Bitumage de l'axe routier Abomey-Djidja : Djidja dit merci à Patrice Talon

Géraud AGOÏ 3 juin 2019

Le démarrage effectif des travaux routiers sur l’axe Mougnon-Djidja inclut au projet de bitumage de la route reliant les communes de Toffo, Lalo, Agbangnizoun, Abomey, Djidja et Bohicon réjouit les populations de la commune de Djidja. Réunies au centre des jeunes et loisirs de la commune ce samedi 1er juin, sous le leadership de Georges Azon, entrepreneur béninois de la diaspora et natif de la localité, ces populations ont clamé à l’endroit du Chef de l’État, son excellence Patrice Athanase Guillaume Talon, leur satisfaction et réaffirmé leur soutien à son Programme d’actions (Pag) ainsi qu’aux multiples réformes courageuses que conduit l’ensemble de son gouvernement. « Durant des décennies, des présidents de la République du Bénin ont maintes fois promis de bitumer la route Abomey-Djidja sans jamais y parvenir », a dit Rock Houndanou, représentant des jeunes. Cette longue attente qui enfin, connaît un terme explique l’enthousiasme de ces populations. Et, excepté le bitumage en cours de la principale route de la commune, Djidja, sous la rupture, a aussi connu la réalisation des forages d’eau, la disponibilité des intrants agricoles à bonne date, le paiement à temps des sous issus de la commercialisation du coton.... Seulement la commune est encore dans le besoin dans nombre de domaines. « Djidja sollicite le renforcement de capacités des producteurs agricoles, la formation des jeunes dans le domaine de l’auto emploi, le financement des plans d’affaires des jeunes porteurs de projets de création d’entreprise », a ajouté Rock Houndanou. Les femmes par la voix de Christine Azon, ont quant à elles, sollicité du Président Patrice Talon et de la fondation ’’Claudine Talon’’, des appuis par les micro finances ou par les projets de développement et d’émancipation de la femme. Certaines de ces doléances, croient savoir Léopold Lokossou, agriculteur et cadre natif de la localité, trouveront une solution avec la mise en place prochaine du fonds national de développement de l’agriculture. Ce fonds dit-il, prévoit le renforcement des capacités aux métiers de l’agriculture, la constitution d’une garantie auprès des banques et donc, le financement des agriculteurs. La route pour George Azon, est synonyme de développement. Celle en construction à Djidja, reconnaît l’entrepreneur, va permettre le désenclavement, l’évacuation des produits agricoles, l’ouverture de l’histoire et de la culture de la commune au reste du monde entier par le biais du tourisme. C’est pour cela, qu’en plus de se réjouir avec ses frères et sœurs, George Azon a promis faire parvenir au Chef de l’État, la joie et la déclaration de soutien des fils et filles de la commune de Djidja.





Dans la même rubrique