Audience au Palais de la Marina : Talon et Tawès étonnent positivement les Béninois

17 mars 2021

Recevoir son pire ennemi. Grand geste de Patrice Talon qui a reçu en audience ce mardi au palais de la Marina, Pascal Tawès soupçonné à plusieurs reprises de fomenter depuis l’extérieur un coup d’Etat contre le régime en place. C’est donc le retour au bercail d’un farouche opposant au régime Talon. D’aucuns y voient le signe d’une décrispation politique à quelques semaines du premier tour de la présidentielle. C’est surtout la réponse d’un chef de l’Etat à la demande d’un compatriote qui n’est pas sur la même longueur d’onde que lui en termes d’idéologie et de combat politique. Sur ce point seul déjà, Patrice Talon a personnellement posé un acte de paix.

En bon père de famille…
Un sourire visible sur les traits malgré le masque. Et une salutation aux coudes qui inspire la force d’une amitié. Le chef de l’Etat a donné l’image d’un homme qui préfère le pardon à la rancune, l’amour du prochain aux frustrations et iniquités. Les sujets qui fâchent n’étaient d’ailleurs pas à l’ordre du jour de cette rencontre. « Comme vous le savez mieux que moi d’ailleurs, j’ai été envoyé aux États-Unis en qualité d’Attaché de défense en 2011 avec un visa d’un an renouvelable. Je suis retraité depuis Octobre 2013. Malheureusement, les différents responsables de l’ancien régime ne m’ont pas accordé l’assistance nécessaire efficace qui permette le retour de ma famille au Bénin de manière sereine. C’est pour cette raison que j’ai rencontré le Président de la République pour qu’il intervienne pour un règlement diligent de mon dossier administratif.

Le Chef de l’Etat m’a bien reçu. Il m’a donné des directives et des conseils nécessaires et il m’a promis instruire les structures concernées afin que je sois satisfait », a expliqué le colonel à la retraite. Satisfait, lui aussi l’est désormais avec le régime de Patrice Talon. Un peu à l’image de Pascal Tawès, Bertin Koovi en exil depuis 2019 et soupçonné de vouloir déstabiliser le régime a annoncé son retour dans la barque rupture. Il a même promis battre campagne en faveur de Patrice Talon pour la présidentielle de 2021. En attendant que les deux hommes ne se retrouvent pour fumer le calumet de la paix, cette valse de soutiens d’anciens pourfendeurs est peut-être le signe d’un dégel. « La République du Bénin assure, sans distinction, son devoir d’assistance à l’endroit de tous ses citoyens qui en font la demande formelle », a déclaré le chantre de la rupture. Pourvu que chacun comprenne dans cette affirmation de Patrice Talon sur sa page Facebook à l’issue du tête-à-tête avec le colonel Pascal Tawès, que pour se concrétiser les efforts de paix sont appelés à être réciproques.





Dans la même rubrique