Cérémonie d’échanges de vœux du nouvel an à la Cour suprême : Les souhaits de Ousmane Batoko pour l’efficacité de la juridiction

Karim O. ANONRIN 29 janvier 2019

Le président de la Cour suprême du Bénin, Ousmane Batoko et ses collaborateurs ont échangé le vendredi 25 janvier dernier, les vœux du nouvel an 2019. Ce fut l’occasion pour lui de dire certaines vérités à ses collaborateurs toutes catégories confondues. « …Certes, les habitudes sont difficiles à abandonner, mais si nous prenons conscience et que nous nous engagions à nous en débarrasser, nous y parviendrons. C’est ce à quoi moi je vous confie (…) Si cela pouvait l’être véritablement, nous gagnerions ensemble le combat pour une justice béninoise efficiente, efficace et plus proches du justiciable… », a déclaré le président Ousmane Batoko. Il a surtout dénoncé certains comportements desdits collaborateurs qui selon lui, minent le bon fonctionnement de l’institution. « …Les efforts individuels et collectifs auraient cependant produit davantage de fruits et de résultats si nous n’avions pas continué de traîner, voire de cultiver des tares et des insuffisances qui ont alourdi maintes initiatives porteuses. Je pourrais citer, pêle-mêle : les retards quotidiens à venir à la Cour ; certains se sont même octroyés des jours hors-cour en semaine ; d’autres font des déplacements à l’intérieur du pays voire à l’extérieur sans autorisation ; des bureaux transformés en salle d’information et de consultation juridiques sur des dossiers pendants devant la Cour ; des dossiers juridictionnels sur lesquels on ne donne aucun souffle ni frémissement plusieurs mois, voire des années durant ; des cadres ou des agents qu’on ne trouve presque jamais à leurs postes (…) C’est pour cela que je voudrais que nous abordions cette nouvelle année 2019 avec plus de perspicacité et davantage de responsabilité… », a ajouté le président Ousmane Batoko. Il n’a pas manqué de rappeler qu’il a pris une ordonnance le 21 décembre 2018 pour mettre en place un comité technique chargé d’étudier les modalités de revalorisation du régime salarial des Magistrats et du régime indemnitaire du personnel civil et militaire non Magistrat. Ceci, dans la perspective de l’amélioration des conditions de vie et de travail au sein de l’institution. Entre temps au cours de la cérémonie, le Secrétaire général, Victor Adossou, président de la Chambre administrative de la Cour suprême, a présenté à l’assistance, les performances de l’institution au cours de l’année écoulée sans oublier les attentes du personnel.





Dans la même rubrique