Campagnes pour les législatives du 8 janvier 2023 : Les actions de l’Exécutif au secours de la mouvance

12 décembre 2022

Encore quelques jours et officiellement, les campagnes pour les législatives du 8 janvier prochain seront lancées. Un exercice qui demande que les candidats descendent sur le terrain et qu’ils trouvent les meilleurs arguments à servir aux électeurs en âge de voter afin que ces derniers leur apportent leurs suffrages. Dans cette perspective, forcément, les camps qui s’affronteront appuieront sur les leviers qui susciteront la sympathie des populations. Ainsi, selon que les candidats sont de la mouvance présidentielle ou de l’opposition, l’approche sur le terrain et le discours à servir ne seraient pas les mêmes.
A coup sûr, du côté des candidats défendant la vision du Chef de l’Etat, l’opération de charme consistera à démontrer qu’ils ont bien fait d’accompagner le président Patrice Talon dans sa gouvernance du pays. Sur entre autres, les dernières revalorisations des salaires des agents de l’Etat, les bourses à octroyer aux filles à l’école, les microcrédits Alafia passés à 100 000 FCFA, les marchés modernes, la modernisation des infrastructures routières, les candidats de la mouvance surferont pour faire comprendre aux populations qu’ils ont intérêt à ne pas arrêter la dynamique. Evidemment, le bilan de l’Exécutif à ces occasions devient un atout pour les candidats des partis qui se réclament de son camp. Généralement, même ceux qui remettent en jeu leur mandat législatif, ne mettent jamais en avant leur implication au parlement dans le vote des lois qui induisent une amélioration des conditions de vie de leurs mandants.
En ce qui concerne le camp en face à savoir l’opposition, elle tirera sur la corde non seulement de la pluralité indispensable au Palais des gouverneurs mais aussi, sur le gain pour les électeurs d’avoir un autre son de cloche là-bas. A défaut d’avoir des actions phares de l’Exécutif à s’approprier au cours de la campagne, ils y chercheront les petites bêtes tout en insistant sur l’aspect du social qui mit du temps à se mettre en route. Dans ce combat entre les candidats de la mouvance et de l’opposition qui semble se dessiner dans les tout prochains jours sur le terrain, l’électeur aura le temps d’apprécier et de trancher le 8 janvier prochain. Mais avant, il est à remarquer qu’aussi bien dans la mouvance que dans l’opposition, à la conquête de l’électorat, les partis en compétition ne partiront pas à arme égale. D’ailleurs, s’il est clair que les deux blocs autour du chef de l’Etat tiennent à leur hégémonie, le comportement des autres partis de la mouvance vaudra un détour. Pareils entre les partis de l’opposition qui se chamaillent toujours sur la question de savoir qui est le plus aimé des populations. Enfin, les campagnes pour le scrutin à venir n’auront rien à voir avec les précédentes. Cette fois-ci, les arguments s’opposeront sur le terrain et dans les urnes, les conclusions seront tirées.





Dans la même rubrique