Aménagement des 10% des suffrages exprimés : Le Prd ou le choix de la raison

Moïse DOSSOUMOU 5 mai 2022

A la quête d’un renouvellement de mandat ou d’une présence à l’Assemblée nationale, les formations politiques affûtent leurs armes. A huit mois du scrutin, les langues se délient, les craintes s’affichent et les intentions des uns et des autres s’expriment. Qu’ils soient de l’opposition ou de la mouvance présidentielle, il est évident que le vœu de tous les partis politiques est que le cap du prochain scrutin législatif soit franchi dans un climat de paix. Soutien du gouvernement, le Parti du renouveau démocratique, écarté de la course il y a quatre ans comme beaucoup d’autres creusets politiques veut corriger le tir avec succès. Remontada. C’est le mot d’ordre lancé au sein de ce parti dans le but de corriger au passé le rendez-vous électoral manqué de 2019 et le revers des municipales et communales de 2020. Depuis plusieurs mois déjà, les états-majors des tchoco-tchoco s’activent dans leurs fiefs respectifs. Des appels à la réconciliation ont été même lancés en direction de certaines figures de proue du parti qui ont préféré sortir des rangs à un moment donné. Pendant que les différents leaders du Prd investissent le terrain, force est de constater que d’intenses réflexions sont nourries, toujours pour permettre au parti de tenir le bon bout au terme des législatives de janvier 2023.
Les échanges initiés ces derniers jours par le Médiateur de la République avec la classe politique en vue d’élections apaisées ont permis de lever un coin de voile sur la posture des différentes formations politiques. Au sortir de cette discussion, le communiqué rendu public par le Prd renseigne sur la position du parti sur la règle des 10% de suffrages exprimés sans lesquels aucun parti ne peut prétendre siéger au parlement. « Le Prd a saisi l’occasion pour partager avec le Médiateur, son analyse sur la règle des 10%. Le Prd a proposé qu’elle soit appliquée lorsque 4 listes au moins ont atteint ce pourcentage. Lorsque le pourcentage de 10% est atteint par moins de 4 listes, le Prd propose que la liste classée aussitôt après celles qui ont atteint les 10% soit éligible, quel que soit son pourcentage. Cette atténuation de la règle permettra d’éviter que l’Assemblée Nationale ne soit constituée que par les députés de 2 blocs acquis au gouvernement : la présence d’un courant minoritaire à l’Assemblée Nationale est un facteur d’apaisement de la vie politique ».
En termes clairs, sans pour autant s’opposer à la règle des 10% qui donne le tournis aux partis politiques, le Prd souhaite que des aménagements soient institués afin que des partis qui n’ont pas démérité puissent siéger au parlement. Cet appel sera-t-il entendu ? Le Médiateur qui a reçu la requête va-t-il faire ce plaidoyer ? Si oui, sera-t-il entendu ? Tout compte fait, si le code électoral doit être retouché dans ce sens, le temps presse. A six mois de la date du scrutin, il ne sera plus possible au législateur de le faire à moins d’une entente parfaite de toute la classe politique sur la question. Cette dernière possibilité, si elle advenait dans le contexte actuel, relèverait du miracle.





Dans la même rubrique