Bénin : Propos de quelques SE après leur prise de fonction

La rédaction 16 avril 2022

Jesugbé Jean Azanmasso, SE de Savè

Je crois que mes impressions ont été bonnes parce que cette séance nous a permis de revisiter notre mission et nos attributions en ce qui concerne la gestion des communes. Quand on parle des réformes, forcément on a des réticences. Donc la tâche de chacun ne sera pas facile sur le terrain mais nous allons nous y atteler pour qu’en collaboration avec le maire et avec les adjoints au maire, nous puissions porter ces réformes. Je n’ai pas d’inquiétude. Je sais que cela se passera bien. Je suis confiant… Je n’ai pas de problème. Je crois que je serai toujours maintenu à mon poste.

Dominique Ogoudélé, SE-Lokossa.

J’ai été retenu à l’issue du processus de recrutement dans le cadre de la mise en œuvre des réformes dans le secteur de la décentralisation. J’avoue que cette réforme est la bienvenue. Nous remercions président Patrice Talon pour avoir engagé cette réforme qui ouvre un challenge pour nous en matière de développement de nos communes. J’espère que cette réforme va beaucoup apporter à nos communes respectives surtout en ce qui concerne le développement local. C’est pour cela que nous nous sommes engagés à accompagner la réforme et comme l’a dit les ministre d’État Abdoulaye Bio Tchané, c’est clair aujourd’hui que nous sommes totalement engagés à accompagner ces réformes et nous devons réussir cela pour le bien-être de nos chères populations. C’est pour cela que nous sommes là ce matin pour un atelier d’intégration, qui a passé en revue les différents textes. On a aussi procédé à la signature du contrat…Ce qui veut dire que nous sommes déjà totalement engagés. Le reste, nous prions Dieu de nous accompagner pour que nous puissions porter ces réformes dans nos différentes communes respectives et qu’après un an, à l’issue de l’évaluation, on puisse se féliciter pour ce qu’on a fait.

Djamilath Yerima, SE Natitingou

De façon globale je ne peux qu’avoir une bonne impression face à tout ce qui est mis en œuvre pour la réussite de la réforme. Elle est salutaire et nous sommes bien aptes à relever tous les défis qui nous attendent pour le développement de nos communes. La collaboration avec les maires sera sans doute parfaite car ce sont nos devanciers et nous sommes appelés à collaborer pour la bonne marche du travail. Parlant de la réforme, elle est bien partie pour réussir et d’ici deux ou trois ans nous aurons des retombées perpétuelles.

Farida Babawè Boukary, SE d’Adjarra

Notre engagement, c’est de tout faire pour que cette réforme du secteur de la décentralisation n’échoue pas. Et nous nous engageons déjà à travailler aux côtés de notre maire pour pouvoir avoir les résultats escomptés. A priori, ce sera de très bonnes relations, parce que la loi est claire sur les compétences de chacun, du maire et du SE. Mais au-delà de cela, il y a d’autres relations et nous souhaitons que ce soit de très bonnes relations. Puisque chacun, en ce qui le concerne, doit tout faire pour la réussite de cette réforme et nous remercions au passage le président de la République qui a voulu faire l’honneur d’associer les femmes à la gestion communale. Nous le remercions infiniment et nous lui promettons que nous allons faire de notre mieux pour bien travailler pour qu’il soit toujours content et qu’il permette toujours à d’autres femmes aussi dans divers secteurs de pouvoir s’affirmer

Blaise Akpotrossou, SE Djidja.

Ce que nous devons rechercher, c’est l’atteinte de la performance. L’atteinte de cette performance au sein de l’administration publique nécessite la synergie. Des efforts de la part de tous les acteurs et le respect des principes de la bonne gouvernance. A ce titre, tout le monde doit être en synergie d’actions et savoir que le développement est le défi à relever. Concernant les relations, quand on est cadre on mène essentiellement trois activités. Des activités informationnelles, relationnelles et décisionnelles c’est surtout ce qui permet de tuer les conflits dans l’œuf, car si tout se passe dans une synergie d’entente, dans la convivialité, nous n’allons pas oublier les objectifs essentiels de cette réforme. Alors comme objectif essentiel, il s’agit quand même d’assurer l’efficacité du pilotage et d’assurer une bonne gestion administrative, de réduire les interférences politiques dans la gestion administrative et de donner de la visibilité aux actions publiques de développement communaux.

Latyfatou Bio Ouré, SE Akpro Missérété

La réforme, c’est pour des objectifs précis. Et ces objectifs, c’est le développement de nos localités. Nous allons travailler aux côtés des maires pour atteindre ces objectifs. Il faut dire qu’au départ, tout le monde ne maîtrisait pas le contenu de la réforme mais avec tout ce qu’on a eu comme explications, je ne crois pas qu’il y aura de problème. Nous sommes tous des béninois. Nous allons travailler la main dans la main, pour les objectifs du développement pour que le chef de l’État à qui ces réformes tiennent beaucoup à cœur puisse être satisfait du travail qui sera fait sur le terrain

Mesmin Zannou, SE d’Agbangnizoun.

Par rapport à l’organisation de ce processus, je pense qu’il y a eu de la transparence. Ça n’a pas été facile mais nous en sommes arrivés à bout. Je pense que les secrétaires exécutifs retenus sont les plus compétents pour faire le travail afin d’accompagner les communes et les maires dans le processus de développement des mairies. Avec les explications et l’exposé de l’expert, je pense que les points d’ombres sont levés à mon niveau. Je crois qu’avec ça, le travail peut se faire dans de bonnes conditions. Mon engagement personnel est de faire mon possible afin que la collaboration avec le maire de ma commune et les collaborateurs à divers niveaux soit bonne afin de pouvoir mener à bien la mission qui nous a été confiée.

Boni Tessi Touré Djaloud, SE de Comè

Pour la séance d’aujourd’hui, j’ai le sentiment d’un cadre, d’un technicien engagé pour contribuer à asseoir le processus de la décentralisation au Bénin au regard du nouveau code de l’administration territoriale. Je pense que les couloirs sont tracés, les responsabilités sont situées, les domaines de compétences sont clarifiés aussi bien pour les organes politiques que pour les organes techniques que va désormais diriger le secrétaire exécutif de la mairie. Je pense qu’on a fait un pas de géant à travers cette réforme et à coup sûr, les fruits porteront la promesse des fleurs. On va strictement travailler dans le cadre de la loi du nouveau code et on va se donner la main pour asseoir le développement de la commune. Il n’y pas d’antagonisme. Le secrétaire exécutif est le bras opérationnel de la mise en œuvre de la vision politique des organes politiques, notamment le maire, le conseil de supervision et le conseil communal. C’est vrai qu’il y a des attributions propres, il y a aussi une relation fonctionnelle et hiérarchique entre le maire et le SE. A priori, cela ne pose aucun problème. On va se mettre dans une synergie d’actions pour impulser le développement. Il y a des appréhensions mais le problème ne se pose pas. Je pense que chacun est là pour un objectif et les rôles sont clarifiés. On voit toujours le maire, il demeure la première autorité politique et administrative de la commune. Par contre, le secrétaire exécutif est le responsable administratif et technique de l’administration communale.

Serge Marcel Loukpé, SE Abomey

Mes engagements sont entre autres de travailler dans le respect des textes, de travailler en collaboration et en bonne intelligence avec l’organe politique présidé par le maire. Je dois faire en sorte que cette réforme soit une réussite afin que la commune d’Abomey puisse véritablement prendre son essor. Sinon vous avez suivi le déroulement du séminaire. Il n’y a pas de décision outre mesure à part de bien faire les choses et de travailler dans l’esprit de la réforme. Les relations doivent être conviviales dans la mesure où il y a une loi qui clarifie les attributions propres de chacun. Les préfets sont là pour arbitrer s’il doit y avoir une mauvaise interprétation.

Arouna Abdoulassidou, SE Ouinhi.

Par rapport à l’engagement de mon côté, c’est de faire en sorte que la réforme structurelle du secteur de la décentralisation réussisse pour contribuer véritablement au développement des communes. Parce que la finalité, c’est le bien-être de nos populations. Je dois travailler en synergie avec les autres acteurs afin d’améliorer le niveau de vie de nos populations. Nos relations avec le maire sont bien définies par la loi. Il y a des relations fonctionnelles et des relations hiérarchiques. Pour ce qui est des attributions propres du Secrétaire exécutif, il entretient de bonnes relations avec le maire. Pour ce qui concerne l’attribution du maire, il va entretenir des relations hiérarchiques avec le SE. Pour cela, nous avons tous donc intérêt à travailler en bonne intelligence pour pouvoir relever les défis de la décentralisation.





Dans la même rubrique