12 mois au perchoir : Les réformes audacieuses de Vlavonou font l’unanimité

Moïse DOSSOUMOU 1er juillet 2020

Un an après son investiture à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou récolte les lauriers des choix de gestion qui sont les siens. Bien qu’ayant bousculé les habitudes et instauré un nouveau mode de gouvernance, les voix s’accordent pour reconnaître la pertinence des réformes instaurées

Il a le secret de faire adhérer la communauté parlementaire à sa cause. Elu, installé puis investi dans des conditions éprouvantes, Louis Vlavonou, président de l’Assemblée nationale mène la danse. Très vite, ce député, bien rodé dans les arcanes du parlement, s’est jeté à l’eau. En bon manager, il a su déceler les failles des gestions précédentes qu’il s’est évertué à corriger. Pour ce faire, il a fallu initier des réformes, qui comme toujours, ne plaisent pas forcément à tout le monde. Mais du côté de Vlavonou, il a réussi à faire rallier à sa cause toutes les composantes de l’Assemblée nationale.

Des réformes saluées par tous
Gaspard Adjamossi, président du Réseau des journalistes accrédités au parlement (RéJAP) est en phase avec Louis Vlavonou. « Ce qu’il faut retenir en premier est que le président Louis Vlavonou a tenu la barre de l’institution comme il faut. Il a initié plusieurs actions allant dans le sens de l’amélioration de la gestion matérielle et financière. Des cellules de passations de marchés et des organes de contrôle ont été installés à presque tous les paliers de la gestion du parlement », a-t-il soutenu. Même satisfecit du côté de Florine Bognon, présidente du Réseau des femmes fonctionnaires parlementaire du Bénin ( RFFP/B). Le fait que Louis Vlavonou ait redéployé le personnel administratif selon les compétences de chacun. Pour elle, « grâce à cette démarche, il a permis le rétablissement de l’ordre dans l’administration parlementaire en mettant l’accent sur la compétence et le renforcement de capacités. Nombreux sont les collègues cadres promus à des postes de responsabilités, avec taux élevé de femmes promues ».

Quant aux députés, ils ne sont pas moins enthousiastes quant aux pratiques promues par le premier d’entre eux. Sèdami Mèdegan Fagla, députée UP de la 15ème circonscription électorale est en accord avec « les nouvelles procédures qui garantissent la transparence de tous les actes administratifs ». « Nous avons de la chance d’avoir à la tête de notre noble institution un homme de cette envergure ! Un homme en plus de foi, un homme de paix, un travailleur, un bâtisseur, un homme de rigueur, et un vrai réformateur », poursuit-elle avant de mettre en exergue ses qualités humaines.

« C’est un homme de dialogue et de conciliation. Il est à l’écoute de tous et est disponible pour tous. C’est une collaboration complice et même si on sait que la gestion des hommes n’est pas une chose aisée, il fait preuve de beaucoup de patience dans les rapports qu’il a avec ses collègues ». Même son de cloche chez Mariama Baba Moussa. « Il s’est entouré de cadres techniques de hauts niveaux et compétents dans divers domaines pour une gestion transparence des affaires administratives et financières de l’Assemblée nationale, la traçabilité et le respect des règles et procédures étant des éléments fondamentaux…La nomination d’une Personne Responsable des Marchés Publics (PRMP) et la mise en place de la cellule de passation des marchés publics sont les preuves de la volonté manifeste du président d’instaurer une gestion transparente des affaires de l’Assemblée nationale ».

Quid de la production législative ?
Les réformes entreprises au niveau du travail parlementaire n’ont pas tardé à porter les fruits escomptés. Depuis douze (12) mois, le constat est là : la ponctualité est devenue la règle d’or et le taux d’absentéisme a fortement baissé.
Cette assiduité est traduite dans les actes par la riche production législative notée un (01) an après l’avènement de la 8ème Législature. Environ une cinquantaine de textes de lois ont été examinés et votés par les députés sous la houlette du Président Louis G. Vlavonou.

Il s’agit des autorisations de ratification, et des lois d’importance telles que la loi la loi n° 2019-40 portant révision de la Constitution du 11 décembre 1990, la loi n° 2019- 39 portant amnistie des faits criminels liés aux élections législatives d’avril 2019 ; la loi n° 2019-41 portant modification et complétant la loi n° 2018-23 du 17 septembre 2018 portant charte des partis politiques ; la loi n° 2019-43 portant code électoral ; la loi n° 2019-44 portant financement public des partis politiques ; la loi n° 2019-45 portant statut de l’opposition ; la loi n° 2019-06 portant code pétrolier en République du Bénin... La production législative de la 8ème Législature sur la période en référence, c’est aussi l’examen et l’adoption il y a quelques jours, de six (06) lois qui portent sur la politique sécuritaire du Bénin et qui ambitionnent d’améliorer les conditions de vie et de travail des Forces de Défense, de Sécurité et assimilés.
La dernière réforme engagée par la 8ème Législature pour un parlement de type nouveau est la révision du Règlement Intérieur de l’Assemblée nationale. Les travaux de la commission en charge de ce dossier sont très avancés et une plénière s’y penchera dans les tout prochains jours pour son examen et son adoption.





Dans la même rubrique