Ancrage de l'Union Progressiste dans le département du Zou Bohicon, Djidja et Za-Kpota, des viviers électoraux prouvés du parti

Karim O. ANONRIN 22 juin 2020

Les élections communales du 17 mai 2020 ont rendu leur verdict et chaque partie prenante en tire les leçons qu’elle peut. Au nombre des forces politiques ayant pris part à ces élections, il y a l’Union Progressiste (UP) dont les résultats témoignent de l’importance de certaines Communes dans l’enracinement du parti dans les 23ème et 24ème circonscriptions électorales, c’est-à-dire le département du Zou. Certes, dans ces circonscriptions électorales, l’Union Progressiste n’a pu gagner que 4 Communes sur les 9 qu’elles comptent, mais une analyse approfondie des suffrages exprimés par les votants en faveur de cette formation politique le 17 mai dernier prouve à suffisance que l’Union Progressiste est bien ancrée dans ledit département en général et dans certaines communes en particulier.

Bohicon, Djidja et Za-Kpota, incontournables pour l’avenir de l’UP dans le Zou.
Trois Communes à savoir Bohicon, Djidja et Za-Kpota constituent aujourd’hui les véritables viviers électoraux de l’Union Progressiste dans le Zou. A titre illustratif, dans la 23ème circonscription électorale, sur un total de 62.000 voix obtenues par l’Union Progressiste selon les chiffres de la Commission électorale nationale autonome (CENA) lors des dernières communales, la Commune de Bohicon a donné, elle seule, 20.145 voix suivie de la Commune de Djidjia avec 17.630 voix contre 15.136 voix pour Abomey et 14.915 voix pour la Commune d’Agbangnizoun. Malgré ces résultats obtenus par le parti Union Progressiste, il ne dirige que deux communes sur 4 dans la circonscription électorale à savoir les communes d’Abomey et d’Agbangnizoun.
Dans la 24ème circonscription électorale, le même constat s’observe avec la Commune de Za-kpota où l’Union Progressiste a recueilli 19.788 voix sur un total de 62 445 des cinq communes qui composent cette circonscription électorale, soit 32% des suffrages exprimés au profit de l’UP. Et pourtant, Za-Kpota n’est pas dirigée par un maire issu de l’Union Progressiste pour défaut de majorité absolue de conseillers. Elle est suivie de la Commune de Zogbodomey avec 18.871 voix, de Covè avec 9.557 voix, de Zagnanado avec 7.555 voix et de Ouinhi avec 6.674 voix. Dans la 24ème circonscription électorale, seules les communes de Zogbodomey et de Covè sont contrôlées par l’Union Progressiste. Au vu de tout ce qui précède, il est indéniable que l’Union Progressiste gagnera à renforcer ces fiefs révélés dans le Zou à savoir Bohicon, Djidja et Za-Kpota. Dans la perspective des élections nationales comme les présidentielles et les législatives, les députés Boniface Yèhouétomè à Za-Kpota, Sanni Mama à Bohicon ainsi que les anciens maires de Djidja, Léopold Djodjo et Théophile Dako, grands artisans de cette avancée de l’Union Progressiste avec les nombreux soutiens qui les accompagnent n’auront qu’à entretenir l’électorat UP dans lesdites communes pour confirmer et renforcer l’ancrage du parti dans le Zou. Le leadership de chacun d’eux, en plus de celui de chacun des autres ténors UP du Zou augure d’un lendemain meilleur aussi bien pour le parti dans la commune voire dans le pays.





Dans la même rubrique