Appels à la paix et à la réconciliation : Talon-Yayi : le dialogue à distance

Moïse DOSSOUMOU 21 décembre 2020

Tout les oppose. Naguère amis et partenaires, aujourd’hui adversaires politiques, Patrice Talon et Boni Yayi se font désirer sur le terrain de la paix. En lieu et place d’un vrai dialogue, les deux protagonistes, par déclarations interposées, tirent chacun le drap de son côté.

12 novembre 2020. Patrice Talon à Savè et Parakou à l’entame de sa tournée nationale. « Boni Yayi et moi étions comme petit frère et grand frère… J’invite les sages et notables de Parakou à travailler à la réconciliation avec mon aîné Boni Yayi ». Très en verve et désireux de tourner la page des relations tendues avec ses compatriotes, le chef de l’Etat change de ton et se montre davantage conciliant. « Je suis venu ce matin demander pardon. Un enfant bien élevé ne sait que demander pardon quelles que soient les circonstances. Les évènements qui ont pu nous meurtrir par le passé doivent être oubliés ». Quelques semaines plus tard, soit le 20 décembre 2020, Boni Yayi qui n’avait pas daigné réagir aux propos de son successeur sort de sa réserve. Coïncidence pour coïncidence, il choisit également Parakou pour se faire entendre. « En tout cas, il est notre jeune frère (Patrice Talon ndlr) et il demande aujourd’hui une réconciliation. Ce que je saurais dire : je n’ai rien de particulier avec lui. C’est-à-dire, je ne suis pas contre sa personne physique parce qu’il est une créature de Dieu. Mais attention, là où nous ne nous retrouvons pas, c’est sa gouvernance qui chicotte en ce moment tout un peuple ».

Le pardon et l’oubli, mais…
Si l’un et l’autre accordent leurs violons sur le fait que le pardon et l’oubli doivent advenir, ils sont par contre très réservés sur le processus devant aboutir au dégel. Les législatives du 28 avril 2019 survenues au lendemain de la réforme du système partisan et qui ont engendré un parlement monocolore entièrement acquis à la cause du chef de l’Etat ont soulevé des vagues. De part et d’autre, des extrêmes ont été franchies. En plus de quelques personnalités dont Boni Yayi, des localités entières se sont illustrées par leur farouche opposition à cet état de choses. Un an et demi après, Patrice Talon a estimé qu’il était temps de panser les plaies pour passer à autre chose. D’ailleurs, ce n’est pas anodin que sa tournée nationale ait débuté par Savè, Tchaourou et Parakou. Si ses interlocuteurs ont réservé un bon accueil aux propos pacifiques tenus à l’occasion, ils avaient tous les regards tournés vers Boni Yayi qui a été éprouvé au cours de cette période sensible. La réaction de celui-ci ne fait pas pour autant bouger les lignes. Chacun d’eux est resté dans le politiquement correct, cherchant ses mots pour ne pas en dire plus et surtout ne pas prendre des engagements solennels.

Le récépissé, la nouvelle donne
Par contre, entre les deux sorties de ces protagonistes, la scène politique a bougé. Le parti « les démocrates » dont Boni Yayi est le leader et président d’honneur est enfin officiellement reconnu. Délivré seulement la semaine écoulée après cinq mois d’attente, le récépissé d’existence légale de cette formation politique signé par le ministre de l’intérieur traduit peu ou proue le respect de la parole présidentielle donnée à Parakou le 12 novembre 2020. « Le ministre de l’intérieur fera tout ce qu’il faut pour que les mécontents reçoivent leur récépissé. Nous allons faire tout ce qu’il faut pour que les grands partis politiques prennent part aux élections à venir ». La reconnaissance officielle d’un parti politique, fût-il de l’opposition, est-elle tributaire de la parole du chef de l’Etat ? Trêve de polémique ! Ce qui compte à présent, c’est que les rangs des contempteurs du régime sont davantage étoffés avec ce bébé politique dont les ambitions se laissent aisément deviner. D’ailleurs, il a fallu ce récépissé pour que Boni Yayi se prononce ouvertement sur l’appel au pardon et à la réconciliation de son successeur.

La rencontre tant attendue
Le fait est que l’opinion n’est pas plus située qu’auparavant. Les deux protagonistes qui se craignent mutuellement vont-ils continuer à échanger par déclarations interposées ? Les sages et notables de Parakou dont Patrice Talon a sollicité la médiation vont-ils œuvrer au rapprochement entre les deux hommes ? A quatre mois de la présidentielle, l’adversité entre ces deux acteurs politiques de premier plan ne fera que s’enfler au fur et à mesure que l’échéance approche. Si d’aventure faute de parrainage, le parti « les démocrates » ne parvenait pas à participer à la présidentielle de 2021, que retiendra l’opinion de la parole du président de la République ? Si tant est que Patrice Talon et Boni Yayi sont désireux de la paix et de la réconciliation, ils savent quoi faire pour se parler et arrondir les angles. Dans le cas contraire, leurs déclarations qui ne font qu’entretenir la polémique au lieu de faire avancer le débat ne serviront qu’à enfler un conflit dont seuls les deux protagonistes connaissent les tenants et aboutissants. A plusieurs reprises, alors qu’ils ont toujours été à couteaux tirés, Mathieu Kérékou a fait l’effort de garder officiellement de bonnes relations avec Nicéphore Soglo. Sous sa présidence, Boni Yayi a fait de même avec Mathieu Kérékou et Nicéphore Soglo. Le premier trimestre 2019, Patrice Talon a réussi l’exploit de recevoir dans une ambiance conviviale Nicéphore Soglo au palais de la Marina. Certes, à l’époque, Boni Yayi a rejeté son invitation. Hormis le 6 avril 2016 à Cotonou lors de la passation de pouvoir et quelques semaines plus tard à Abidjan en présence de Alassane Ouattara et Faure Gnassingbé, Patrice Talon n’a plus rencontré officiellement son prédécesseur. Il est peut-être temps qu’il gratifie l’opinion d’une telle image qui amorcerait, toute proportion gardée, le dégel.





Dans la même rubrique