Campagne électorale pour les Communales 2020 : Une expérience qui cadre avec le Code électoral

Karim O. ANONRIN 28 avril 2020

Le 2 avril prochain, les cinq partis politiques en lice pour les élections municipales et communales du 17 Mai prochain rentreront officiellement en campagne. Il s’agit du Bloc Républicain (BR), des Forces cauris pour un Bénin Émergent (FCBE), du Parti du renouveau démocratique (PRD), de l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (UDBN) et de l’Union Progressiste (UP). Mais cette fois-ci, la campagne électorale sera exclusivement médiatique à cause de la crise sanitaire mondiale due à la pandémie du Covid-19 qui n’a d’ailleurs pas épargné le Bénin. Pour la plupart des responsables politiques, il s’agit d’une exception depuis l’avènement du renouveau démocratique de devoir battre campagne sans l’habituelle liesse populaire qu’offre cette période et sans les meetings politiques. Mais en réalité, il ne s’agit que d’une meilleure application du Code électoral en son article 57 qui dispose : « Les candidats et les partis politiques peuvent utiliser pour leur campagne, les médias d’Etat : radiodiffusion, télévision et presse écrite. La Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication veille à l’accès équitable aux médias d’Etat de tous candidats et partis politiques admis à prendre part aux élections ».

Plus précisément, ce ne sera pas la première fois que les partis politiques ont un accès équitable aux médias pour une campagne électorale au Bénin, mais pour les prochaines élections municipales et communales, le nombre de télévisions et de radios mobilisées sur toutes l’étendue du territoire national sort de l’ordinaire. L’on parle de plus de 80 organes de presse (radios et télévisions) réquisitionnés pour 40 minutes d’intervention sur chacun d’eux par jour et par parti politique. Il n’est aucun doute que le législateur ne manquera pas de tenir compte des situations d’exception comme celle actuelle de la pandémie du coronavirus le jour où il sera à nouveau appelé à réviser le Code électoral. Les enregistrements des messages des partis politiques démarrent ce mardi sur les radios retenus.

De sources concordantes, l’on apprend que les formations politiques peuvent enregistrer et monter par eux-mêmes les messages audios ou audiovisuels. Cependant, ces enregistrements ne sont pris en compte que lorsqu’ils sont transmis à la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC) par les représentants dûment mandatés à l’heure et au lieu d’enregistrement prévus dans le planning de la HAAC. Aussi, la HAAC se réserve t-elle le droit de censure en présence des représentants si les enregistrements ou les messages ne cadrent pas l’éthique, la déontologie et la charte de bonne conduite.





Dans la même rubrique