Construction et exploitation d’un système de transport des hydrocarbures par pipeline : Le Niger et le Bénin accordent leurs violons

Arnaud DOUMANHOUN 15 mars 2019

Moins de deux mois après la signature de l’accord bilatéral pour construction et l’exploitation d’un système de transport des hydrocarbures par pipeline, le Bénin et le Niger marquent un pas de plus. Il sera procédé les prochains jours à l’approbation de l’étude d’impact environnemental et social (Eies), de même que de l’étude de faisabilité du projet pipeline.
En effet, cette infrastructure est attendue pour assurer le transport des hydrocarbures en provenance du Niger vers le Port autonome de Cotonou. Grâce à l’accord signé le 24 janvier 2019, les deux pays ont décidé d’œuvrer pour l’aboutissement du projet. L’approbation de l’Eies et l’étude de faisabilité constituent des étapes cruciales. « Nous espérons que les travaux de construction des infrastructures de surface et du pipeline commenceront effectivement en 2019 », avait déclaré le ministre nigérien du pétrole, Foumakoye Gado lors de de la signature de l’accord en janvier dernier.
Les lignes bougent donc pour la construction de cet oléoduc en vue de l’acheminement du pétrole à Cotonou à partir des champs d’Agadem, au sud-est nigérien où la China national Petroleum corporation (Cnpc) qui extrait le pétrole depuis 2011. Il faut rappeler que c’est le ministre béninois des mines, Samou Seïdou Adambi qui signé cet accord pour le compte du Bénin.





Dans la même rubrique