Mali : le gouvernement annonce avoir soldé sa dette extérieure

15 août 2022

Le gouvernement malien de la Transition a indiqué avoir honoré l’intégralité des impayés de la dette du pays. Un revirement, puisque fin mars dernier, les autorités avaient annoncé que le Mali ne pouvait pas honorer ses engagements financiers, en raison des sanctions de l’Union économique et monétaire ouest africaine.

C’est ce vendredi 12 août 2022 que le ministre malien de l’Economie et des Finances, Alousséni Sanou, a, dans un communiqué informé les investisseurs du pays avoir régularisé la dette du Mali. « Lors de la 61ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etats et de Gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), tenue le 3 juillet 2022 à Accra au Ghana, les sanctions économiques et financières à l’encontre du Mali ont été levées », a engtamé le ministre malien de l’Economie.

« Durant les six mois de sanctions, le Mali n’a pas pu régler les services de sa dette », a poursuivi Alousséni Sanou, qui souligne qu’à la faveur de la levée des sanctions, son pays « a l’honneur d’informer les investisseurs et les partenaires techniques et financiers que l’intégralité des impayés de la dette du Mali a été réglée ». Le gouvernement indique que « le Trésor Public a procédé à l’apurement des impayés sur la dette extérieure pour environ 85,5 milliards de FCFA ».

Pour ce qui est de la dette de marché émise par syndication, elle a été épongée par le versement d’un montant de 66 milliards FCFA. Une partie de la dette de marché émise par adjudication a été réglée pour un montant de 65 milliards », a-t-il ajouté. « L’émission spéciale de bons et d’obligations du Trésor, organisée le 9 août 2022 a également permis de régler le reliquat des impayés de la dette de marché émise par adjudication, soit 215 milliards FCFA », a en outre confié Alousséni Sanou.

Des intérêts de retard ont été payés aux investisseurs sur les impayés de la dette de marché pour un montant de 6,65 milliards dont 5, 48 milliards FCFA pour la dette par adjudication et 1,17 milliards pour la dette par syndication, a conclu le gouvernement. Le 9 janvier dernier, la CEDEAO avait décidé de suspendre toutes les transactions commerciales avec le Mali, à l’exception des produits essentiels de consommation. Le 30 mars, Alousséni Sanou, annonce que le Mali ne peut pas honorer ses engagements financiers, du fait des sanctions de l’UEMOA.

« Au 31 mars 2022, le cumul des échéances à payer aux créanciers extérieurs et aux investisseurs des titres publics non honorées par le Mali s’élèveront à 205 milliards de Franc FCA », avait déclaré le ministère des Finances. Il aura fallu attendre le 3 juillet dernier pour que les chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO décident de lever toutes les sanctions économiques et financières imposées au Mali.
Source : afrik.com





Dans la même rubrique