Appel à une mutualisation des forces de l’opposition : Théophile Yarou sur une pente glissante

Angelo DOSSOUMOU 6 avril 2022

Théophile Yarou le souhaite et ne l’a pas caché : ‘‘l’opposition doit se donner la main’’. Une logique quand en face, les forces sont unies en deux grands blocs. Mais, pour une alternative politique crédible au Bénin, entre Fcbe, ‘‘Les Démocrates’’, Restaurer l’espoir, le Mouvement populaire pour la libération (Mpl), La Nouvelle Alliance (LNA) et Restaurer la Confiance (RLC), la fusion est tout sauf une évidence. Au contraire, depuis les divergences affichées au lendemain des législatives exclusives de 2019, l’opposition va en se saucissonnant. Ainsi, après l’obtention, il y a à peine quelques semaines, du récépissé provisoire par le parti LNA de Théophile Yarou, de RLC de Iréné Agossa qui lui a emboîté le pas. Mais avant, dans le camp des partis opposés au régime en place, la prééminence Fcbe qui fait figure du porte-drapeau de l’opposition est plus que jamais en ordre de bataille pour marquer des points lors du scrutin du 8 janvier prochain tandis qu’à cette occasion, ‘‘Les Démocrates’’ aspirent tout simplement à démontrer à la face de la classe politique, qu’ils sont plutôt l’ogre à redouter.
Dans un tel contexte de rivalité et de recherche de suprématie entre la Fcbe et ‘‘Les Démocrates’’, il est clair que le discours tenu par Théophile Yarou au cours de sa dernière rencontre avec Expérience Tébé, président du Mpl est loin de la réalité. D’ailleurs, parlant de mutualisation des forces de l’opposition, le leader de l’avant-dernier des partis qui se réclame de cette tendance est un transfuge de la Fcbe. Une démarche qui trahit sa vision d’unité. Car, si tant est qu’il n’était plus en phase avec la ligne directrice de la Fcbe et qu’il devrait forcément prendre ses distances d’avec ses anciens camarades, il avait à l’époque l’option de rejoindre et de renforcer Les Démocrates, le Mpl ou Restaurer l’espoir. Mais non ! Le choix a été celui de créer le parti LNA. Aussi curieux que cela puisse paraître, c’est Théophile Yarou qui a aujourd’hui, la géniale idée de la nécessité d’une mutualisation des forces de l’opposition dans la perspective d’être en mesure de faire face aux deux grands blocs de la mouvance présidentielle. Seulement, si tant est qu’il urge de fédérer les forces politiques de l’opposition en de grands blocs, c’est un secret de Polichinelle qu’actuellement, la dynamique de la mutualisation dans un creuset adéquat est loin d’être en faveur du parti LNA.

Mpl-Lna, la troisième voix ?
Cependant, il n’est pas exclu qu’en allant à la rencontre de Expérience Tébé du Mpl, Théophile Yarou travaille d’ores et déjà pour l’avenir. En effet, devant les partis du camp présidentiel et ceux en première ligne de l’opposition, les partis Mpl et Lna n’ont quasiment pas de chance de réunir les 10% si, entre-temps, ils arrivaient à franchir les étapes du dépôt des dossiers de candidature et des frais y afférents. D’où, à défaut de pouvoir individuellement faire le poids devant les autres adversaires de la scène politique nationale, Yarou et Tébé rêvent en silence de constituer à eux deux, la troisième voix de l’opposition.
Du moins, si la vision de mutualisation des forces de l’opposition est déjà réciproquement partagée au niveau des deux leaders, emprunter cette piste aura le mérite de donner une certaine clarté au paysage politique et de resserrer un peu plus les rangs au sein d’une opposition qui, avec les attaques de Yarou envers les autres leaders de l’opposition ne cesse d’étaler au grand jour ses divergences. La preuve, l’adepte de la mutualisation des forces de l’opposition est curieusement le même qui met en exergue une catégorisation des partis ne partageant pas les mêmes idéaux que le régime en place. En somme, quand on prêche pour sa propre paroisse, il suffit juste de suivre religieusement le discours pour en relever les non-dits.





Dans la même rubrique