Chef de file de l’opposition : Bataille rangée entre Hounkpè, Houndété et Tébé

29 novembre 2022

Paul Hounkpè, le Secrétaire exécutif national de la Fcbe peut craindre pour son titre de chef de file de l’opposition. Après les communales de 2020 qui ont permis à son parti d’avoir non seulement des élus dans les conseils communaux mais aussi de contrôler des mairies et donc, en vertu des dispositions légales, d’être nommé chef de file de l’opposition, l’ancien ministre de Boni Yayi peut s’inquiéter pour son titre et les privilèges qui vont avec. En effet, contrairement à 2020 où seule la Fcbe a pris part aux élections communales, le scrutin du 8 janvier prochain verra la participation de trois partis de l’opposition. Forcément, entre la Fcbe, le Mpl et ‘‘Les Démocrates’’, en dehors de la guerre des chiffres qui pourrait retenir les attentions lors de la répartition des sièges, une autre compétition se jouera en sourdine. Il s’agit de la contestation du leadership de Paul Hounkpè, censé au regard de la loi, porter la voix de l’opposition. A ce sujet, nul n’ignore que ‘‘Les Démocrates’’ en particulier non jamais voulu reconnaître ce mérite à l’ancien ministre de Boni Yayi. Bien au contraire, en lui, il trouvait plutôt un choix par défaut ou tout simplement, une récompense attribuée pour ses supposées compromissions avec le pouvoir en place.
Cette fois-ci, la bataille électorale est inclusive, et dans les urnes, les électeurs auront l’occasion de départager les trois prétendants à cette haute charge de chef de file de l’opposition. Car, il suffira de disposer d’une bonne quantité de représentants à l’Assemblée nationale pour ébranler Paul Hounkpè surtout que la Fcbe s’était, lors des communales de 2020, contentée d’une portion congrue d’élus dans les mairies. C’est dire qu’au sein de l’opposition, il y a une autre bataille dans la bataille qui oppose surtout Paul Hounkpè et Eric Houndété. D’ailleurs, le premier s’était très tôt réjoui des difficultés de ‘‘Les Démocrates’’ à valider leur dossier de candidatures par la Cena. Désormais que c’est le cas, personne ne veut se faire conter la vérité qui sortira des urnes le 8 janvier prochain. En attendant le démarrage de la campagne électorale, histoire de ne pas paraître ridicule au soir du 8 janvier prochain, chaque chapelle politique peaufine sa stratégie pour triompher des adversaires. Mais, une chose est sûre, entre les partis de l’opposition sur la ligne de départ des législatives que sont la Fcbe, ‘‘Les Démocrates’’ et le Mpl, la paix des braves n’est pas pour demain.





Dans la même rubrique