Animation de la vie politique : Guerre de leadership entre les ténors de l’Un dans la 6e circonscription

La rédaction 3 septembre 2018

Alliance ayant enregistré ces derniers temps l’adhésion de plusieurs partis, l’Union fait la nation, dans la 6ème circonscription électorale, traverse une situation qui pourrait mettre à mal sa cohésion. A l’origine, une guerre de leadership entretenue par des ouvriers de la 25e heure.
Les militants de l’Union fait la nation dans la 6ème circonscription électorale regroupant les Communes d’Abomey-Calavi, de Zè et de Sô-Ava ne sont pas en odeur de sainteté avec leurs leaders. Ils s’estiment lésés depuis que de nouvelles têtes ont rejoint la barque. Au banc des accusés, on retrouve Etienne Kossi, ancien ministre de Yayi, Emmanuel Koï, Alphonse Sogadji en fonction au Ministère des Affaires sociales et des ténors de Force clé et Madep. De sources dignes de foi, ces derniers poseraient des actes de nature à ne pas favoriser l’harmonie au sein de la famille Un. Des frustrations seraient nées depuis qu’ils ont été mandatés pour installer les différentes coordinations. Il est vrai, en tant que présidents de parti, Emmanuel Koï et Etienne Kossi sont d’office qualifiés pour poser un tel acte. Seulement, selon nos sources, dans l’exécution de cette tâche, ils s’érigent en maîtres incontestés des lieux, narguant les militants de première heure. Au dire de ces ouvriers, il est inconcevable que des gens qui ont excellé dans la transhumance politique viennent aujourd’hui leur dicter la conduite à tenir.
En effet, au moment où ces militants faisaient l’opposition, les trois personnalités suscitées se la coulaient douce sous le régime Yayi. Maintenant, ayant vu qu’ils n’ont plus d’avenir avec les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), ils ont sauté les deux pieds joints dans la barque de l’Un. Pour preuve, Etienne Kossi a fait les Fcbe et l’And avant de créer son parti. Emmanuel Koï, lui également, les Fcbe, le Psd et la Renaissance du Bénin. Alphonse Sogadji, quant à lui, était dans le Psd d’Emmanuel Golou. Et le voilà actuellement en train de proclamer son amour pour le président Patrice Talon. Espérant qu’ils ne retombent dans leurs travers, le bureau de l’Union fait la nation doit se saisir du dossier pour que les intéressés soient canalisés. Les présidents Bruno Amoussou et Antoine Idji Kolawolé, l’ancien ministre Lazare Sèhouéto et autres leaders doivent réconcilier les deux parties. Il y va de la cohésion interne de l’un dans la 6è circonscription.
Richard AKOTCHAYE





Dans la même rubrique