Zimbabwe : les élèves enceintes ne sont plus exclues de l’école !

28 août 2020

Le gouvernement zimbabwéen a interdit aux écoles d’expulser les élèves qui tombent enceintes ; une mesure qui, selon les militantes des droits des femmes, aiderait à lutter contre l’inégalité des sexes dans la classe et empêcherait de nombreuses filles d’abandonner l’école.

Cet amendement juridique vise à renforcer une directive de 1999, qui a été mise en œuvre, de manière inégale, et intervient alors que les fermetures des écoles, en raison de la pandémie du Covid-19, font craindre une augmentation des abus sexuels et des grossesses non désirées. Plus précisément, les autorités affirment que de nombreux parents de filles enceintes, ou les filles elles-mêmes, décident d’arrêter l’école en raison de la grossesse, et les écoles ne font pas toujours assez pour les encourager à y rester.

S’exprimant sur la question et la flambée du nombre croissant d’élèves tombées enceintes, le ministre de l’Éducation en charge des écoles au Zimbabwe, Cain Mathema, s’est confié à la Fondation Thomson Reuters. « J’attends à ce que chaque parent et tuteur et tout le monde comprennent que chaque enfant doit être aidé par nous tous pour aller à l’école. Chaque enfant, garçon ou fille… a le droit d’aller à l’école au Zimbabwe », a-t-il déclaré.

En 2018, 12,5% des quelque 57 500 décrocheurs du pays ont cessé de fréquenter des cours, pour des raisons de grossesse ou de mariage. C’est presque toutes les filles, selon les statistiques du ministère de l’Enseignement primaire et secondaire zimbabwéen. « La pauvreté et les mariages précoces empêcheront également certaines de reprendre leurs études. Cet amendement est essentiel pour garantir l’accès à l’éducation pour tous les enfants, en particulier les filles », a déclaré Sibusisiwe Ndlovu, répondant à la nouvelle législation, spécialiste des communications chez Plan International Zimbabwe.

En revanche, les militants de ce pays d’Afrique Australe affirment que les filles auront toujours besoin de soutien supplémentaire pour poursuivre des cours pendant leur grossesse.
Source : afrik.com





Dans la même rubrique