Après l’obtention du récépissé provisoire : Les Fcbe à couteaux tirés

Arnaud DOUMANHOUN 23 septembre 2019

La barque tangue. Le vent de la division fait rage sur les fondations de la famille cauris. La délivrance du récépissé provisoire attestant du géant pas franchi dans le processus d’obtention du statut juridique du parti a tôt fait de sonner le branle-bas au sein des partisans de Boni Yayi. La nouvelle bien qu’attendue, n’a pas fait que porter la joie dans les cœurs. Bien au contraire, une bataille rangée s’est ouverte. D’un côté, le camp Théophile Yarou, Amadou Issifou, Paul Hounkpè et cie, qui se seraient pliés en catimini aux injonctions du ministre de l’intérieur, en excluant certains responsables du bureau politique, et de l’autre Nouréni Atchadé porte-parole du parti, Eugène Azatassou, Alassane Tigri et les autres.
C’est dire que les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) sont au bord de l’implosion. Les défections enregistrées à l’avènement du régime du Nouveau départ pourraient être peu de choses à côté du tsunami qui s’annonce. Même Boni Yayi n’a pas vu venir ce subterfuge qui permet à certains membres du parti, de détenir désormais le précieux sésame. « Je n’ai été associé à aucune étape de ce processus ou de ce deal alors que les statuts de notre parti l’exigent dès lors que ce processus soulève une orientation de fond. Je l’ai aussi vécu comme tout le monde dans les réseaux sociaux. Je ne saurais donc cautionner une telle démarche exclusive visant à affaiblir la Résistance que mène l’Opposition à laquelle appartiennent Fcbe pour le retour de la Démocratie et la Paix dans notre Pays. Le Préalable est la reprise du scrutin législatif d’avril 2019, sur une base consensuelle, équitable et transparente... », a déclaré Boni Yayi depuis son lit médical.

La fin justifie-t-elle les moyens ?
A Cotonou, les positions sont tout aussi tranchées. « Nous rejetons ce fameux congrès qui aurait élu Paul Hounkpè comme secrétaire exécutif national. Nous sommes contre cette machination. Il y a un certain nombre de camarade qui ont pactisé avec l’ennemi et qui vont répondre devant les instances du parti… », a laissé entendre Eugène Azatassou lors de la déclaration de presse de ce dimanche 22 septembre 2019. Pour Alassane Tigri, l’acte posé est inqualifiable et d’une extrême gravité. « La mort programmée par le pouvoir de la rupture et ses agents en notre sein ne passera pas… », a-t-il affirmé. On annonce des assises dans les tous prochains jours, pour statuer sur le cas des mis en cause.
C’est dire que la délivrance du récépissé provisoire aux Fcbe par le ministre de l’intérieur, Sacca Lafia conformément aux dispositions de la loi 2018-23 portant charte des partis politiques, n’a pas réglé les problèmes.

Les élections communales et locales
Théophile Yarou, Paul Hounkpè et autres sont confiants. Face aux vagues de soulèvement au sein du parti, ils ne chancellent point. « L’opposition est presque paralysée du moment où il n’y a pas un cadre officiel, un statut juridique qui nous permettent de poursuivre nos actions. Lorsque nous aurons le récépissé définitif, il sera question d’aller au contact de la population, expliquer la démarche, la volonté de réorganiser le parti, de lui donner plus de souffle et de focaliser l’attention de nos militants sur les combats à venir », a expliqué Paul Hounkpè, promu Secrétaire exécutif national du parti en remplacement de Valentin Djènontin, en disgrâce avec la justice. Pour le camp Yarou, le cap est mis sur les prochaines élections communales et locales. Une approche que salue également l’une des figures de proue de cette formation politique : l’ex ministre Alassane Djemba : « C’est une grande joie. C’est ce qu’on attendait car en politique, il n’y a rien de plus heureux que de reconnaître l’existence de son parti. Nous ne pouvons pas évoluer dans la clandestinité, ce n’est pas possible. Je suis très heureux d’apprendre que nous avons le récépissé ».

Un avenir incertain
Il apparaît clairement que les Fcbe sont face à une nouvelle crise, dont le dénouement n’est pas pour demain. Certains observateurs leurs prédisent le triste sort des partis RB et PSD. « Je le regrette, parce que ceux-là ont vu ce qui est arrivé à la RB, au Psd et la logique du régime actuel c’est de casser toutes les forces politiques qui ne disent pas les mêmes choses que lui. Ils ont vu tout cela et sont tombés dans le piège. Les Fcbe sont devenues aujourd’hui le miroir de l’opposition. Ce saut que certains des Fcbe viennent de faire dans l’inconnu va fragiliser le parti. Je suis très peiné que les Fcbe prennent aussi par là », a déclaré l’ex-député Comlan Léon Ahossi.
Mais Alassane Djemba reste optimiste et invite ses pairs à une gestion interne de la crise. « Les divergences au sein d’un parti peuvent se régler au sein du parti, en tous cas les difficultés sont faites pour être vaincues. Tout va se régler au sein du parti », a-t-il soutenu.

Faire face à l’évidence
Au fond, à quoi servira cette polémique inféconde autour du récépissé ? En matière de combat, ne faudrait-il pas toujours peaufiner de nouvelles stratégies en cas d’échec, pour venir à bout de l’ennemi ? Il faut parfois apprendre à se servir de l’arme de l’adversaire. Au lieu de le voir à moitié vide, les Fcbe pourraient voir ce verre à moitié plein. Si le souhait en définitive est une reprise des élections législatives, le parti de Yayi ne pourrait y prendre part, sans un statut juridique. Entre le statu quo et l’option de Théophile Yarou et les siens, il y a un choix qui l’emporte. Et la politique de la chaise vide s’est bien souvent révélée peu concluante.
Ils ont peut-être piétiné des dispositions du parti, mais est-ce de bonne ou de mauvaise foi ? De toute façon, ils ne sont pas éternels et au finish c’est le parti qui emporte le gain. Pourquoi ne pas accueillir la nouvelle avec intelligence, aller au bout du processus pour l’obtention du récépissé définitif, quitte à organiser plus tard des assises conformément aux dispositions statutaires pour statuer sur ‘’l’acte des mis en cause’’, dont le péché mignon serait de vouloir survivre à tout prix ? De toute évidence les Fcbe ont désormais leur destin en mains.



Dans la même rubrique