose question, puisqu’en échange, le Maroc a reçu en cadeau le Sahara Occidental, alors que l’ONU a exigé un référendum d’autodétermination », a dit Jacques-Marie Bourget.

« Cette terre n’appartient ni à Trump ni à Mohammed VI. Si le Maroc bombarde des camionneurs algériens c’est qu’il se sent puissant, appuyé par Israël et, caché derrière aussi, les Etats-Unis. Depuis des années, par le truchement d’un gouvernement à sa solde, Washington attend de prendre pied à Alger. Il ne faut jamais oublier que les néoconservateurs américains ont formé le projet d’un grand croissant musulman de l’Iran au Maroc. Pour l’instant, l’affaire s’est mal passée en Irak, en Syrie et en Libye. Mais l’idée est toujours là. Je vous mets au défi de trouver une occasion où la France a contré une décision israélienne », insiste le reporter.

Revenant sur la relation entre la France et le Maroc qui vivent une lune de miel, Jacques-Marie Bourget cite une anecdote qui, selon lui, a un sens. « Audrey Azoulay, qui est Franco-marocaine, mais dont on connaît la position de son père, celle d’un proconsul, a été introduite par Hollande à la tête de l’UNESCO alors que la tradition voulait qu’un titulaire de passeport français se tienne à l’écart. Mieux, elle a été reconduite sous la pression française. C’était en même temps une façon de mettre aussi le Maroc sur le trône de l’UNESCO. Entre la bourgeoisie « républicaine » française et la bourgeoisie « monarchique » marocaine il y a osmose ».
Source : afrik.com





Dans la même rubrique