Contrôle parlementaire de l'action gouvernementale : Des réponses à plusieurs questions dès la prochaine session ordinaire

Karim O. ANONRIN 17 août 2020

L’Assemblée nationale connaît des réformes depuis le début de la législature en cours, la huitième depuis l’avènement du renouveau démocratique, ces réformes n’enlèvent rien au fonctionnement normal de l’institution. Ainsi, plusieurs textes de lois continuent d’être adoptés et des questions au gouvernement sont régulièrement posées ; ce qui sans aucun doute, doit conforter les députés de la huitième législature dans leur rôle. Justement, au sujet des questions au gouvernement, cinq autres viennent d’être introduites par un député membre du groupe parlementaire Union fait la Nation. Elles portent sur des sujets aussi importants les uns que les autres. Il s’agit de la question orale avec débat relative à la situation actuelle de la Loterie nationale du Bénin (LNB), la question orale avec débat relative à la réalisation d’infrastructures par le Ministère de l’intérieur et de la sécurité publique (MISP) au profit de la Police républicaine, la question orale avec débat relative à la réalisation d’infrastructures par le Ministère des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle (MSTFP) dans le cadre du Programme de construction, de réhabilitation et d’équipements dans l’enseignement secondaire général (PCREI-ESG) et dans le cadre du Programme de construction, de réhabilitation et d’équipement des infrastructures de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (PCREI-ETFP), la question orale avec débat relative à la construction d’infrastructures par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESRS) dans le cadre du Programme de construction et d’équipement des infrastructures administratives et pédagogiques et du projet de construction des centres d’excellence en Afrique en mathématiques appliquées et enfin d’une question d’actualité relative aux cas d’accident sur le tronçon Akassato-Allada. En dehors de ces questions, d’autres avaient déjà été introduites. Il ne reste qu’à patienter jusqu’à la prochaine session ordinaire pour voir les membres du gouvernement au Parlement venir apporter des réponses à toutes ces questions. Il faut noter que cette prochaine session ordinaire s’ouvrira dans deuxième quinzaine du mois d’octobre ; une session essentiellement budgétaire, mais qui laisse des marges de manœuvre pour aborder d’autres dossiers.





Dans la même rubrique