Démarrage de la campagne électorale au Bénin : Convaincre les électeurs mais dans la paix

23 décembre 2022

La campagne électorale dans le cadre des prochaines législatives démarre ce jour. Cette période au cours de laquelle les candidats en lice donnent tout ce qui est en leur pouvoir pour gagner la confiance des potentiels électeurs, requiert aussi que les challenges se fassent dans la préservation de la paix.

La campagne électorale, pour les candidats, est comme l’étape d’une passe décisive dans le processus. Pour le compte des élections législatives du 8 janvier 2023, les candidats des partis retenus à savoir : le Bloc Républicain (BR), l’Union Progressiste le Renouveau (UPR), le parti Mouvement des Elites Engagées pour l’Emancipation du Bénin (MOELE-Bénin), Force Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), Les Démocrates, Mouvement populaire pour la Libération (MPL) et l’Union démocratique pour un Bénin Nouveau (UDBN) en mesurent la portée et s’y préparent. Le seul mot d’ordre vers lequel tout jalon se converge sur le terrain, c’est convaincre les potentiels électeurs. Les candidats en course pour les législatives du 8 janvier, qu’ils soutiennent les actions du pouvoir en place ou qu’ils soient de l’opposition, sont prêts à donner le meilleur d’eux-mêmes pour s’assurer un électorat susceptible de les porter en triomphe au soir du 8 janvier prochain. C’est aussi l’occasion au cours de la laquelle tous les coups semblent permis. Dans la même veine, s’il n’est point à douter que les candidats des partis de la mouvance puissent se servir des réformes engagées et des réalisations enregistrées sous la Rupture comme l’arme de conviction, il n’en demeure pas moins que ceux de l’opposition sans hésiter puissent brandir les sujets à polémiques pour gagner la confiance des populations. Emportés par cet élan, des candidats, à tort ou raison, semblent ignorer le prérequis de la préservation de la paix et versent dans des travers qui mettent à mal ce bien précieux. Les scènes compromettant la paix pendant les périodes électorales de 2019 et de 2021 sont encore vivantes dans les souvenirs et ne seraient en aucun cas souhaitées. L’idéal pour ces candidats dans leur lutte de gagner du terrain électoral lors de la campagne, serait d’avoir à l’esprit que le Rubicon ne doit pas être franchi. Une élection apaisée serait ainsi organisée. La démocratie du pays se porterait bien.
Fidégnon HOUEDOHOUN



Dans la même rubrique