4e congrès extraordinaire de l'And : Dassigli et les siens, une chance pour le bloc progressiste

La rédaction 12 novembre 2018

Quel sera le devenir de l’And dans le nouveau paysage politique qui se dessine ? Les membres de l’Alliance ont répondu à cette interrogation à la faveur de leur 4e congrès extraordinaire tenu le 9 novembre dernier à l’hôtel le 15 janvier à Sèmè-Podji. À l’occasion, les participants ont jugé que les idéaux de l’Alliance sont compatibles avec ceux des formations politiques, aspirant à la création du parti en gestation dans le rang des progressistes. L’And va donc fusionner avec ces formations en vue de la création d’un grand parti. « Pour compter de la date des présentes assises, l’And renonce par sa dissolution, à la personnalité juridique ainsi qu’aux prérogatives que lui confèrent son enregistrement légal et sa publication au journal officiel. Barnabé Z. Dassigli, président de l’Alliance est mandaté pour conduire le processus de la fusion.... ». Telle est la substance de la synthèse de ces assises. Le moins qu’on puisse dire est que l’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (And) que préside le ministre Barnabé Dassigli est une chance pour les progressistes. « C’est fort de ces acquis, fort de plus de 1000 conseillers communaux qui administrent actuellement nos localités et fort de plus de 2000 conseillers locaux en exercice que nous nous engageons dans cette dynamique de reconfiguration du paysage partisan », a déclaré le président Barnabé Dassigli.
Sidonie Carole DOSSA (Stag)





Dans la même rubrique