Atelier régional de lutte contre la criminalité environnementale en Afrique de l’ouest : Pour la validation des rapports et proposition d’un instrument juridique pour une synergie d’actions

Isac A. YAÏ 7 septembre 2022

La survie de plusieurs espèces sauvages ainsi que la qualité de l’environnement aussi bien aux niveaux national, régional que continental sont menacées. Et pour cause, la criminalité environnementale a atteint des proportions alarmantes. Elle dépasse désormais les limites des efforts individuels d’un seul pays. Pour une synergie d’actions, un atelier régional de validation des rapports de la mission d’harmonisation des cadres juridiques nationaux de lutte contre la criminalité environnementale en Afrique de l’ouest et proposition d’un instrument juridique communautaire s’organise depuis hier à l’hôtel du Lac de Cotonou. Initié par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, Programme Afrique Centrale et de l’ouest (Uicn-Paco), cet atelier vise à trouver une solution durable de lutte contre la criminalité environnementale. « Le présent atelier vise à examiner et recueillir les observations des acteurs de la région sur les rapports et livrables de la mission d’harmonisation des cadres juridiques nationaux et sur la proposition d’instruments juridiques régionaux visant le renforcement de la lutte contre la criminalité environnementale en Afrique de l’ouest », a précisé Docteur Arsène Sanon, représentant le Directeur régional de l’Uicn-Paco à ces assises. A en croire le Colonel Justin Dossou Azankpan, représentant du Directeur général des eaux et forêts du Bénin, la criminalité environnementale est désormais au cœur de l’agenda politique international. Elle n’est donc plus l’affaire d’un seul pays. « Il est de nos jours clair que les efforts individuels de nos Etats ne peuvent efficacement lutter contre ce système sans une synergie d’actions. C’est pourquoi, ces dernières années, des initiatives importantes sont prises à l’échelle continentale et régionale telles que la stratégie africaine de lutte contre l’exploitation illicite de la faune et de la flore adoptée en 2015 par l’Union Africaine, puis la stratégie de lutte contre la criminalité liées aux espèces en Afrique de l’Ouest validée par les ministres en charge de l’environnement des Etats membres de la cedeao le 22 septembre 2020 », a-t-il fait savoir.
Ces assises de Cotonou prévues pour prendre fin ce jour mercredi 7 septembre 2022, permettront aux pays participants d’avoir un cadre et des instruments juridiques communs pour une lutte efficace et durable contre la criminalité environnementale.





Dans la même rubrique