Assainissement des villes du grand Nokoué : Le coup d’accélérateur du gouvernement

Arnaud DOUMANHOUN 27 août 2020

Un cadre sain pour tous. Le projet de modernisation de la gestion des déchets solides ménagers du Grand Nokoué notamment dans les communes de Cotonou, Porto-Novo, Abomey-Calavi, Ouidah et Sèmè-Kpodji reçoit un coup d’accélérateur. « La société ayant démarré ses activités en décembre 2019, il est apparu nécessaire de procéder à l’acquisition, entre autres, d’engins légers de pré-collecte et d’engins lourds de collecte, à la réhabilitation et la mise aux normes des points de regroupements, centres de transferts et lieux d’enfouissement », a-t-on lu hier, dans le compte rendu sanctionnant le conclave gouvernemental de ce mercredi 26 août 2020.
Et pour rendre l’acquisition de ces matériels effective, le conseil a marqué son accord pour la contractualisation avec les sociétés adjudicataires, en vue de la fourniture de poubelles et de tricycles, le suivi et le contrôle informatisé des prestations de salubrité et de collecte des déchets.
La gestion des déchets dans le grand Nokoué est l’un des projets phares du régime du nouveau départ, attendu, ceci à juste titre pour relever cette problématique, dans la gouvernance des collectivités locales. Avec une production estimée à plus de 450.000 tonnes par an, la gestion des déchets dans le grand Nokoué, est plombée par une mauvaise organisation et répartition des charges en dépit de la flopée d’Ong engagées pour la cause.
Une étude réalisée par l’Agetur en 2012 a montré que seulement 10% des ménages évacuent leurs déchets via les points de regroupement malgré la construction desdites infrastructures par le Pugemu, et tous les autres choisissent un mode d’évacuation non conforme (19% à proximité de leur maison et de leur lieu de travail, 15% un peu partout, 14% dans les zones humides, 11% dans un dépotoir sauvage, 11% le long des clôtures, 10% sur les terres cultivables et 9% dans un trou). Des enquêtes réalisées en 2017 et 2019 ont permis de recenser plus de 1.000 dépotoirs sauvages. Le service de pré-collecte n’est ni suivi, ni évalué par les Mairies et échappe à tout contrôle.
C’est dire tout l’intérêt de ce projet de gestion des déchets solides ménagers pour les villes concernées. « Déjà nous avons noté 400 tonnes de déchets collectés par jour alors que nous sommes à 20% de notre dispositif. La collecte sera systématique pour tous les ménages, même dans les zones d’accès difficiles. Tous les déchets seront convoyés des villes. Nous aurons des villes propres et débarrasées des déchets », a expliqué Mesmin Yeou, Directeur adjoint des opérations de la Société de gestion des déchets et de la salubrité du Grand Nokoué (Sgds-Gn) avant d’ajouter que des réformes sont aussi en cours pour les volets transport, enfouissement, communication, valorisation.
Il est clair que le Bénin s’investit davantage pour l’atteinte de l’Odd 11 : « Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables ». Vivement que les fruits tiennent la promesse des fleurs.





Dans la même rubrique