A l’ère du Nouveau départ : L’or blanc retrouve des couleurs

Angelo DOSSOUMOU 18 août 2017

Une campagne cotonnière bouclée avec une production record, et une autre en cours avec de très bonnes perspectives. A l’ère du Nouveau départ, la filière de l’or blanc, sous l’impulsion de l’Association interprofessionnelle du coton (Aic), renaît définitivement de ses cendres. D’ailleurs, les chiffres parlent par eux-mêmes. A la date d’aujourd’hui, c’est la bagatelle de 121 770 000 000 Fcfa que les égreneurs, sous injonctions du président Talon, ont payé aux producteurs du coton.
Depuis l’avènement de l’actuel régime donc, la célérité est au rendez-vous du règlement des factures des cotonculteurs. Il en est de même de la prestation des transporteurs. Ainsi, ce sont 25 milliards de Fcfa, pour le transport des engrais, des produits phytosanitaires, des graines de coton ainsi que les fibres de coton que les transporteurs ont empochés.

Les acteurs clés retrouvent le sourire
En somme, depuis le 20 mai 2017, c’est-à-dire, en un an de gouvernance Talon, c’est de près de 150 milliards de Fcfa qu’ont bénéficié des égreneurs, les cotonculteurs et les transporteurs pour leurs production et prestation. C’est dire qu’il n’est plus besoin de démontrer qu’en un an d’expérience de la gestion de la filière par l’Aic, les égreneurs ont tenu leurs engagements vis-à-vis des acteurs du secteur.
Toutefois, il est à souligner qu’avant le retour à la normale dans la filière et la confiance retrouvée au niveau des acteurs, il a fallu que le gouvernement Talon rembourse plus de 25 milliards de dettes du régime Yayi, notamment aux producteurs et autres prestataires de services au titre des campagnes antérieures. Enfin, les résultats sont aujourd’hui là. L’espoir redonné aux producteurs a des effets positifs. Et sans doute au Bénin, la production de l’or blanc a de beaux jours devant elle.





Dans la même rubrique