Rama Yade : « On ne règlera pas le défi climatique sans l’Afrique »

27 avril 2021

Alors que le sommet pour le climat de Joe Biden vient de se clore, les pays riches doivent respecter leurs engagements financiers s’ils veulent agir pour le climat, sans laisser de côté l’Afrique, dont les traditions et les ressources pourraient inspirer le reste du monde.

Lorsque le président congolais Félix Tshisekedi s’est exprimé lors du sommet pour le climat de Joe Biden, il avait derrière lui la force d’un continent, en tant que président en exercice de l’Union africaine. Il a déclaré que les nouveaux engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre pris par les pays riches n’étaient pas suffisants. « Il est important que ce sommet accélère la mobilisation de ressources financières additionnelles et conséquentes », a déclaré Felix Tshisekedi, l’un des cinq chefs d’État africains à participer au sommet aux côtés du Gabonais Ali Bongo, du Kényan Uhuru Kenyatta, du Nigérian Muhammadu Buhari et du Sud-Africain Cyril Ramaphosa.

Simplifier les procédures d’accès aux financements climatiques pour les pays les moins avancés
« Cela exige aussi de simplifier les procédures d’accès aux financements climatiques pour les pays les moins avancés dont la majorité se trouve en Afrique, a ajouté le président congolais. À cet égard, je voudrais rappeler l’importance de l’engagement des pays développés à mobiliser 100 milliards de dollars par an à partir de 2020 et à le rehausser à l’horizon 2025. »

En pointant les promesses trahies des pays riches, les pays africains ont mis en évidence l’enjeu de ce sommet, à savoir l’insuffisance des fonds de financement climatique. Le président américain Joe Biden s’est, certes, engagé à augmenter la contribution de son pays de 5,7 milliards de dollars par an d’ici à 2024.

Il est vrai qu’alors même qu’il est le plus faible contributeur au réchauffement climatique, le continent africain est celui qui en paie le prix le plus élevé, lui qui aurait à apprendre au monde sur la façon de faire face à la crise climatique. À condition toutefois que le monde veuille bien l’écouter…. Alors qu’elle abrite 15 % de la population mondiale, l’Afrique n’est responsable que de 4 % des émissions mondiales de carbone.

Parmi les sept pays responsables des deux tiers des émissions totales de gaz à effet de serre, aucun n’est africain, selon le Center for Climate and Energy Solutions. Pendant ce temps, l’Afrique est confrontée à des sécheresses, à des inondations, à une baisse de la productivité agricole, à la déforestation, à un accès difficile à l’eau, à la montée des mers, à l’avancée des déserts, à l’exode rural.

L’Afrique lutte contre le réchauffement climatique
Selon le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), un réchauffement de deux degrés réduirait les rendements agricoles en Afrique subsaharienne de 10 %. À trois degrés, le climat ne permettrait plus la culture du maïs, du mil et du sorgho. L’Afrique n’est pas une victime passive du réchauffement climatique. Elle se bat ! Si les pays occidentaux cherchent à réduire leur empreinte carbone, les Africains sont déjà en première ligne de la lutte contre le climat. Autour du lac Tchad – qui a perdu 90 % de sa superficie dans les années 1970 et 1980 – près de cinq millions de réfugiés se déplacent du Nigeria, du Niger, du Tchad et du Cameroun, sous la double pression de l’assèchement du lac et d’une autre menace, celle de Boko Haram.

Du protocole de Kyoto de 1997 à l’Accord de Paris de 2016 (COP21), la plupart des États africains ont ratifié des traités environnementaux. Les campagnes de sensibilisation se multiplient, notamment dans le cadre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine. Les grands projets ne manquent pas, tels que le Fonds bleu, le projet Desert to Power de la Banque africaine de développement ou l’initiative de la Grande Muraille verte visant à cultiver des arbres et des plantes à travers le Sahel.

Du Burkina Faso, qui abrite la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest, au Plan vert du Sénégal émergent du président Macky Sall, à l’Éthiopie qui tire 93 % de son électricité de sources renouvelables, les gouvernements prennent des mesures volontaristes. Le Nigeria, pour sa part, veut atteindre 30 % d’énergie propre d’ici à dix ans.

En raison de son potentiel énergétique renouvelable inégalable, le continent africain reste le plus susceptible de combiner industrialisation et croissance décarbonée. Sept des dix pays les plus ensoleillés du monde se trouvent en Afrique, un atout considérable pour l’énergie solaire. L’Afrique dispose de 10 % du potentiel mondial d’hydroélectricité. Même ses faiblesses peuvent devenir des atouts : 600 millions d’Africains manquent d’électricité, mais le continent peut compter sur d’abondantes ressources énergétiques renouvelables pour remédier à cette fracture énergétique. Portée par l’Union africaine, l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables vise à produire 300 gigawatts d’ici à 2030 grâce aux grandes potentialités africaines.

Investissements massifs indispensables
Pour que ce potentiel devienne réalité, des investissements massifs – 50 milliards de dollars par an d’ici à 2050, selon les Nations unies – sont cependant nécessaires, ainsi que des transferts de technologie et d’expertise. Toutefois, comme le président de l’Union africaine, Félix Tshisekedi, l’a souligné, les promesses de financement non tenues des pays riches sont d’autant plus graves que la pandémie grève considérablement les budgets des États africains. Cette question devra faire l’objet d’une plus grande attention lors des prochaines réunions du groupe des sept (G7) ou du groupe des vingt (G20) et lors de la COP26 de Glasgow (Écosse), cet automne.

Solutions africaines ancestrales…
La clé du changement pourrait bien se trouver du côté des nations africaines dont les solutions – ancestrales et innovantes – pourraient être une source d’inspiration pour le reste du monde. Ancestrales, car elles remontent à plusieurs siècles de pratiques agroécologiques basées sur un savoir-faire traditionnel. Le philosophe Mohammed Taleb a démontré que la lutte pour l’environnement est avant tout un combat social et culturel afin de défendre les terres héritées des anciens, plutôt qu’un simple effort pour préserver un stock de ressources.

C’est également une lutte enracinée dans les classes ouvrières. Dans les années 1980, le Burkina Faso du président Thomas Sankara était la vitrine de l’écologie africaine, grâce une politique volontariste de reboisement fondée, en partie, sur une culture populaire et spirituelle. Le recyclage des déchets –nouveau levier de développement économique et social et pilier de la nouvelle économie circulaire – existait en Afrique avant la période coloniale. Cette cosmologie a été brisée par la colonisation dont le but était de « développer » des terres insuffisamment exploitées par les populations locales.

… Et innovantes
Innovantes, les solutions africaines le sont aussi grâce au dynamisme de l’économie digitale. Fers de lance d’une société civile qui se prend en main, les start-up redoublent d’inventivité : ici, une université nigériane forme 300 femmes pour recycler les poches en plastique en sacs, en paniers ou autres accessoires, qui sont ensuite vendus. Là, au Cameroun, un ingénieur installe des panneaux solaires dans des villages où l’électricité est trop chère ou hors de portée. Au Kenya, pour nettoyer la pollution du lac Nakuru, une entreprise collecte les eaux usées des égouts et transforme les déchets en briquettes de carburant.

Au niveau communautaire, la réflexion sur les smart cities est plus avancée en Afrique que dans le reste du monde. Des écocités angolaises se dressent à Kilamba près de Luanda ; la Centenary City est une ville verte près d’Abuja, au Nigéria ; la ville technologique kényane de Konza et celle d’Appolonia au Ghana sont les symboles de cette dynamique au moment où l’on annonce que l’Afrique abritera, en 2050, un être humain sur quatre dans le monde, dont 1,5 milliard de citadins aux besoins énergétiques exponentiels.

Le réchauffement climatique ne sera pas résolu sans l’Afrique parce que son sol regorge de solutions pour lutter contre celui-ci.
Le bassin du Congo, deuxième poumon du monde (derrière l’Amazonie), abrite des forêts agissant comme des réserves de carbone essentielles à la régulation du climat. Le PNUE souligne que le continent dispose de 30 % des réserves minérales mondiales, de 40 % de l’or et jusqu’à 90 % du chrome et du platine. Il est ainsi un vivier majeur pour la fabrication de technologies vertes telles que les batteries, les éoliennes et les piles à hydrogène.

L’enjeu est international. Pressées par l’urgence climatique, les nations africaines ne sont pas seulement en position de subir le réchauffement de la Terre, elles doivent être au cœur de la riposte climatique mondiale.
Source : msn.com





Dans la même rubrique