Assemblée nationale : La loi de finances, exercice 2021 adoptée à l'unanimité

Karim O. ANONRIN 9 décembre 2020

L’Assemblée nationale a adopté ce mardi 8 décembre 2020 à l’unanimité des députés présents et représentés, la loi de finances gestion 2021. C’était à la faveur d’une séance plénière présidé par Louis Gbèhounou Vlavonou et en présence du gouvernement représenté par le Ministre de l’économie et des finances, Romuald Wadagni et le Ministre d’Etat chargé du plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané. Il s’agit d’une loi qui s’équilibre en ressources et en charges à la somme de 2452, 192 milliards Fcfa avec un accroissement de 13,15% par rapport à la loi de finances rectificatives de la loi de finances, exercice 2020. Du rapport de la Commission budgétaire de l’Assemblée présidée par le député Gérard Gbénonchi, président de la Commission des finances et des échanges qui a étudié le projet de loi en question pendant pratiquement un mois, l’on retient que la loi de finances, exercice 2021 qui comporte le budget général de l’Etat, gestion 2021 est principalement porté par « le double défi de renforcer la résilience de l’économie nationale et sa relance face aux chocs exogènes, ainsi que la consolidation budgétaire et le renforcement du modèle social en cours de construction ». Cette loi de finances a mis un accent particulier sur le renforcement de la riposte contre le nouveau coronavirus.

Une loi de finances basée sur une fiscalité souple et prometteuse sur le plan économique
Toujours du rapport de la Commission budgétaire de l’Assemblée, il est bien mentionné que la loi de finances, gestion 2021, prévoit une baisse des impôts ; ce qui constitue pour les ménages et les entreprises l’harmonisation des délais généraux de présentation des actes à la formalité de l’enregistrement, l’exonération de la patente sur les douze premiers mois d’activités des entreprises nouvelles et la clarification du mode de détermination du droit fixe de la patente, l’exonération de la TPS sur les douze premiers mois d’activités des entreprises nouvelles, le réaménagement de ses règles de calcul et la suspension de la retenue à la source de TVA pour certaines entreprises en situation créditrice justifiée. Par ailleurs, la loi de finances, gestion 2021 prévoit un taux de croissance économique de 6,0% en 2021, un taux d’inflation maîtrisé en dessous de la norme de 3%, un déficit budgétaire de 4,5% du PIB et une part de 46,3% du budget réservée aux programmes sociaux.

Des infrastructures d’envergure dans le PIP 2021
La loi de finances, gestion 2021 a fait aussi la part belle au Programme d’investissement public (PIP). Il est d’un montant de 579,285 milliards Fcfa et prend en compte 230 projets/programmes dont 20 nouveaux projets. Au cours de l’année 2021, le gouvernement procèdera aux lancements des travaux de construction du nouveau siège de l’Assemblée Nationale, d’une nouvelle centrale thermique de 120 MW à Maria Gléta : première phase de la centrale thermique de 400 MW (CCT120 MW), le lancement du Projet d’électrification par Système Solaire Photovoltaïque de 750 Infrastructures sociocommunautaires, le lancement du Projet Intégré de Transformation Numérique des Régions Rurales, le Projet d’alimentation en Eau Potable (AEP) des Zones Périurbaines des Villes de Cotonou, Sèmè-Kpodji, Calavi et Porto-Novo (Grand Nokoué), Périurbain III.





Dans la même rubrique