Contrôle de la mairie de Parakou : Le duo Zimé Inoussa, Charles Toko pour de nouveaux défis

Arnaud DOUMANHOUN 14 août 2020

Terminus, Fcbe descend ! Le parti Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) a définitivement perdu le contrôle de la maire de Parakou. Le préfet du département du Borgou a procédé hier à l’installation de la nouvelle dirigeante de la Cité des Kobourou désormais sous le contrôle du Bloc Républicain (Br).
Le Conseiller Inoussa Chabi Zimé du Br devient ainsi le nouveau de la commune de Parakou. L’ancien maire, Charles Toko occupe le fauteuil de premier adjoint, et Moustapha Orou Gankou celui, du deuxième adjoint au maire. Le poste du 3è adjoint est cédé à dame Alimatou Abdoulaye, conseillère élue sur la liste du parti déchu, Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe).
Il faut rappeler que le nouveau maire, le conseiller Inoussa Chabi Zimé fut premier adjoint sous le règne de Charles Toko. Il s’est donc agi d’un jeu de chaise entre les deux hommes, un peu comme à la Poutine. Les défis sont bien énormes pour le nouveau maire. Le tout premier, celui de la cohésion au sein du conseil communal. En effet, l’élection de la nouvelle équipe dirigeante de la ville de Parakou a été reprise suite à l’invalidation de deux sièges de deux conseillers du parti Fcbe par la Cour suprême.
« Ce qui compte, c’est le développement de la ville de Parakou. Je demande alors aux Parakois d’être calme. De nous aider à réussir notre mission pour que nous puissions aussi apporter notre pierre à l’édifice qu’est la commune de Parakou. Je place mon mandat sous le signe de la paix et de la cohésion sociale », a déclaré le nouveau locataire de l’hôtel de ville de Parakou.

Lire ci-dessous l’intégralité de sa déclaration et tout sur son parcours

« Mes premiers mots sont des mots de remerciement. Remerciement à l’endroit de l’Éternel le tout Puissant qui est capable de tout. C’est vrai, ça été une surprise parce que personne ne s’y attendait. Même nous-même, nous n’avons pas la certitude que le choix allait être porté sur nous.
Mais Dieu est bon. Le choix a été porté sur nous. C’est vrai que c’est une charge. Une charge mais avec la collaboration de tout un chacun et avec la participation active de la population elle-même et son soutien, je crois que nous allons aboutir au bon port. Car, ce qui compte, c’est le développement de la ville de Parakou. Je demande alors aux Parakois d’être calme. De nous aider à réussir notre mission pour que nous puissions aussi apporter notre pierre à l’édifice qu’est la commune de Parakou. Je place mon mandat sous le signe de la paix et de la cohésion sociale »





Dans la même rubrique