Dépôt de dossier pour la présidentielle : Le calme plat avant la bousculade

Bergedor HADJIHOU 3 février 2021

Le suspense reste entier. Au deuxième jour du dépôt des dossiers pour la présidentielle du 11 avril prochain à la Commission électorale nationale autonome (Cena), aucun potentiel candidat ne s’est signalé. La Cena a fixé l’enregistrement des déclarations de candidature à l’élection présidentielle du 1er au 4 Février 2021.

17H30. Commission électorale nationale automne du Bénin. Des agents électoraux l’air dépité, sortent du Secrétariat à la queue leu leu. Certains portent des classeurs à bout de bras, d’autres traînent des registres. Ils terminent une journée de 09 heures de travail sans enregistrer de candidature. Idem chez les journalistes dont les nerfs ont été mis à rude épreuve ce mardi 02 février. Chaque véhicule qui franchissait le seuil de la CENA sous escorte attirait tous les regards des hommes accrédités pour la couverture médiatique.

Nouvelle donne
Ici à la Cena, le processus électoral a démarré sur des chapeaux de roue. Du 12 au 31 Janvier 2021, l’institution a mis à disposition des députés et des maires, des formulaires nominatifs de parrainage de candidature à l’élection présidentielle. Presque tous les parrains ont eu la diligence de ne pas attendre les derniers jours voire les dernières heures pour se précipiter aux portes de la Cena. Une attitude que ne copient visiblement pas les potentiels candidats à la présidentielle. A ce jour, on peut dire sans risque de se tromper que la Cena n’a encore enregistré aucune candidature sérieuse. Le 1er février, ceux qui ont déposé sont venus comme des extraterrestres. La planète Bénin a changé ses règles électorales depuis fort longtemps. Mais à l’évidence, ils n’étaient pas ou n’ont pas voulu être au courant. Ganiou Soglo et Patrice Ago se sont enregistrés lundi dernier sans colistier avec pour le dernier un logo inédit, celui de la vierge Marie. Ils étaient ainsi à l’antipode des nouvelles exigences légales en matière électorale au Bénin depuis 2018. Et il n’est pas totalement faux d’imputer la situation qui a prévalu la journée suivante aux dernières réformes. En effet, une des exigences de ces nouvelles lois a trait à l’institution pour toute candidature, d’un duo de Président et de Vice-Président ainsi que l’obligation faite à chaque duo de candidats d’être parrainé par un nombre de députés et/ou de maires correspondant à au moins 10% de l’ensemble des députés et des maires soit au moins 16 élus par duo de candidats. Tout calcul fait, le bulletin unique de l’élection présidentielle d’avril prochain ne comportera que neuf candidats si l’on tient compte du ratio de parrains disponibles. Par ailleurs, le pays compte désormais une douzaine de partis reconnus par l’Etat contre plus de 200 partis recensés avant la réforme. Une baisse drastique des prétendants s’en suit donc logiquement. Pour preuve, le dépôt de candidature à la Commission électorale nationale autonome par le passé dure près de deux semaines. Aujourd’hui, ce délai a été raccourci à 04 petits jours. Alors, le volume de déclarations sérieuses n’est plus le même. Aujourd’hui Mercredi, le rythme devrait un peu s’accélérer pour se densifier le jeudi prochain, où les potentiels candidats ont paradoxalement jusqu’à minuit pour se déclarer. En attendant, ils savent que l’affluence d’antan ne sera pas de mise donc, de bonnes raisons pour traîner les pas.





Dans la même rubrique