Suivez Canal3 Bénin sur SIRIUS4 ! Position : 5°Est, Fréquence : 12605Mghz, Symbole Rate : 29905Mbauds, Polarisation Verticale.
Banniere publicitaire


Affrontements sanglants entre éleveurs et agriculteurs : Les députés dotent le Bénin d’une loi portant Code pastoral

JPEG - 57 ko

Les députés à l’Assemblée nationale, 7ème législature, ont adopté ce mardi 3 juillet 2018, la loi portant Code pastoral en République du Bénin. La proposition objet de cette loi a été initiée par le député Eric Houndété, 1er Vice-président de l’Assemblée nationale et son collègue Robert Gbian, 2ème Vice-président. En votant cette loi, les députés viennent de renforcer l’arsenal juridique du Bénin. Selon la Commission du plan, de l’équipement et de la production du Parlement présidée par le député Jean-Michel Abimbola, qui a présenté le dossier à la plénière, l’élevage des ruminants au Bénin, surtout celui du gros bétail, est essentiellement transhumant avec environ 2 166 000 têtes de bovins et 878 000 ovins. Cet élevageest également caractérisé par un système alimentaire de type pastoral basé sur l’utilisation des parcours naturels ; ce qui ne manque pas d’engendrer des conflits parce que les agriculteurs voient souvent leurs champs détruits par des troupeaux de bovins dans la zone méridionale du Bénin. En définitive, la loi votée reconnait aux éleveurs le droit fondamental de vivre du pastoralisme, un droit reconnu et garanti par l’État et les collectivités territoriales avec une définition claire de la responsabilité pour la gestion rationnelle des ressources naturelles et une obligation de garantie de paix sociale. Aussi, prévoit-elle les espaces pastoraux tels que la zone de pâturage, le couloir de passage, la piste de transhumance, les aires de repos, les zones d’attente, les centres de vaccination, les points d’abreuvement ou points d’eau ainsi que les ressources fourragères ou en eau. On peut aussi noter, dans la loi votée, des dispositions relatives aux conditions pour la garde des animaux, les modes d’élevage et le cadre institutionnel de la transhumance, la création d’un office public à caractère social doté de la personnalité juridique et jouissant d’une autonomie financière placé sous la tutelle du gouvernement, l’assujettissement des transhumants transfrontaliers au paiement de taxes locales, de taxe d’entrée sur le territoire du Bénin, d’une taxe de parcage et d’une caution. Elle a aussi prévu des dispositions pénales.

4-07-2018, Karim O. ANONRIN


CHRONIQUES

Editorial : A vos plaques…Partez !
15-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
L’axiome est sans équivoque. Qui veut rouler à moto, doit avoir sa plaque d’immatriculation. Défaut longtemps toléré au Bénin, mais défaut bientôt (...) Lire  

En vérité : Transport en commun : le grand (...)
15-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : 176 milliards du SNU !
13-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Zoom sur le budget 2019
13-11-2018, Moïse DOSSOUMOU
Editorial : Du mieux pour les pompiers (...)
8-11-2018, Angelo DOSSOUMOU
En vérité : Les Epes à la barre
8-11-2018, Moïse DOSSOUMOU




Nous suivre

Suivez-nous sur les réseaux sociaux







 
 

DANS LA MÊME RUBRIQUE


0 | 30 | 60 | 90 | 120 | 150 | 180 | 210 | 240 | ... | 2940

Projet de budget du ministère de l’économie numérique : Aurélie Adam (...)
16-11-2018, Karim O. ANONRIN
La Ministre de l’économie numérique et de la communication, Aurélie Adam Soulé Zoumarou, était devant la Commission (...)  

Projet de budget du ministère du plan aux députés : Bio Tchané (...)
16-11-2018, Karim O. ANONRIN
Le ministre d’Etat chargé du plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané, a présenté hier à la Commission budgétaire (...)  

Commémoration du 45ème anniversaire de la Boad à Lomé : Romuald (...)
16-11-2018, La rédaction
Mercredi 14 novembre 2018 à Lomé, sous la houlette du Chef de l’Etat Ivoirien, Président de la Conférence des Chefs (...)  

Projet de budget général de l’Etat, gestion 2019 : Le défilé des (...)
15-11-2018, Karim O. ANONRIN
Le projet de budget général de l’Etat, gestion 2019 et le projet de loi de finances, gestion 2019 sont actuellement (...)