Bénin : Ce qui manquait pour son développement, selon Talata

Fulbert ADJIMEHOSSOU 26 mars 2021

La Cour de Repression des Infractions Economiques et du Terrorisme (CRIET) ! Mariam Chabi Talata Zimé Yérima regrette que le Bénin ne l’a disposé que récemment. Au cours du lancement de la campagne électorale du duo de la mouvance présidentielle, la colistière de Patrice Talon a tenu à le faire savoir de vive voix. Pour elle, les entreprises mises en place déjà dans la période révolutionnaire auraient pu prospérer. « Ils ont confié la gestion de toutes ces sociétés qui devraient nous libérer de la politique de la main tendue à de jeunes cadres béninois. Mais ils ont oublié de prendre une précaution. C’est la Criet », a dit Talata. Pour la colistière du candidat Talon, si la création des entreprises étatiques avait été suivie de la création d’une cour de répression des infractions économiques, aujourd’hui, dit-elle, les Béninois seront à l’aise. « Il ferait bon vivre pour chacun et pour tous », a-t-elle déclaré déplorant qu’on soit obligé de tout reconstruire. Elle aurait voulu avoir un fleuron du tourisme au Bénin comme elle en a vu ailleurs. « Nous aussi, nous avions une société nationale de Tourisme. Elle n’a pas fait long feu à cause des détournements », a-t-elle déploré. D’où la nécessité selon la candidate au poste de Vice-présidente de faire de la lutte contre la corruption, « notre cheval de bataille ». « La lutte pour la bonne gouvernance, c’est la condition pour vous garantir un emploi durable », lance Talata aux étudiants. A l’en croire, tant que cette précaution ne sera pas prise, nous aurions lancé de nouveaux projets, nous aurions fait de nouvelles réformes, ce n’est sera pas concluant.





Dans la même rubrique