Candidature du président Patrice Talon pour 2021 : L'appel des cotonculteurs, semenciers et artisans de Bembèrèkè

Karim O. ANONRIN 24 août 2020

La candidature du président Patrice Talon pour l’élection présidentielle de 2021 reste toujours un mystère, mais bon nombre de ses compatriotes le souhaitent vivement. Le samedi 22 août dernier, ce sont les producteurs de coton, les semenciers et les membres des faîtières des artisans ainsi que d’autres acteurs de développement Bembèrèkè qui ont rompu le silence. Dans une déclaration dénommée ’’L’appel de Bembèrèkè’’ et faite au siège de l’Union communale des coopératives villageoises des producteurs de coton de la localité, ces derniers invitent le président Patrice Talon, à se porter candidat pour la présidentielle de 2021, afin de briguer un second mandat à la tête du pays, toute chose devant lui permettre de faire avancer un peu plus loin le Bénin sur le chemin du développement malgré les performances déjà enregistrées par le pays depuis l’avènement du régime de la rupture en 2016.
Par la voix de leur porte-parole, Abou Tingui, président de l’Union communale des coopératives villageoises des producteurs de coton de Bembèrèkè, les producteurs de coton, les semenciers et les membres des faîtières des artisans en question ont laissé entendre que leur démarche est un devoir de reconnaissance et une marque de gratitude pour les nombreuses marques d’attention dont ils ont fait l’objet tout au long du premier quinquennat du président Patrice Talon. Aussi, ont-ils pris l’engagement de poursuivre la mobilisation jusqu’à ce que le président Patrice Talon donne un écho favorable à leur appel. Il faut noter que la déclaration a été précédée d’un message du président de la délégation des semenciers de Bembèrèkè, Amidou Gbian.

L’appel de Bembèrèkè du 22 août 2020 pour la candidature de Patrice Talon en 2021
Monsieur le Président des artisans de la Commune de Bembéréké ;
Monsieur le président de la délégation des semenciers de la commune de Bembéréké ;

Messieurs les membres du bureau de l’Union des producteurs de Coton de la Commune de Bembéréké ;
Mesdames et messieurs les membres des différentes faitières des artisans ;
Distingués invités, en vos rangs, grades, qualités et fonctions ;
C’est un honneur et un réel plaisir pour moi de prendre la parole ce jour, samedi 22 août 2020, pour porter haut et fort de cette tribune et devant toute la presse nationale, notre appel à l’endroit du Chef de l’Etat.

Mesdames et messieurs,
Qu’il vous souvienne, réunis il y a de cela quelques jours au sein de nos faitières respectives pour réfléchir à notre avenir, nous sommes parvenus à la conclusion que nous ne pouvons plus taire notre souhait, notre profonde aspiration de voir se pérenniser les nombreuses réformes engagées par le gouvernement en place et dont les impacts se font sentir jusque dans nos ménages.

Chers semenciers, chers cotonculteurs, chers artisans ici réunis
Je me réjouis de constater que nous avons tous pris conscience que notre salut et l’amélioration de nos conditions de vie sont étroitement liés à la poursuite de l’exercice du pouvoir d’Etat par le Président Patrice TALON. C’est d’ailleurs pourquoi, nous avons tous souscrit sans hésiter à l’organisation de cette initiative dénommée « l’appel de Bembéréké ».

Mesdames et messieurs,
Il convient de préciser que l’appel de Bembéréké, loin de toutes considérations politiques et partisanes, se veut être un cri de cœur, pour ne pas dire un cri de détresse. Oui, un cri de détresse de ces femmes et hommes qui se sentent désemparés quand ils imaginent l’instant d’une seconde que les nombreuses réalisations du gouvernement qui font leur bonheur pourraient s’arrêter si le Chef de l’Etat décidait de ne faire qu’un seul mandat à la tête de notre pays.

Monsieur le Président de la République,
Si vous nous entendez, si entendez l’appel de Bembéréké que nous vous lançons ce jour, vous devez annoncer votre candidature pour les élections présidentielles de 2021. A cet effet, je voudrais d’ores et déjà vous rassurer, que nous semenciers, cotonculteurs et artisans de Bembéréké en particulier et du Bénin en général feront bloc derrière votre candidature. Notre soutien ne vous fera jamais défaut.

Mesdames et messieurs, chers amis de la presse
Comment ne pas soutenir la candidature du Président Patrice TALON pour un second mandat quand on sait tout ce qu’il a fait pour les couches sociales vulnérables ?

Chers semenciers, chers cotonculteurs, chers artisans
Il est de notre devoir de ne pas oublier les nombreuses réalisations du gouvernement qui ont impacté positivement nos vies et celles de nos familles respectives.
Comment oublier que les artisans sont désormais identifiés, répertoriés, mieux organisés par le gouvernement et qu’ils ont reçu 150.000 FCFA chacun dans le cadre de l’atténuation des effets néfastes de la COVID-19 sur notre économie ?
Comment oublier que ceux d’entre nous qui n’avaient pas d’acte de naissance ou de jugement supplétif n’ont plus de souci à se faire grâce au RAVIP ?
Comment oublier que les intrants agricoles et les graines sont désormais disponibles en quantité et en qualité. Que nos paiements se font à bonne date, sans tracasseries et que notre filière est mieux organisée ?
Comment oublier que nos rues sont en train d’être asphaltées ?
Comment oublier tant de choses ?
En signe de gratitude et de reconnaissance, nous nous faisons le devoir de lancer « l’appel de Bembéréké » afin que cela fasse écho au sein de l’opinion publique nationale et jusqu’à ce que le président TALON puisse y donner une suite favorable en répondant à notre appel.

Messieurs les journalistes,
Nous vous demandons de retransmettre fidèlement « l’appel de Bembéréké » afin que les béninoises et les béninois sachent que, de Bembéréké ce 22 août 2020, nous avons lancé le cri de ralliement qui nous conduira à un second mandat du Président Patrice TALON.
Aujourd’hui c’est « l’appel de Bembéréké », demain ça sera assurément l’appel d’une autre commune, jusqu’à ce que toutes les communes du Bénin lancent leur appel et que le mouvement se généralise sur le plan national.

Mesdames et messieurs, chers journalistes,
Je peux vous garantir que nous n’arrêterons pas tant que le Chef de l’Etat n’aura pas dit oui à un second mandat.
Je vous remercie.





Dans la même rubrique