Benjamin Hounkpatin au sujet du retrait d’agrément à la Came : « Il n’y a pas de risque de rupture de médicaments… »

Arnaud DOUMANHOUN 29 juin 2018

Pas de panique ! Les médicaments sont bel et bien disponibles sur l’ensemble du territoire national. Les ministres de la santé, Benjamin Hounkpatin et de la justice, Me Sévérin Quenum, membres de la commission chargée des réformes au niveau du secteur de la pharmacie se sont prononcés dans la matinée de ce jeudi 28 juin 2018, sur la supposée rupture de médicaments dans les établissements et centres de santé du fait du retrait par le gouvernement de l’agrément délivré à la Centrale d’achat des médicaments essentiels (Came). « Le retrait d’agrément ne signifie pas une cessation d’activités. Des dispositions sont prises pour éviter les risques de rupture dans les officines. La Came dispose d’un stock de médicaments pour continuer de fournir les établissements, les formations sanitaires en médicaments… », a déclaré le ministre Benjamin Hounkpatin. Il explique également que de nouvelles bases seront définies avec les acteurs, et que la Came pourrait obtenir un autre agrément dans le cadre d’un accord transitoire. « Je voudrais rassurer les fournisseurs de la Came », a laissé entendre le ministre de la santé. Ainsi, usagers et fournisseurs n’ont pas de quoi s’inquiéter.
Pour le ministre de la justice, Me Sévérin Quenum, il était nécessaire, au regard des irrégularités relevées dans le secteur, de marquer une pause aux fins d’asseoir de nouvelles règles devant aboutir à terme, à l’assainissement du secteur. Il met en garde les auteurs de fausses informations, sur les réseaux sociaux, faisant état d’une rupture de médicaments dans les officines de pharmacies. « Il faut que les gens fassent attention. Nous avons un code numérique. Les personnes qui diffusent de fausses informations seront retracées… », a-t-il prévenu.





Dans la même rubrique