Colloque scientifique : La Cour constitutionnelle s’évalue entre rupture et continuité

Fulbert ADJIMEHOSSOU 12 septembre 2019

Un bilan pour mieux se relancer. C’est bien ce à quoi s’adonne la Cour Constitutionnelle à travers un colloque scientifique qui regroupe depuis hier à l’hôtel Golden Tulip de Cotonou diverses délégations de cours constitutionnelles d’Afrique et des universitaires. Selon le Président du Comité d’organisation, Razaki Amouda Issifou, ces assises qui se déroulent autour du thème « la cour constitutionnelle, entre rupture et continuité », constituent un moment de réflexion et de partages d’expériences sur les défis liés aux mécanismes de la justice constitutionnelle. Cette initiative a été d’ailleurs saluée par les différentes délégations. Le Vice-président du Conseil constitutionnel du Sénégal, N’Dior Diouf, secrétaire de la conférence des juridictions constitutionnelles africaines a surtout émis le vœu que ce colloque impulse une nouvelle dynamique de la justice constitutionnelle en Afrique. Président du Conseil d’Administration de l’association africaine des hautes juridictions francophones, Ousmane Batoko a rappelé à l’assistance que certaines décisions ont ébranlé bon nombre de juristes africains dans leurs certitudes scientifiques. Pour d’autres dira –t-il, une révolution jurisprudentielle constitutionnelle est en marche au bénin, parfaitement avec sa réputation de laboratoire de la démocratie qui lui colle à la peau depuis de longues années. Pour sa part, le Président Joseph Djogbénou a souligné que le colloque offre « une puissante occasion à la cour constitutionnelle qui a le privilège de condamner sans être jugée, de se faire juger sans être condamnée ». Il n’a pas manqué d’inviter les participants au colloque à de fructueux échanges ainsi que des réflexions approfondies et sans langue de bois, afin de permettre à l’institution garante du respect de la constitution, d’opérer un choix conséquent entre la rupture et la continuité. Les travaux ont démarré par la conférence inaugurale dont le thème est : « Justice constitutionnelle et évolution jurisprudentielle », présentée par le Professeur Mathieu Disant, Agrégé des facultés de droit, Professeur à l’Université Lyon Saint Etienne, et diplômé de l’académie internationale de droit constitutionnel. D’autres communications ont suivi comme celle du Professeur Epiphane Sohouenou sur « l’évolution de la jurisprudence de la Cour constitutionnelle du Bénin en matière de grève à la lumière du droit comparé » et du Professeur Joël Adéloui sur « le caractère obligatoire ou facultatif du contrôle a priori en droit béninois : retour sur un revirement de jurisprudence », puis celle du Professeur Dandi Gnamou sur les : « Juridictions constitutionnelles et normes de référence ».





Dans la même rubrique